Now Reading
Passe Muraille n°52 – semaine du 2 mars

Passe Muraille n°52 – semaine du 2 mars

Editorial

Je n’ai peu ou pas de commentaires pertinents dans l’éditorial cette semaine, les informations importantes sont dans le document.

Comme d’habitude, vos soutiens comptes. N’hésitez pas à nous écrire, à nous partager, à nous faire part de vos commentaires.

Nous remercions les contributeurs Clémence de Gail, Paul Miazga, Stéphane Mouly, Song Tian et Lucie Sénéchal Perrouault pour la relecture.

Affaires intérieures

Politique

Réunion du Comité permanent du Politburo (Twitter / Xinhua) Le comité permanent du Politburo s’est réuni autour de Xi Jinping, mercredi 4 mars. Le principal sujet de la réunion est, bien sûr, la gestion de la crise du coronavirus qui perdure. Le communiqué s’inscrit dans la lignée des consignes les semaines précédentes : recherche d’équilibre entre un contrôle stricte de l’épidémie et une reprise graduée de la production et de l’activité économique. Zichen Wang, journaliste de Xinhua depuis peu actif sur Twitter, livre une lecture intéressante du communiqué. En particulier, un point soulevé par plusieurs observateurs est l’hypothétique abandon des objectifs économiques pour l’année 2020 : autrement dit: admettre qu’ils ne sont pas atteignables. Un second observateur note que cette ligne aurait été abandonnée dès le 26 février. Toutefois, les objectifs globaux de lutte contre la pauvreté restent d’actualité.

Justice

L’affaire Huang Deying (NewCapital / GovJustice) L’affaire Huang Deying défraie la chronique en Chine. Le 21 février, Huang Deying, libérée de la prison pour femmes de Wuhan après avoir purgé sa peine, se rend à Pékin par la route. Le 24, elle a été diagnostiquée porteuse du  coronavirus. En conséquence, les autorités centrales chinoises ont lancé une enquête sur l’apparition de ce cas de coronavirus et ont publié les résultats de l’enquête le 2 mars. On apprend que la prison pour femmes de Wuhan porte la responsabilité directe de cette affaire car Huang Deying a été libérée malgré sa température corporelle (37,3 ℃) relevée les 18 et 19 février. Le bureau de police du district de Wuhan Donghu a commis des négligences car les agents aux postes de contrôle sur l’autoroute n’ont pas procédé à une inspection stricte des véhicules et des personnes entrant et sortant de Wuhan. Le département de la justice de la province de Hubei et le bureau de la prison de cette province sont considérés responsables de la mauvaise gestion de leur prison. Plan de réorganisation des prisons (GovJustice) Le ministère de la justice a publié, jeudi 5 mars, une notice indiquant le début d’une réorganisation du système carcéral chinois. La “réforme” est plus limitée qu’il n’y paraît, mais il s’agit de comprendre comment l’épidémie a pu se déclarer si aisément en prison.

Suite de l’arbitrage de Sun Yang (Caixin) Le 4 mars, la Cour d’Arbitrage du Sport rendait son verdict complet dans l’affaire Sun Yang. Selon celui-ci,  Sun Yang sera suspendu pour huit ans en raison de la violation de l’article 2.5 du règlement antidopage de la FINA. Le communiqué du tribunal souligne qu’en tant “qu’athlète de classe mondiale, Sun Yang a une série de réalisations à son actif, mais il ne peut pas passer outre les lois.”

Société

Si la Chine facilite l’obtention de certains titres de séjours, cela va-t-il accroître la compétition à l’embauche ? (Caixin) La semaine passée, le gouvernement chinois a proposé de faciliter et élargir les conditions d’obtention de permis de résidence permanent, en particulier à destination des “talents”. Comme l’indique SixthTone, la Chine accueille très peu de résidents permanents. La proposition a toutefois provoqué un outrage général sur internet. Au delà du racisme certain d’une partie de la population qui a immédiatement mis en avant le “risque” d’une présence accrue d’Africain ou de déchets étrangers (垃圾老外), Caixin pose la question de la pression (ou non) que va ajouter l’arrivée d’étrangers sur le marché du travail chinois. La réponse des experts est globalement négative. L’objectif du nouveau document est de rendre la Chine plus attractif pour les talents.

Éducation en ligne, défit technique et inégalités sociales (Leifeng / Caixin) Avec l’épidémie de coronavirus, les écoles chinoises sont passées aux cours en ligne.  C’est Xuexitong (学习通) qui a le mieux saisi l’opportunité. A tel point que le 17 février, premier jour des cours en ligne pour les étudiants de nombreuses et écoles universités, l’application Xuexitong (学习通) s’est “effondrée” en raison de la pression excessive exercée sur le serveur par plus de 12 millions d’utilisateurs. La société a alors investi plus de 100 millions de yuans pour augmenter la capacité de son serveur et optimiser son système. Actuellement, la plate-forme a la capacité de prendre en charge au moins 30 millions d’utilisateurs. Malheureusement, l’application s’est à nouveau effondrée une semaine plus tard et la société a été contrainte de détourner le trafic et de limiter certaines fonctions.

Dans cette configuration, pour les familles à faibles revenus, l’éducation en ligne est un luxe. Récemment, une jeune fille de Dengzhou (邓州, dans le Henan) a tenté de se suicider parce qu’elle ne pouvait pas suivre les cours en ligne.

En conséquence, le ministère de l’éducation de la province du Henan a publié un document demandant à tous les villages de prendre soin des élèves issus de familles pauvres et d’établir des mécanismes d’assistance précis (建立精准扶贫机制).. Pour les étudiants issus de familles sans internet, smartphone ou télévisions, l’organisation des cours en peut être fait dans les locaux comités du village (村委会) ou les salles d’activités du Parti (党员活动室).

Coronavirus

Il est toujours difficile d’estimer la situation générale dans le pays, nous ne risquerons pas à des spéculations. Comme nous l’expliquons chaque semaine, les autorités sont tiraillées entre les mesures de préventions et de contrôle et le besoin de relancer l’activité économique. Ces deux positions contradictoires rendent l’estimation de la situation complexe.

Xi Jinping a mené une inspection à Pékin lundi 2 mars (Xinhua / CCTV) Il a en particulier visité l’Académie de médecine militaire et le centre de recherche médical de Tsinghua. Il a insisté sur la bonne mise en oeuvre du travail de prévention et contrôle, s’est enquis de l’état des avancées dans les recherches sur un éventuel vaccin. Si les chiffres baissent de manière général, le Gansu a enregistré 17 cas, qui serait liés à des personnes revenant d’Iran (Twitter), tandis qu’à Pékin les autorités enquête sur une personne revenant d’Italie qui aurait menti sur sa fiche de déclaration d’État de santé (Twitter). Le 2 mars mars, Xi Jinping a encore présidé une grande réunion en visioconférence avec de nombreux cadres dans tout le pays (Twitter / CCTV) Les objectifs et consignent ne diffèrent pas sensiblement des réunions précédentes. L’objectif de lutte contre la pauvreté est toujours affiché. Néanmoins, comme le souligne Bill Bishop, ces réunions sont marquantes car elles mobilisent, en visioconférence, des milliers de cadres. De nouvelles règles pour les quarantaines (PoliticsCircles) Les cas de coronavirus issus de l’étranger sont en augmentation en Chine, comme c’est le cas de deux citoyens chinois revenus d’Iran a Ningxia fin février. Face à cela, les responsables provinciaux prennent des mesures : contrôle aux aéroports, aux ports et barrages routiers pour identifier les personnes ayant voyagé dans des zones touchées comme la Corée du sud ou l’Iran et mise en place de quarantaine pour ces profils à risque.

La situation dans le Hubei reste “complexe” (Caixin) Le 3 mars, Yang Yunyan le vice gouverneur explique la situation reste “compliquée”. La tâche reste difficile et il demande un effort dans la durée. En effet, d’après les données officielles, 20.000 personnes sont encore en encore hospitalisées, tandis dans que 6000 sont dans une situation “grave” (重症). Surtout, le gouverneur explique que l’on ne peut pas dire que la situation est sous contrôle : “à Wuhan il y aurait encore des centaines de nouveaux cas chaque jours” (增量风险仍然没有得到根本的控制,“像武汉市每天还有三位数的新增病例) ; par ailleurs les mesures de préventions est de contrôle ne sont pas encore optimales ; enfin, le caractère positif de la situation reste fragile, avec les découvertes fréquentes de cas asymptomatiques. La directrice du groupe centrale de lutte contre coronavirus s’est rendu dans un quartier de Wuhan le 5 mars (CCTV), le but était d’inspecter les conditions de vies des gens bloqués dans leurs immeubles et s’assurer que l’approvisionnement en vivres était assuré. Sa délégation a été accueillie par les cris des habitants, dénonçant la mise en scène qu’avaient organisée les officiels locaux. (Twitter). La séquence n’a pas été directement censurée, et de nombreux médias ont repris cette scène, s’en servant notamment pour illustrer les travers du “formalisme” (形式主义 – renvoie à l’attitude des cadres qui font semblant de s’acquitter de leurs tâches). Voir notamment l’article de NewCapital. La séquence a semble-t-il eu des conséquences politiques, puisque dans la nuit et la journée qui a suivi, les autorités municipales ont tenu une visioconférence durant laquelle le style de travail a été sévèrement critiqué (KnowPolitics). Un des points de préoccupation des autorités semblent être les règles de sorties des hôpitaux, ou des patients auraient été relachés “dans la nature”, alors que leur état n’était pas stable. Dans le même temps toutefois, certains cadres locaux appellent à des campagnes d’éducation populaire pour transmettre aux habitants la notion de “gratitude” envers leurs dirigeants (CMP).

Côté propagande, le 3 mars, les médias ont été sollicités pour améliorer “l’orientation” de l’opinion publique au sujet du virus. Un article de l’administration chinoise du cyberespace donne des exemples d’actions de médias et journaux, leurs méthodes pour “raconter le bon récit de la lutte contre le coronavirus” et diffuser de l’énergie positive (正能量 – terme renvoyant à des contenus de type propagande). De son côté le SCMP propose un format sur le visage de l’APL engagée dans la lutte contre le coronavirus, en l’occasion la Major Générale Cheng Wei, épidémiologiste et médecin militaire.

Economie

Généralités

De nouvelles mesures pour soutenir l’économie (Xinhua / MIIT) Mardi 3 mars, Li Keqiang a présidé une réunion du Conseil des Affaires de l’Etat. La réunion a mis l’accent sur les six stabilités (六稳 – à savoir emploi , finance, commerce extérieur, investissements extérieurs, investissements et stabilité prévisionnelle – 稳就业 / 稳金融 / 稳外贸 / 稳外资 / 稳投资 / 稳预期). Des mesures sont annoncées pour soutenir la reprise ordonnée du travail dans l’industrie, les transports, la logistique. En particulier, un certain nombres de frais et autres taxes imposées aux transporteurs au niveau local seront suspendus ou réduits. Enfin, le gouvernement central souhaite donner plus d’amplitude fiscale aux échelons locaux : ils seront autorisés à concerner une plus grande part des taxes collectées (après avoir transféré les revenus au gouvernement central). Par ailleurs, le soutien aux entreprises passe par davantage de délais dans le paiement de leurs dettes (MOF) La notice publiée lundi 2 mars par le ministère des finances permet aux PME et TPE de décaler les remboursements prévus jusqu’au 30 juin.

Pas d’utilisation du secteur immobilier pour une relance (SecurityDaily / Yicai) La banque centrale a rejeté mercredi 4 mars l’assouplissement des politiques monétaires régulant le marché immobilier, excluant ainsi un stimulus par le biais de la construction immobilière. L’article de Yicai rappelle que la banque centrale a rendu près de 43 milliards de dollars disponibles en prêt à taux faibles et a rappelé que sa politique monétaire serait stable. Toutefois, le secteur immobilier est en manque de liquidité, en témoigne les chiffres rapportés par Jiemian. En effet, en l’espace de deux mois, les promoteurs immobiliers ont émis près de 35 milliards de dollars en obligation. D’après les données observées par les observateurs, les grosses entreprises de la filière ont émis la majorité de ces obligations, composées majoritairement d’obligations à court termes vers l’étranger (海外短债)

Des effets de la pénurie de main d’oeuvre à Shenzhen (Jiemian) Puisque de nombreux travailleurs migrants ne sont pas encore rentrés dans les centres de production manufacturière de l’Est et du Sud du pays, l’offre de travail est faible. Le gouvernement (et les entreprises) ont tout essayé, écrit Jiemian : affréter des trains, des véhicules avec chauffeur pour aller chercher les ouvriers dans le Jiangxi voisin. Rien y fait. Chez Foxconn, le nombre d’ouvriers en activité n’atteint pas la moitié du chiffre normal à cette période. Ainsi, les entreprises, pressées par les responsables locaux de reprendre la production, sont “contraintes” d’augmenter les salaires pour attirer les ouvriers. Ainsi, Lenovo a fait passé son salaire horaire à 24 RMB (environ 3€), contre 19 RMB auparavant : une augmentation de 26% ; Oppo a non seulement augmenté ses salaires et les bonus sur les heures supplémentaires mais également affrété des voitures et bus pour aller chercher de la main d’oeuvre dans les villes voisines. De nombre entreprises proposent des récompenses en “cash” pour ceux qui reviennent travailler, Skyworth (创维) propose ainsi des bonus allant jusqu’à 1500 RMB (190€). La lecture complète de cet article est recommandée, beaucoup de détails sur les mesures prises par les entreprises pour s’arracher la main d’oeuvre.

Agriculture

Notice de travail pour les semis de printemps (Reuters) Pour les lecteurs réguliers du Passe Muraille, cette notice n’est pas une nouveauté, mais elle confirme la crainte gouvernementale de voir la production agricole fortement impactée par le coronavirus. Les provinces doivent mobiliser les agriculteurs pour s’assurer que les semis ont bien lieu, comme l’indique la notice gouvernementale publie le 3 mars.

Industrie et entreprises

La guerre des géants de l’internet chinois (SCMP) Sur le front du numérique, on assiste à une escalade soudaine dans les hostilités entre Tencent et Alibaba. Arguant d’une meilleure protection de la vie privée des internautes et utilisateurs, Tencent a bloqué les liens renvoyant vers la messagerie d’Alibaba DingTalk (钉钉 – parmi d’autres) depuis WeChat. En particulier, l’imbroglio est lié au code “santé” d’Alibaba dont nous parlions la semaine dernière. Ding Talk est une application controversée en Chine : équivalent de Slack, elle fluidifie la communication dans l’entreprise. Malheureusement, elle est de plus en plus haïe par les utilisateurs, sont en cause tant son fonctionnement que les méthodes de management des responsables. L’article de Technode montre bien les fonctionnalités problématiques de l’application.

Après l’épidémie, l’explosion des magasins autonomes ? (Huxiu) Long format consacré à l’évolution du commerce de proximité et en particulier des convenience stores. Ce reportage dense aborde les questions de l’automatisation du commerce, les espoirs mais aussi les incompréhensions qu’ils soulève. Ainsi, Li Yuewei (李悦韡) fondateur de Cloudpick (云拿科技) expose les enjeux de la transformation numérique des magasins : à savoir concilier technologie et efficacité. En effet, selon lui, peu importe le degré d’automatisation, le commerce reste le commerce : ses principes fondamentaux ne changent pas. Ainsi, il ne table pas sur une disparition complète du personnel dans les magasins, mais table sur un réel développement de formes d’automation au sein des commerces.

Chute drastique des ventes d’automobiles (Reuters) Les ventes de voiture ont chuté de près de 80% en février à cause du virus, selon l’association des automobilistes chinois. En réaction, il serait (conditionnel de mise) possible que la loterie (qui régule dans plusieurs villes le nombre de plaque d’immatriculation disponible et donc le nombre de voiture en circulation) soit modifiée pour permettre l’achat de plus de véhicules. C’est en tout cas la piste explorée par le magazine ChinaEntrepreneurs. Les restrictions d’achats servent principalement à prévenir le risque de congestion urbaine trouvent dans 8 villes et une province, à savoir Beijing, Shanghai, Tianjin, Guangzhou, Shenzhen, Hangzhou, Guiyang et la province de Hainan.

La compétition pour la production de masques (Leifeng) Le déclenchement de l’épidémie a forcé les entreprises à convertir une partie de leur production en matériel médical, masques, gels hydroalcooliques ou autres. La production journalière de masque est ainsi passée de 20 millions par jours de 100 millions aujourd’hui. Leifeng s’est rendu auprès de plusieurs entreprises pour comprendre comment la transition eu lieu. En bref : si les entreprises de la filière ont “simplement” appelé des renforts de travailleurs temporaires, de nombreuses firmes de l’automobile, des télécommunications se sont aussi lancés dans la production de masques. Leifeng met en exergue trois points : les masques utilisent les mêmes matériaux que les isolants sonores utilisés dans l’automobile ; requiert des salles “propres” (blanches) similaires à celles dont disposent les industries de pointe, et enfin un équipement de production de masque ne coût que 250.000RMB (30.000€). Enfin les gouvernements locaux ont facilité les processus administratifs. C’est pour ça que BYD, SAIC-GM-Wuling, Oppo, Foxconn ou d’autres entreprises se sont lancés dans cette entreprise et contribuent désormais à cette grande compétition de la production de masque.

Weimob versera près d’un 1.5 milliards de RMB en compensation (Yi’ou) La semaine passée, nous parlions du crash de Weimob (微盟), entreprise qui propose des software as a service (saas) pour faciliter la comptabilité, les ventes des entreprises de e-commerce. Si l’entreprise a pu récupérer les données des entreprises, elle versera une compensation financière conséquente. Si Weimob a fait de son mieux pour résoudre la crise, elle a montré la vulnérabilité des PME, premières utilisatrices de Weimob, en cas de déficience de ce type de service.

Pourquoi ces 20 jours d’augmentation folle du prix des actions de semi-conducteurs ?  (AICaijing)  Après la fête du printemps, le cours de l’action des semi-conducteurs a grimpé en flèche. Le 12 février, Wang Lan a acheté 100 actions de Maxscend Microelectronics, au prix de 420 yuans par action. Deux jours plus tard le cours de l’action avait atteint 485 yuans, et le 26 février elle dépassait 700 yuans, avant de retomber à 586 yuans le 27. En un peu plus de deux mois, quatre sociétés, dont Zhaoyi Innovation, Lanqi Technology, Sanan Optoelectronics et China Micro, sont entrées dans le “club des 100 milliards de yuans de valeur marchande”, alors qu’auparavant aucun société nationale de semi-conducteurs ne pouvait espérer atteindre cette valeur de marché. Beaucoup s’inquiètent d’une bulle et souligne que la valeur des actions ne correspond plus à leur valeur réelle.  Pourquoi une telle augmentation ? Deux raisons principales : la substitution interne aux exportations et l’effet du coronavirus.

L’article mentionne l’accord de Wassenaar, signé en 1982 par 42 pays, qui interdit l’exportation de technologies à double usage, et les efforts des États-Unis pour augmenter les interdictions d’exportation de technologie, ce qui obligerait la Chine à procéder à une substitution aux importations dans ce secteur. Ainsi, malgré les fortes fluctuations boursières des derniers jours, le secteur des semi-conducteur serait à long terme une des valeurs boursières les plus intéressantes puisque son dynamisme ne s’appuie pas uniquement sur une spéculation déconnectée. De plus, les semi-conducteurs sont une des seules actions de haute technologie qui est restée stable avec l’épidémie de coronavirus. N’étant pas une industrie à forte intensité de main d’œuvre, elle n’a pas été très affectée par l’épidémie. Si l’épidémie continue à se propager en Asie, l’offre des semi-conducteurs pourrait se resserrer au niveau mondial et bénéficier aux entreprises chinoises. Le Japon et la Corée du Sud jouent actuellement un rôle important dans l’approvisionnement mondial en mémoire DRAM. Si l’épidémie venait à s’y aggraver cela ferait augmenter la valeur des actions des producteurs nationaux tels que Zhaoyi Innovation ou Ziguang State Micro. Cependant si le Japon ou la Corée devait être encore plus fortement touchés la substitution intérieure chinoise ne pourrait pas totalement y remédier et la chaîne d’approvisionnement serait rompue.

Remplacer Google ? Huawei lance son “Huawei search” (ChinaElectronicsJournal) Ce dernier sera accompagné de toutes les fonctionnalités actuellement offerte par l’écosystème Google, à savoir Huawei Mail, Maps, Music, Reading, Smart Assistant etc … Les nouveaux appareils Huawei auront Huawei Search installé par défaut.

Évolutions des méthodes de ventes pour les fabricants de téléphones portables (36Kr) Certains commerçants qui hésitaient encore à se tourner vers le e-commerce ont franchi le pas grâce ou à cause de l’épidémie. Les conférences de presse en ligne, les émissions retransmises en direct et les guides d’achat en ligne sont devenu les meilleurs moyen de promotion pour la vente de smartphones. Le e-commerce avait décollé grâce à l’épidémi du SRAS, celle du coronavirus est à même de changer durablement les comportement de consommation dans l’industrie de la téléphonie mobile.

See Also

Sciences et Technologies

Attribution d’APT-C-39 à la CIA (Qihoo / GlobalTimes) Dans une série de posts de blogs et d’article, Qihoo a attribué des attaques informatiques ayant eu lieu ces dernières années à la CIA. Notons d’un autre côté que sur son compte Twitter : l’équipe de sécurité informatique de Qi’anxin (奇安信) a également posté au sujet de trolls agissant sur Twitter. Il est intéressant de voir les équipes de cette entreprise réputée proche de l’Etat et revendiquant la participation à des exercices offensifs être aussi actifs sur Twitter.

Près de 180 universités ajoutent une majeure “intelligence artificielle” (Leifeng) Ces majeures seront proposées dès la licence dans près de 180 établissements, pas celui des universités dites 985 ou 211 (code du ministère de l’éducation donnée aux universités dites “d’élite” recevant des moyens supplémentaires). 180 établissement représente une augmentation fois quatre par rapport aux 35 projets pilotes lancés à partir de 2018. En d’après le plan de développement de l’enseignement de l’IA lancé la même année par le ministère de l’éducation, l’année 2020 est une année charnière, avec plusieurs objectifs : 1). 100 filière composites : IA + X (médecine, aéronautique, mais aussi philosophie, etc.) ; 2) 50 manuels de niveau international ; 3) 50 cours en ligne ouvert au public ; 4) 50 institutions ou centre de recherche.

Liste des plateformes cloud sécurisées pouvant être utilisées par les entreprises et les gouvernements locaux (MIIT / Archives) Le compte WeChat du ministère de l’industrie et du commerce a publié une liste de services de plateforme de service de sécurité informatique 网络安全公共服务平台 – Ces plateformes ont été validées par le bureau de sécurité informatique du ministère de l’industrie. Le tableau contient le nom de la plateforme, sa fonction principale, le lien vers le site, le nom de l’entreprise qui l’a créé et la dernière colonne une note, généralement sur quand la plateforme a été approuvée.

Hong Kong & Taiwan

Stanford sur la réussite de la gestion du virus à Taiwan (Stanford) Taiwan a été relativement épargné par l’épidémie de coronavirus (42 cas déclarés et un décès) malgré sa proximité géographique avec la Chine et le fait que 1 250 000 de ses citoyens y travaillent. D’après Jason Wang, docteur en pédiatrie de l’école de médecine de Stanford, cela est dû à une gestion de crise efficace du gouvernement. Un centre de prévention avait été mis en place suite à l’épidémie de SARS de 2003, et cette structure a continué de servir comme centre de gestion de crise. Dès le début de l’épidémie, des actions ont rapidement été mises en place : contrôle des voyageurs, fusion des bases de donnée de l’assurance santé nationale et de celles des douanes et de l’immigration, mise en place de quarantaine pour les profils à risque et vérification de leur respect par contrôle de la position GPS des téléphones. Le centre de commande a également utilisé des fonds gouvernementaux et des militaires pour augmenter la production de masque et de matériel médical. En outre, la transparence a été de mise en terme de communication, avec des rapports réguliers à la population sur l’évolution des mesures.

Affaires extérieures

Les prêts “infrastructures contre ressources” : nouvelles itérations au Ghana et en Guinée ?  (CCPWatch) Après une multiplication des prêts “infrastructures contre ressources” dans les années 2000 et 2010, les autorités chinoises semblent reconsidérer ce modèle. Deux prêts conclus respectivement en 2018 avec le Ghana, appuyé sur du bauxite, et en 2017 avec la Guinée appuyé sur de l’acier laissent percevoir une nouvelle série de prêts, avec des modalités légèrement différentes, qui tentent de répondre aux nombreux défauts de ce type de financement.Parmi les évolutions majeures on notera :

  • des investissements à plus long terme de la part des Chinois, ce qui se traduit dans le domaine de la construction d’infrastructures par le passage d’une position de constructeur à un rôle de “constructeur-opérateur”. L’attribution de licences commerciales aux entreprises chinoises dans le cadre de ces prêts permet également
  • Un risque de marché (fluctuation du prix) qui sera désormais supporté par la Chine, les pays emprunteurs ayant la possibilité de rembourser la Chine en matière premières dont le prix sera fixé à l’avance.

Ces nouveaux prêts conservent toutefois certains de leurs défauts tels que le manque de compétitions entre les entreprises chargées de la construction (puisque ce sont très souvent exclusivement des entreprises chinoises), ce qui peut les amener à être négligente sur la qualité, ou encore le manque de transparence autour du contenu des accords signés.

Les nouveaux Instituts de recherches chinois en Europe (EchoWall) La nouvelle politique d’influence chinoise impulsée en 2015 (CCP), visant à développer des think-tank de réflexion aux “caractéristiques chinoises”, a pour principale ambition de “servir la politique du Parti et du gouvernement chinois (TheDiplomat). Ces nouveaux groupes de réflexion lancés depuis 2015 ont été compulsé dans ce tableau. Pour une description détaillée de chacun d’entre eux, voir l’article en lien (anglais).

Victoire américaine au WIPO (AP) Conformément aux “souhaits” américains, un Singapourien prendra la tête de l’OMPI. Il s’agit de Daren Tang, Singapourien (55 votes contre 22). Défaite diplomatique certaine pour la Chine.

Relations sino-américaines

Pékin en colère après la limite du nombre de journal aux Etats-Unis (Global Times) / “Oeil pour oeil” mance Pékin (Xinhua) Nouvelles sanctions sur une entreprise (WeChat) Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a annoncé lundi que les États-Unis imposeront un plafond de personnel au nombre de citoyens chinois autorisés à travailler aux États-Unis pour cinq médias chinois gérés par l’État, réduisant ainsi le nombre d’employés de 160 à 100. Le porte-parole de ministère des affaires étrangères chinois a annoncé des mesures possibles de rétorsion.

Pakistan 

Long format sur le port de Gwadar (Bloomberg) Selon un communiqué du gouvernement, moins du tiers des projets de CPEC annoncés ont été achevés, pour un total d’environ 19 milliards de dollars. Le Pakistan est en grande partie responsable. Il a manqué à plusieurs reprises ses objectifs de construction car il manquait d’argent; il a obtenu un renflouement de 6 milliards de dollars du Fonds monétaire international l’an dernier, le 13e depuis la fin des années 80. Ces revers témoignent néanmoins de la modération chinoise dans ses ambitions liées aux nouvelles routes de la Soie, notamment du fait du ralentissement de sa croissance économique.

Corée du Nord

Blog C4ADS – la Chine qui exploite le sable nord-coréen (C4ADS) Depuis le 16 mai 2019, les images satellites indiquent que des navires nord-coréens ont à plusieurs reprise dragué du sable dans la baie de Haeju pour l’amener en territoire chinois, violant ainsi la résolution 2397 (2017) du Conseil de sécurité des Nations Unies (CSNU) imposant un embargo sur l’État totalitaire.

Philippines 

Doutes sur la présence de soldats chinois aux Philippines (Inquirer) Les deux suspect du meurtre d’un ressortissant chinois à Manilles portaient des cartes militaires, avec des armes à feu. Le sénateur Panfilo Lacson, ancien chef de la police nationale, a ainsi indiqué que la présence de soldats chinois sur le sol philippin était un réel sujet de préoccupation, et que les masses d’argents chinois blanchis aux Philippines ont sans doute un lien avec cette présence.

Militaire

La Chine répète qu’elle ne participera pas à un contrôle trilatéral des armes (Sina) Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a réitéré la position chinoise.

Diplomatie militaire

Exercice humanitaire conjoint “Golden Cobra-2020” (81)
Plus de 200 personnes de sept pays, dont la Chine, les États-Unis, ont participé à l’exercice situé en Thaïlande (Chachoengsao). L’exercice consistait à  effectuer des recherches aériennes et terrestres, et des premiers soins médicaux sur place concernant différents types de catastrophes.

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.


© 2019 EastisRed - All Rights Reserved.
Website by MPA Studio - mentions légales

Scroll To Top