Now Reading
La Chine capable de tester des millions de personnes par jour ! Le test PCR ou la création d’un mythe.

La Chine capable de tester des millions de personnes par jour ! Le test PCR ou la création d’un mythe.

Le coronavirus fait décoller la PCR

Le matin du 22 janvier, rue de Yuetan1 月坛 dans le district de Xicheng2西城 à Pékin, Xiao Ming3肖明 est encore dans son lit lorsqu’elle entend, à travers des haut-parleurs, les membres du comité de son quartier demander aux résidents d’aller faire le test PCR. De sa fenêtre, elle s’aperçoit que pendant la nuit, ils avaient déjà monté plusieurs tentes en bas de son immeuble. 

Même si les cas de coronavirus les plus récents se concentrent à Daxing4大兴 au sud de Pékin, des tests PCR sont tout de même lancés dans les districts de Dongcheng5东城 et de Xicheng. Le soir du 24 janvier, ce dernier annonce les résultats. Sur deux jours, 1,13 millions de personnes se sont fait tester; on n’a trouvé qu’un seul échantillon positif venant d’une personne contaminée en dehors du pays. Le ferme contrôle de l’épidémie en Chine a marqué l’esprit des chinois avec le test PCR (Polymerase Chain Reaction). Ce terme médical, à l’origine peu commun, est pourtant devenu le mot-clé de l’année.

Les résidents du district de Daxing attendent de passer leurs tests PCR sous des tentes de fortune dans un parc, un jour de forte pollution. Pékin, Chine, le 26 janvier 2021. [REUTERS/Photo de Stringer]

Les investisseurs et les laboratoires médicaux du secteur du DIV (Diagnostic In Vitro) voient cela comme une bonne opportunité pour “l’évolution du marché“. Les tests pratiqués à plusieurs reprises sur des millions de personnes ont fait émerger des laboratoires de production de tests PCR dans tout le pays… Créant ainsi un certain nombre de sociétés cotées en Bourse et ajoutant de nouveaux riches à la liste du magazine Forbes.

 

Du “barrage” à des millions de personnes pouvant être testées par jour

Le test PCR est aussi appelé “diagnostic moléculaire” dans l’industrie. En 1983, un scientifique américain, Kary Mullis, a inventé la réaction en chaîne par polymérase (PCR). Il s’agit de la technique de diagnostic moléculaire ou de détection d’acide nucléique la plus avancée.

Au début de l’année 2020, face au manque d’approvisionnement, les tests PCR sont devenus un “barrage” au contrôle de l’épidémie à Wuhan. À cette période, même dans les régions en dehors de Wuhan, il n’était pas simple de faire un test PCR. Seules les personnes présentant des symptômes comme une forte fièvre pouvaient se faire tester. Et le plus souvent, les rendez-vous étaient organisés en groupe. Mais depuis l’été dernier, les tests personnels se sont généralisés en Chine. 

Xiao Yanqun6肖艳群 est la directrice du Département de génétique et de pathologie moléculaire du Centre laboratoire clinique de Shanghai7上海市临床检验中心. En 2020, explique-t-elle dans le magazine China Newsweek, plus de 9000 personnes ont été habilitées à effectuer les tests PCR dans son centre. Aujourd’hui, plus de 120 laboratoires pratiquent les tests PCR à Shanghai, dont plus de 70 ont récemment émergé suite à l’apparition du variant. Avant, beaucoup d’hôpitaux étaient incapable d’effectuer ces tests PCR. En avril 2020, la Commission nationale de la santé8国家卫生健康委员会 a exigé de toutes les institutions médicales et des hôpitaux qu’ils remédient à cette lacune. En août, le mécanisme conjoint de prévention et de contrôle du Conseil d’Etat a suggéré que d’ici la fin du mois de septembre, il y ait au moins un hôpital par district équipé et formé pour ces tests.  

Le laboratoire de tests d’acide nucléique de COVID-19 “Huoyan” ou “Oeil de Feu” est capable de tester jusqu’à 1 million d’échantillons par jour, à Shijiazhuang, Chine. [Photo de Cen Ziyuan / Pour la CGTN]

Au cours de cet accroissement des infrastructures de santé, le premier hôpital général de la ville de Ruzhou9汝州, une ville-district de la province du Henan10河南, a reçu 5 millions de yuans de fonds (~645 000€), dont 3 millions (~387 000€) sont allés aux laboratoires effectuant la PCR. 

Les méthodes de détection progressent ce qui a permis l’amélioration rapide de la capacité des tests PCR de la Chine. Selon les calculs des médias, même si tous les voyageurs du Nouvel an doivent se faire tester, le matériel actuel est suffisant pour répondre à cette demande, voire excédentaire.

Le 13 janvier 2021, Guo Yanhong11郭燕红, superviseur de gestion et politique médicale de la Commission nationale de la santé, a déclaré que 8437 établissements médicaux à travers le pays sont capables d’effectuer des tests d’acide nucléique et 12,55 millions d’échantillons peuvent être analysés chaque jour. De mars 2020 à janvier 2021, le nombre d’établissements médicaux pouvant effectuer les tests a été multiplié par quatre, et le nombre d’échantillons pouvant être testés a été multiplié par dix.

 

Trouver tous les infectés

Lors de l’épidémie du marché de Xinfadi12新发地 à Pékin en juin dernier, le gouvernement local a proposé de réaliser des tests PCR pour plus de 20 millions de personnes dans la ville, pour être rapidement contredit par les experts médicaux: Wu Zunyou13吴尊友, épidémiologiste en chef du Centre chinois pour le contrôle et la prévention des maladies (CCDC), a déclaré dans une interview accordée au China News Weekly que du point d’un point de vue scientifique, un dépistage complet de la population n’est pas nécessaire. Pourtant, le test a d’autres vertus: Après un test PCR, les gens et les responsables administratifs sont rassurés.”

Des officiers de la police à l’entrée du marché fermé de Xinfadi à Pékin le 13 juin 2020. [Photo: AFP]

Le 18 septembre 2020, le directeur de la Commission nationale de la santé, Ma Xiaowei14马晓伟, a déclaré que le coronavirus, la grippe et d’autres maladies respiratoires se sont superposées pendant l’hiver. La prévention et le contrôle sont difficiles, mais le personnel, les installations et le matériel sont sur le qui-vive. Si on découvre un foyer de contamination, les tests d’acide nucléique de toute la zone seront achevés dans les 5 à 7 jours et la propagation de l’épidémie sera contrôlée au maximum.

Malgré un déploiement d’efforts spectaculaires, il y a toujours des cas qui échappent au dépistage. Le problème des faux négatifs a suscité des discussions animées dès l’année dernière lors de l’épidémie à Wuhan. Encore aujourd’hui, il y a des personnes infectées qui doivent faire plusieurs tests PCR avant d’être découvertes positives, les faux négatifs sont inévitables, même si la qualité des kits est constamment améliorée.  

Un membre de l’équipe médical recueille un échantillon sur un ouvrier dans un centre de dépistage de fortune sur un chantier de construction dans le district de Haidian à Pékin. 26 janvier 2020. [Photo pour Xinhua]

Xiao Yanqun a déclaré dans le China Newsweek qu’en mars et avril 2020, son département avait évalué les réactifs de détection au coronavirus approuvés par l’État à ce moment-là et avait constaté des différences de précision de 1 à 16. Cependant, en novembre déjà, le laboratoire a évalué 17 des kits utilisés sur le marché et a constaté que l’écart de précision s’était considérablement réduit. Plus le nombre de copies par millilitre d’échantillon est faible, plus la précision du kit est élevée. Dans un document publié le 30 décembre 2020, la Commission nationale de la santé a donc suggéré aux établissements médicaux de sélectionner des kits capables de détecter moins de 500 copies du virus par millilitre. Et sur les 21 kits approuvés à l’époque, un seul ne répondait pas à cette exigence.

Yang Qixian15杨奇贤, commentateur bien connu dans l’industrie du diagnostic in vitro et PDG de la société Shenzhen Bode Zhiyuan de biotechnology, a déclaré dans le China Newsweek que pour améliorer la précision des tests PCR, des experts ont organisé de nombreux séminaires universitaires cette année. Il en conclut que quelle que soit la façon dont la technologie est améliorée, pour diverses raisons, le taux de détection manquant peut encore être de 20% à 50%. Dans ce cas, on ne peut travailler que sur la chaîne de dépistage. Une approche consiste à augmenter le nombre de tests à grande échelle. 

Les méthodes de détection évoluent également. Le 19 janvier, un élève de 9 ans à Daxing, Pékin, a été diagnostiqué. Tous les élèves, les enseignants et autres personnels de son école furent testés par prélèvement nasale, oral et anal. Pourquoi ajouter un prélèvement anal? Les experts en infection ont expliqué que de cette manière, le taux de détection est augmenté et la probabilité de faux négatifs est réduite. En mars de l’année dernière, il a été constaté qu’un grand nombre de patients ont quitté les hôpitaux en étant positif au coronavirus. Lu Hongzhou16卢洪洲, secrétaire du Centre de santé publique de la municipalité de Shanghai, a déclaré que dorénavant, les normes de sortie d’hopital pour les patients à Shanghai seraient plus strictes, dont l’exigence d’un test PCR anal négatif

Maintenant, lorsque les gens à Pékin commandent un taxi avec DiDi17滴滴, la première page qui apparaît indique ” test PCR négatif du conducteur de moins de 7 jours”, les tests PCR font désormais partie de la vie quotidienne. Sa fonction principale n’est plus de détecter si une personne est bien infectée. Au contraire, il est maintenant utilisé pour prouver qu’une personne ne l’est pas.

 

Le mythe de la richesse et la chute des prix

Le 20 janvier 2021, la Commission nationale de la santé a proposé que pendant le Nouvel an chinois, les personnes revenant d’autres endroits vers les zones rurales devraient présenter un test PCR négatif de moins de 7 jours, et être isolées à la maison pendant 14 jours, puis effectuer des tests PCR tous les 7 jours. Cette annonce a immédiatement déclenché des débats enflammés. Le lendemain, 23 des 24 actions du secteur de la détection du COVID-19 étaient en hausse. Certaines sociétés par actions ont indiqué que la demande globale de tests PCR pendant le Nouvel an chinois est de 600 millions. Le marché de la fabrication de kits va certainement voir une augmentation de 15 milliards de yuans à 30 milliards de yuans (~2 à 4 milliards d’euros), ce qui peut porter de 60 milliards de yuans à 120 milliards de yuans (~8 à 15,5 milliards d’euros) l’accroissement du marché pour les organismes de détection.

Des techniciens vérifient les nouveaux kits de test dans l’usine de production d’une entreprise de biotechnologie à Taizhou, Jiangsu province. [Photo de Tang Dehong/Pour le China Daily]

En raison de l’épidémie, 2020 est l’année phare du secteur des dispositifs médicaux. Parmi les 31 sociétés cotées liées qui ont récemment annoncé leurs prévisions pour 2020, 29 ont affiché une croissance de leurs performances. Mingde Biological, Da An Gene Co., Oriental Bio et d’autres sociétés impliquées dans le dépistage de la COVID-19 leur bénéfice net entre 10 et 20 fois. Pour la plupart des gens, la pandémie est un «cygne noir», mais pour d’autres, comme Dai Lizhong18戴立忠, c’est une aubaine.

En 2008, Dai Lizhong19戴立忠, qui était étudiant postdoctoral en biochimie au MIT et qui a travaillé dans la plus grande société de réactifs d’acide nucléique au monde à l’époque, est rentré chez lui et a fondé l’entreprise Shengxiang Biotechnology dans sa ville natale du Hunan. Au début, les chiffres des ventes de l’entreprise n’étaient que de dizaines de millions de yuans (millions d’euros), mais ils ont augmenté d’environ 30% chaque année jusqu’à exploser l’année dernière. L’entreprise estime une croissance du bénéfice net de 6375% à 7008% en 2020, ce qui en fait l’entreprise avec le taux de croissance le plus élevé dans ce domaine. Le 28 août 2020, Shengxiang Biotechnology a été cotée en bourse ce qui a fait augmenter la fortune de Dai Lizhong à plus de 15 milliards de yuans (~2 milliard d’euros). Il se classe dorénavant dans la liste des milliardaires du Forbes Magazine.

Dans les années 1990, certaines entreprises chinoises importaient des instruments de PCR de l’étranger. Désormais, elles sont capables de produire leur matériel sans problème. D’une manière générale, la technologie PCR de la Chine n’est pas à la traîne comparé à l’Occident.

En avril 2020, sur les 202 entreprises dans le monde produisant des kits de test de la Covid-19, 92 sont chinoises. [Financial Times]

Le marché du DIV n’est pas grand mais son profit est élevé. En 2019, les ventes des réactifs de détection d’acide nucléique de Shengxiang Biotechnology sont de 229 millions de yuans (~30 millions d’euros), soit 62,56% du chiffre d’affaires total, et le taux de marge brute atteint 82,19%. Ces réactifs sont la principale source de profit de l’entreprise.

See Also

“Les tests PCR peuvent-ils être moins chers? Je l’ai fait trois fois. Je vais faire faillite.” Un internaute de Chengdu a plaisanté en disant qu’en raison d’une opération mineure à effectuer récemment, le médecin lui a demandé de faire un test PCR dont le prix dépassait les 130 yuans (~17€). De l’autre côté, les fournisseurs de kits trouvent les prix trop bon marché, et se plaignent de ne pas faire de profit.

En matière de prix des tests, chaque province y va à sa propre sauce:

La province du Fujian a achevé la collecte centralisée des nouveaux réactifs d’acide nucléique du coronavirus au début du mois de mai 2020, et le prix de vente des quatre sociétés choisies se situait entre 16 et 20 yuans (~2€), 80% moins cher qu’auparavant. À la fin du mois d’avril de l’année dernière, la province d’Anhui a abaissé le prix des tests PCR de 400 yuans (52€) à 220 yuans (28€). En juillet, la province a de nouveau baissé le prix, avec un prix maximum de 60 yuans (8€). A Pékin, Shanghai, dans le Jiangsu et à Tianjin le prix est descendu à 120 yuans (15,5€) par personne.

“C’était la même chose que vendre de l’eau au début.” Une personne de l’industrie a déclaré qu’avec cette centralisation du marché, les prix des tests s’est effondré. Les entreprises qui reçoivent des commandes de plusieurs provinces occupent le marché et celles qui ne parviennent pas à remporter l’offre peuvent ne pas être en mesure de vendre. Dai Lizhong a également déclaré: Pour vous dire la vérité, le marché des achats centralisés est un monde cruel. Si une petite entreprise dépend principalement des ventes de peu de produits et que sa capacité d’innovation n’est pas bonne, elle est susceptible d’être éliminée de cette compétition.”

 

La prochaine étape?

Dans la détection de la COVID-19, les principales méthodes incluent la détection d’antigène, d’anticorps et d’acide nucléique. Cette dernière méthode peut prouver directement l’existence du virus, tandis que la détection des anticorps et des antigènes est indirecte. Ils ne peuvent être détectés qu’à un moment précis après l’infection. Par conséquent, la détection d’acide nucléique devient « le critère d’or » pour diagnostiquer le coronavirus. La précision de cette méthode est presque de 100% lorsque toutes les étapes sont exécutées correctement. Cependant, comparé à d’autres tests, le diagnostic moléculaire est encore trop lent (plusieurs heures), et il est très difficile d’améliorer cela.

Une détection rapide et efficace est très importante pour des pays comme les États-Unis, qui sont profondément impactés par la pandémie. En août de l’année dernière, la FDA (Food and Drug Administration) américaine a donné son autorisation pour l’utilisation du nouveau test de dépistage rapide de la société Abbott, une industrie géante du diagnostic in vitro. Le test ressemble à une petite carte, il est très pratique à utiliser, donne le résultat en 15 minutes et ne coûte que 5$ (~4€). La FDA a également autorisé l’utilisation d’un nouveau kit de test à domicile le 17 novembre dernier. Les utilisateurs collectent leurs échantillons par voie nasale et les mettent dans de petites bouteilles, puis insèrent les petites bouteilles dans un appareil de test, et une lumière s’allume dans les 30 minutes pour afficher les résultats.

Un test rapide Abbott à l’hôpital Saint-André de Bordeaux. [Photo: AFP]

Ces méthodes semblent plus simples et faciles à utiliser, peuvent-elles être appliquées en Chine? De nombreux experts ont souligné que ces produits sont basés sur le principe de la détection d’antigène, pas de détection d’acide nucléique, donc moins précis. Par exemple, pour le nouveau test de dépistage rapide de la société Abbott, si le prélèvement est fait dans la semaine où les symptômes apparaissent, la précision peut dépasser 95%. Mais après une semaine, elle n’est plus que de 75%. Ces méthodes provoquent donc plus facilement de faux négatifs. Pour la Chine, qui se bat farouchement pour un taux de détection le plus élevé possible, c’est insatisfaisant. 

Le 21 janvier, le nouveau vaccin contre la COVID-19 chinois a été injecté à plus de 15 millions de personnes. Bientôt les tests PCR et à la quarantaine céderont la place à l’immunité collective. 

Lorsque l’épidémie se dissipera, y aura-t-il un effondrement dans le domaine du diagnostic moléculaire? De nombreuses personnes pensent qu’il s’agit d’un business à court terme. Mais la demande de nouveaux tests PCR ne disparaîtra pas, tout comme les tests de dépistage de la grippe, il deviendra un diagnostic de routine. En effet, beaucoup sont optimistes quant à l’avenir du diagnostic moléculaire. Par le passé, limité par les conditions, cette méthode était essentiellement utilisée dans les grands hôpitaux. Maintenant que les laboratoires sont créés et que les instruments et équipements sont disponibles, il ne devrait plus y avoir de problème pour mener à bien d’autres projets d’essais. Dans le « Rapport sur l’industrie du diagnostic in vitro en Chine (2019) » rédigé par plusieurs organisations, de 2017 à 2019, la plupart des milliers d’industriels du diagnostic in vitro pensent que dans les trois à cinq prochaines années, le diagnostic moléculaire sera le “produit phare” de l’industrie

Dai Lizhong décrit un monde où les tests d’acide nucléique sont généralisés : les tests PCR impliquent la prévention, le diagnostic, le traitement précis, la médication personnalisée, la détection des maladies génétiques, etc. Lorsque le test PCR est aussi simple et pratique qu’un test sanguin, il s’apparente davantage à un examen du quotidien. Il estime quetant qu’il y a l’accessibilité au produit, il n’y a pas de plafond au potentiel du marché.

Traduit et synthétisé par Célia Farouil.
Source originale: China Newsweek.


© 2019 EastisRed - All Rights Reserved.
Website by MPA Studio - mentions légales

Scroll To Top