Now Reading
Des députés du Parti Vert veulent supprimer le terme « réunification nationale » de la constitution.

Des députés du Parti Vert veulent supprimer le terme « réunification nationale » de la constitution.

Article traduit par Marion Vénus, collaboratrice de EastIsRed
Source: Ici

Il y a quelques jours, le député du Parti démocrate progressiste (PDP) Tsai Yi-yu a proposé d’amender la constitution taïwanaise afin d’en supprimer la mention de « réunification nationale ». S’il a ensuite retiré sa proposition en se qualifiant lui-même de « clown »,

Tsai Yi-yu lors d'une conférence de presse
Tsai Yi-yu lors d’une conférence de presse

le flambeau a été repris par le Parti Vert, l’Association de la jeunesse taïwanaise pour la démocratie (Taiwan Youth Association for Democracy) et le Parti de libération de Taiwan (Free Taiwan Party). Tout en soulignant qu’ils comprennent les réserves de Tsai Ing-wen [présidente du PDP et de l’Etat de Taïwan], ils ont proposé un vote par référendum sur la suppression de la formule « réunification nationale » de la constitution. À ce jour, la première phase des signatures a été lancée. Le texte devrait passer devant le parlement d’ici la fin du mois. 

 

Plusieurs personnalités politiques influentes essaient de peser dans le sens de la révision constitutionnelle

 

Aujourd’hui, plusieurs personnalités ont tenu une conférence de presse sur le thème de la jeunesse et l’innovation constitutionnelle. Parmi ces personnalités figuraient Yu Hsiao-ching, une responsable du parti vert, Tseng Chien-yuan, professeur à l’université nationale

Tseng Chien-yuan
Tseng Chien-yuan

centrale, Lee Hsin, membre de l’association de la jeunesse taïwanaise pour la démocratie ou encore Luo Yi, président du parti de libération de Taiwan. 

Yu Hsiao-ching a déclaré que la constitution empêche Taiwan d’être un membre à part entière de la communauté internationale et qu’il faut rompre de manière radicale les relations avec la Chine. Elle a souligné que la constitution n’est pas en accord avec la réalité de Taiwan, étant donné le multiculturalisme et la démocratie en vigueur sur l’île, et qu’il faut laisser au peuple taïwanais la liberté de choisir son avenir. 

Selon la responsable politique, la bonne gestion de l’épidémie avait permis à Taiwan de rayonner sur la scène internationale, avait rendu visible le peuple taïwanais et avait rompu l’oppression par la Chine, donnant ainsi aux taïwanais l’occasion rêvée de réviser leur constitution.  

 

Un référendum est déjà rédigé, prêt à être soumis au peuple de Taïwan

 

Ainsi, a-t-elle poursuivi, le parti vert a déjà préparé le texte du référendum sur le retrait de la « réunification nationale » de la constitution : « considérez-vous qu’il faut ajouter à la loi sur l’exercice du pouvoir législatif la disposition suivante : la dixième formation législative doit examiner avant le 20 mai 2022 le projet d’amendement de la préface de la constitution visant à remplacer la phrase :  « pour répondre aux besoins de la réunification nationale » par : « pour répondre aux besoins nationaux actuels ». Conformément à l’article 12 de la constitution actuelle, cette modification devra ensuite être soumise au référendum national ». 

 

See Also

En finir avec les mythes

 

Le député PDP Tsai Yi-yu avait déjà formulé ce souhait par le passé, avant de faire machine arrière en se qualifiant lui-même de « clown ». À ce sujet, Yu Hsiao-ching a déclaré qu’elle et ses collègues ne prendront pas position : le PDP est dans son droit et ils le respectent. 

Dans son discours d’investiture du 20 mai, la présidente Tsai Ing-wen a souligné qu’elle se conformera aux dispositions de la constitution de la République de Chine dans sa conduite des relations inter-détroit. Interrogée à ce sujet, Yu Hsiao-ching a répondu qu’elle peut comprendre la position plutôt conservatrice de la présidente mais que le Parti Vert revendique un État taïwanais souverain et indépendant et souhaite donc que le passage de la constitution faisant référence à la « réunification nationale » soit modifié. 

Selon Tseng Chien-yuan [professeur à l’université nationale centrale], le “mythe” de la « réunification nationale »

Sigle du Parti de la Liberté
Sigle du Parti de la Liberté

freine le développement de Taiwan. 

Luo Yi [président du parti de libération de Taiwan] a ajouté que la constitution actuelle est l’héritage du parti-État du Kuomintang, et que le parti de libération de Taiwan espère que la proposition d’amendement aboutira à une nouvelle constitution. 

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top