Now Reading
Les jeunes, cibles des prêts sur internet en Chine

Les jeunes, cibles des prêts sur internet en Chine

Pour les jeunes chinois d’aujourd’hui, acheter en une fois, c’est perdre de l’argent. Que ce soit pour acquérir des produits de luxe, une voiture, de la décoration ou louer un appartement, de plus en plus de jeunes préfèrent utiliser les paiements à crédit, les prêts et d’autres méthodes leur permettant de vivre au-dessus de leurs moyens. De ce fait, les banques ont commencé à lancer toutes sortes de prêts à la consommation pour répondre à ces nouveaux besoins. Des plateformes en ligne, telles que le micro-prêteur Huabei1花呗 (Ant Check later), permettent aux étudiants sans carte de faire des emprunts pour leurs achats sur internet. Mais à une époque où tout peut-être acheté à crédit, ces jeunes s’enfoncent lentement dans un énorme gouffre financier.

Le média Lieyun2猎云网, s’est intéressé à ce phénomène et a écouté les histoires de ces étudiants criblés de dettes, sous pseudonyme.

Un prêt de 4 000 yuans se transforme en 130 000 yuans de dettes en seulement six mois

L’activité de microcrédit Huabei a été créé il y a quatre ans pour permettre aux utilisateurs du réseau de paiement Alipay, propriété d’Ant, de financer leurs achats, notamment sur les sites de shopping gérés par Alibaba, maison mère d’Ant.  [Sipa Press]

Min Sa a effectué son premier crédit au tout début de son parcours universitaire pour s’abonner à une salle de sport, n’osant pas demander de l’argent à ses parents. Et un peu plus de 100 yuans (~13€) par mois à rembourser ne lui semblait pas beaucoup. “La deuxième fois, c’est lorsque je suis parti en voyage. J’ai retiré 500 yuans (~64€) sur la plateforme et peu de temps après je ne m’en souvenais même plus.” Min Sa raconte que la plateforme lui a donné un plafond de 5 000 yuans (~640€) et qu’une fois payée la carte d’abonnement à la salle de sport de 1 300 yuans (~166€), il lui en restait assez pour se faire plaisir. La jeune étudiante a commencé à dépenser de plus en plus et arrivée vers le 15 du mois, elle tombait dans le rouge. Min Sa est vite passée d’une à plusieurs plateformes de prêts en ligne. À son summum, Min Sa avait téléchargé plus d’une dizaine de plateformes de ce genre sur son téléphone. Elle s’inscrivait sur de nouvelles applications pour rembourser les anciennes. “Je n’ai pas ressenti de grosse pression au début,  cela n’affectait pas mon économie, ni ma vie.” 

Mais au bout d’un moment, les choses sont devenues incontrôlables. “Plus tard, la réglementation est devenue de plus en plus stricte. Certaines plateformes n’accordaient plus de crédit même après avoir remboursé l’argent, et il était difficile de s’inscrire sur de nouvelles plateformes.” Une fois ses dettes auprès de la plateforme PaiPai3拍拍 reglées, Min Sa a découvert que le système n’accordait plus le moindre prêt aux étudiants. La jeune femme ne pouvant plus poursuivre cette spirale du surendettement, a réussi a rembourser ses prêts à court terme en six mois. “À ce moment-là, à chaque fois que je désinstallais une application, c’était comme un poids en moins.

Après s’être débarrassée de ses dettes, la jeune femme a peu à peu retrouvé une vie normale. Jusqu’au jour où elle reçoit une demande d’ami sur Wechat. “Il m’a expliqué qu’il était un prêteur, mais ne m’a pas dit pour quelle plateforme, ni d’où lui venaient mes coordonnées.” Min Sa pense qu’une plateforme a dû vendre ses informations à d’autres sociétés. Malgré son expérience précédente, la jeune femme ne supprime pas ce contact et quelque temps après, alors que la jeune femme a un besoin urgent d’argent, elle ouvre la conversation. “Il a eu un moment où j’avais terriblement besoin d’argent, mais je ne me souviens pas exactement pour quoi je l’ai dépensé.” Le prêteur lui explique alors que pour un emprunt de 4 000 yuans (~512€), le taux d’intérêt est de 800 yuans (~102€) pour 10 jours. Malgré ce taux très élevé, après quelques hésitations Min Sa accepte l’offre. “Il m’a envoyé un lien pour faire la demande de prêt sur une page Web. Après la demande, il m’a transféré l’argent directement via Wechat.” Après les dix jours, Min Sa transfère les 800 yuans d’intérêts au prêteur et attend les dix prochains jours pour rembourser la somme principale. Mais elle n’ayant pas réussi à réunir les 4 000 yuans et n’étant même pas dans la capacité de rembourser les 800 yuans d’intérêts. Le prêteur lui propose alors d’emprunter 1 000 yuans (~128€) pour rembourser les intérêts. Et ces 1000 yuans ont eux-mêmes 200 yuans (~25€) d’intérêts tous les dix jours. La jeune femme accepte de nouveau et si d’ici la prochaine échéance, elle ne peut pas rembourser les 5 000 yuans (~640€) totaux de prêts, elle devra rembourser les 800 du premier prêt et les 200 du second. Se rendant compte de l’usure trop tard, Min Sa continue à emprunter pour rembourser les intérêts et au bout de trois mois le prêt principal atteint 20 000 yuans (~2 561€). Trois autres mois plus tard, elle en est à 130 000 yuans (~16 649€). En seulement six mois Min Sa, qui a emprunté 4000 yuans au départ, se retrouve à devoir en rembourser 130 000.

Ne pouvant plus payer et ne voulant plus continuer, Min Sa demande au prêteur d’annuler les prochains intérêts si elle arrive à rembourser la somme totale dans les deux prochaines semaines. La jeune femme avoue la vérité à ses parents : “Je ne pourrai jamais oublier les expressions de mes parents, ils semblaient regretter plus que moi.” Grâce à ses parents, Min Sa parvient à enfin régler l’intégralité de sa dette. Elle supprime le prêteur de ses contacts. “C’est vraiment ironique que je n’aie pas voulu demander à mes parents 1 300 yuans pour une carte de sport et au final, ils doivent m’aider à en rembourser 130 000.Min Sa pensait que cette expérience lui servirait de leçon, mais après le travail, elle a pris l’habitude de dépenser plus qu’elle ne le peut et a ouvert un compte bancaire à crédits.

 

35 000 yuans pour de nouvelles dents

Xiao Y a une mauvaise dentition, elle s’est toujours sentie laide. Après avoir obtenu son diplôme dans les années 90, la jeune femme a travaillé pendant plusieurs années et économisé pour régler son problème. 

J’avais déjà consulté et je savais qu’il fallait environ deux ans et demi pour réaligner mes dents. Si je mettais un appareil dentaire à ce moment-là, je pouvais le retirer juste avant mon 30e anniversaire, j’ai donc décidé de le faire directement.

En septembre 2020, Xiao Y consulte un dentiste dont le cabinet se trouve dans un hôpital AAA4三级甲等 (hôpitaux de plus haut rang en Chine, possèdent plus de 500 lits, les mieux équipés en matériel et personnel). Elle demande s’il est possible de payer par acompte et combien cela coûterait. En plus des intérêts, il y a un paiement à faire en une fois, le tout pour un total de 35 000 yuans (~4 482€). Le cabinet coopère avec la société Meiya Fenqi5美牙分期 pour l’échelonnement des paiements. Avant d’accepter, Xiao Y fait quelques recherches et apprend que la start-up fonctionne depuis de nombreuses années et semble fiable. Elle décide donc d’accepter cette proposition. 

Illustration de la chaîne logistique du paiement par échelon avec Meiya Fenqi. [Site internet de Meiya Fenqi]

J’ai directement signé le contrat avec Meiya Fenqi et donné mes informations sur leur compte officiel. Cela a été examiné et approuvé en l’espace de deux jours.” 

See Also

La jeune femme explique qu’elle a pu choisir entre un remboursement en 3 fois, en 6 fois ou en 12 fois. Elle choisit celui en 6 fois avec un premier paiement de 10 000 yuans (~1 280€), puis un versement de plus de 4000 yuans (~512€) par mois. Le contrat de remboursement indique un taux d’intérêt de 8%, mais le montant total à payer reste de 35 000 yuans. Le service commercial disait que les intérêts étaient payés par la clinique, donc ça ne changeait pas le prix pour les clients. Si le prix des intérêts dépassait le prix total, j’étais certaine de ne pas payer par acompte.

Pour Xiao Y, l’arrangement de ses dents comprend tout, c’est-à-dire qu’une fois que tout est payé, tous les problèmes qui vont suivre pourront être résolus dans la clinique sans frais supplémentaires. Après avoir payé les deux premières échéances, elle décide de payer en avance la totalité des frais. “J’ai l’habitude de ne pas payer en plusieurs fois, et puis ces dernières années certaines institutions de prêts financiers se sont effondrées, je ne préfère pas avoir recours à leurs services. J’avais hâte de fermer ces applications, avec elles je commençais à développer des réflexes de consommation hors-contrôle.”

Le chinois Ant Financial, roi du paiement mobile.

En n’utilisant plus ce genre de plateforme, Xiao Y souhaite redécouvrir un sentiment de sécurité à propos de l’argent qu’elle peut dépenser. Au bout de deux mois, elle se rend compte qu’il n’y a pas spécialement de baisse dans ses dépenses, seulement elle n’a plus besoin de penser aux remboursements. “Maintenant, tous les mois je pourrais transférer de l’argent sur Yuebao6余额宝 (service de gestion de fonds d’Alipay) et les dépenses iront directement dans le budget du mois. Si cela ne suffit pas, j’en ajouterai un peu plus et le reste ira dans la gestion de mes finances. A l’avenir je n’aurai plus besoin de penser via Huabei, je n’en ai plus la nécessité.

 

Traduit et synthétisé par Célia Farouil.

Source: 猎云网


© 2019 EastisRed - All Rights Reserved.
Website by MPA Studio - mentions légales

Scroll To Top