Now Reading
Englouti par les flots

Englouti par les flots

Traduit par Amandine Dodo-Viennet.
Source originale: Ici

« Ce pont était comme un totem pour nous. C’est comme de perdre un proche. On pensait qu’il ne tomberait jamais, qu’il serait toujours là, et puis soudain plus rien… » Les récentes inondations qui ont frappé l’Anhui ont emporté plusieurs ponts ancestraux. Suite à cela, de nombreuses personnes ont exprimé leur attachement et leur peine pour ces trésors du passé.

Le 7 juillet, alors que de nombreux élèves s’apprêtent à passer leurs examens d’entrée à l’université, de fortes précipitations s’abattent sur le sud de la Chine. Dans le comté de Shexian de la province Anhui. les inondations rendent les villes tellement impraticables que les épreuves sont annulées. Pourtant, à 30 kilomètres de là dans la ville de Huangshan, un autre événement bouleverse la population : le pont de Zhenhai 镇海桥 du district de Tunxi, connu localement sous le nom de « vieux pont », vient d’être emporté par les flots. Un homme filme la scène : sans crier gare, un torrent d’eau boueuse frappe le pont de plein fouet, celui-ci s’effondre soudainement en son milieu, puis d’autres blocs de pierre se détachent et sont emportés par la rivière.

La nouvelle se répand rapidement. Wu Xuan, un habitant de Huangshan, peine à y croire. Il se souvient que lorsqu’il était enfant, le vieux pont était le seul moyen pour lui de se rendre à l’école et il aimait y admirer le soleil couchant. Sa mère l’envoyait jeter un coup d’œil chaque fois que la rivière était en crue, mais jamais l’eau n’a atteint le tablier. Le pont était comme un critère de sécurité : tant qu’il tient bon, l’inondation n’est pas si sérieuse. Pour Wu Xuan, c’est comme si ses souvenirs avaient été emportés avec le pont. Il témoigne son chagrin pour sa ville natale sur les réseaux sociaux, beaucoup de gens se joignent à lui, unis par la même émotion. Seule consolation, personne ne traversait le pont au moment de l’incident.

Histoire du vieux pont

Avec la disparation de ce pont, c’est tout un pan de l’histoire de Tunxi qui s’effondre. Le vieux pont à sept arches a en effet été construit en 1536 durant la dynastie Ming. En octobre 2019, il est reconnu par le Conseil d’État comme site historique et culturel majeur protégé au niveau national. Le vieux pont est situé à l’embouchure de trois cours d’eau – le fleuve Xin’an, les rivières Lushui et Hengjiang. Dans les temps anciens, il était la porte d’entrée du district de Tunxi. L’histoire de ce lieu remonte à la fin de la dynastie Yuan – début de la dynastie Ming. En raison de son emplacement, Tunxi est très tôt devenu un pôle commercial majeur. Les marchands naviguaient sur la rivière, transportant des marchandises telles que du thé, du bambou, du bois, du papier et de la pierre à encre de Huizhou 徽州 (ville dans la province d’Anhui) vers tout le pays, contribuant à la prospérité de Tunxi qui a même été baptisée « petite Shanghai ».

La légende raconte que Dai Shiliang, un homme fortuné, finança la construction du pont, espérant ainsi épouser la fille de l’empereur Ming Jiajing. Plus tard, au début du règne de Kangxi (dynastie Qing), les inondations détruisent une première fois le pont. Un homme du nom de Cheng Ziqian fait alors un don pour qu’il soit reconstruit. Dix-sept ans plus tard, le pont est à nouveau emporté par les flots et Cheng Ziqian finance une nouvelle fois sa reconstruction mais meurt peu après, c’est son fils qui reprend le flambeau et achève le travail.

Un miroir du passé

Le photographe Zhang Jianping, qui se consacre depuis plus de trente ans à la protection des bâtiments anciens de Huizhou, explique que les ponts d’autrefois sont profondément différents de ceux d’aujourd’hui qui servent seulement au transport. Il commente : « Les quartiers anciens ont été démolis, mais s’il y a bien une chose qui peut encore témoigner de l’histoire de Huizhou, ce sont ces ponts. » Lorsque qu’il apprend que le vieux pont a été détruit, un sentiment d’insignifiance s’empare de lui, comme si la plus grande partie de sa vie avait été consacrée à assister à cette perte. Il se rend le jour même sur place, tout en sachant qu’il ne peut pas faire grand-chose, contacte le service de protection des reliques culturelles et demande aux internautes sur Weibo de partager leurs photos du pont.

Zhang Jianping est conscient de la pression du développement économique qui entraîne progressivement la disparition des monuments anciens. À Tunxi, par exemple, l’urbanisme ne cesse d’empiéter sur la vieille ville, les anciens quartiers sont désormais méconnaissables, il n’en subsiste que quelques bâtiments. Zhang Jianping souhaite avant tout que les gens prennent conscience qu’ils ont perdu plus que du bois et des pierres dans les inondations, que la préservation des ponts se généralise et ne concerne plus seulement des groupes de passionnés.

See Also

Malheureusement, le vieux pont de Tunxi n’est pas le seul à avoir succombé aux inondations dans cette région cette année. À Sanxi dans le comté de Jingde, le pont Lecheng 乐成桥 s’est également effondré le 6 juillet dernier. Vieux de plus de 400 ans, c’était le deuxième plus grand pont de pierre de la province Anhui. Et le 8 juillet, c’est le pont Caihong 彩虹桥 à Wuyuan au Jiangxi et ses 800 ans d’histoire qui a été endommagé, une partie du tablier a été emportée par les eaux. Par chance la structure principale a été épargnée.

Zhao Kui, professeur spécialisé en architecture et urbanisme à l’Université des Sciences et Technologies de Huazhong, travaille lui aussi depuis de nombreuses années dans la protection du patrimoine traditionnel. Pour lui, les ponts expriment la culture, les émotions, « le lien qui les unit à un village est plus fort que pour une simple maison ou même un mémorial, les habitants partagent le même sentiment pour les ponts. » Il existe encore de nombreux ponts couverts dans le sud de la Chine, les personnes âgées aiment s’y rendre pour jouer au mahjong, boire du thé et bavarder, comme pour renouer avec le passé. Ces scènes de vie quotidienne devraient être immortalisées elles aussi car elles font partie intégrante de la mémoire historique. Ces ponts sont comme un miroir qui reflète la simplicité des gens d’autrefois et contraste par la même occasion avec les désirs insatiables des gens modernes.

Zhao Kui ajoute que la société actuelle n’attache pas assez d’importance à la valeur culturelle de ces constructions.

Heureusement, le pays commence à réaliser progressivement l’importance de ce patrimoine culturel et accroît ses mesures pour le protéger. Le 11 juillet, la ville de Huangshan a par exemple annoncé qu’elle effectuera des travaux pour tenter de récupérer les pierres du vieux pont dispersées durant l’inondation et s’efforcera de le restaurer comme à l’origine. Le 13 juillet, à Wuyuan, des résidents ont retrouvé des parties du pont Caihong, deux poutres notamment, et le centre de protection des reliques culturelles du Jiangxi a décidé de mettre en place une équipe de professionnels pour la rénovation du pont.

 

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.


© 2019 EastisRed - All Rights Reserved.
Website by MPA Studio - mentions légales

Scroll To Top