Now Reading
Etre en informatique et rêver de faire du design: les choix de formation que les jeunes chinois regrettent le plus

Etre en informatique et rêver de faire du design: les choix de formation que les jeunes chinois regrettent le plus

Cet article a été traduit par Amandine Dodo-Viennet pour Eastisred. Originellement publié sur 南方周末.

L’heure du Gaokao 高考, l’examen national d’entrée à l’université en Chine, a encore sonné. Et avec ce test national, la question de l’orientation!  Chaque année, trop de jeunes versent des larmes amères après avoir choisi leur orientation sans y avoir sérieusement réfléchi .

Tout les étudiants se plaignent de leur formation à un moment ou à un autre. Après tout le fossé entre la réalité et l’imagination est béant ! Si on pense à la psychologie ou à l’archéologie, elles sont si attrayants dans les films, et pourtant, lorsque les jeunes les expérimentent eux-mêmes, elles leur paraissent soudain bien insipides.

Mais quelles sont au juste les filières les plus susceptibles d’être regrettées par les étudiants ? Quelles sont celles qui suscitent le plus l’envie ? DT Caijing (DT 财经) a enquêté sur les réseaux sociaux.

Les premiers seront les derniers

 

Ce sont la médecine et l’ingénierie qui arrivent en tête du classement des formations les plus regrettées, suivies par l’enseignement, la comptabilité, l’anglais et le design. Les parents considèrent en effet la profession de médecin et d’enseignant comme stable et décente, ce qui a une influence sur l’orientation de leurs enfants qui ont de mauvaises surprises une fois leurs études commencées. « Passer neuf examens en une semaine c’est la mort », « je n’accroche pas en biochimie et en physique », les plaintes des étudiants en médecine ont de quoi fendre le coeur. L’informatique, qui a toujours était très populaire, ainsi que les mathématiques et la chimie font également partie du top 10 des filières les plus regrettées.

En y regardant de plus près, on voit bien que ces filières figurent toujours parmi les plus populaires au moment de la candidature: elles riment souvent avec rémunération élevée, haut niveau de qualification et bonne position sociale. Et pourtant, elles sont devenues en quelques années le plus grand casse-tête des étudiants. D’abord en raison du niveau de difficulté, qui à de quoi faire peur aux étudiants. Ensuite, la réalité concrète s’avère bien différente de ce qu’ils avaient imaginé. Qui aurait pensé qu’en choisissant ingénierie il faudrait porter un casque de protection et un seau toute la journée pour aller sur un chantier ? Ou encore que la spécialité ingénierie automobile n’ait en fin de compte rien à voir avec votre rêve de concevoir de belles voitures de sport ?

Un phénomène d’une ampleur sans précédent.

 

En regardant les commentaires des internautes, on s’aperçoit qu’avant de passer l’examen d’entrée, de nombreux étudiants ne comprennent pas complètement en quoi consiste la formation et se rendent compte trop tard qu’ils n’arrivent pas à suivre en cours.

Par exemple : les jeunes choisissent d’étudier la comptabilité car ils visent un salaire élevé et s’aperçoivent ensuite qu’ils ne s’intéressent pas tellement aux chiffres et qu’il y a beaucoup de certifications à passer. De même, concevoir un dessin animé peut paraître excitant, jusqu’à ce qu’on se rende compte de la difficulté de peaufiner une seule image. Tout le monde dit aussi qu’apprendre une nouvelle langue est un atout, mais pourquoi ne comprend-on pas quand des étrangers parlent en anglais ? Et quand vous commencez à vous demander pourquoi vous avez choisi votre filière, c’est à ce moment que celles des autres deviennent intéressantes !

Quelles sont justement ces filières qui donnent le plus envie ? Sur Weibo, un blogueur (@大学生吐槽bot) a posé la question suivante : « Si vous aviez la possibilité de choisir à nouveau, quelle filière choisiriez-vous ? » Au vu des réponses recueillies, le design, la psychologie, la médecine et l’anatomie sont les branches qui font le plus rêver. La médecine légale, le droit, la chimie et la littérature font également partie des dix premières du classement.

See Also

Le design a le vent en poupe!

Les filières qui intriguent le plus possèdent les caractéristiques suivantes : soit elles sont choisies par un grand nombre, ce qui incite de nouveaux étudiants à se lancer ; soit elles sont beaucoup moins choisies, ce qui suscite également la curiosité. Par exemple, beaucoup d’internautes tiennent à discuter des études bouddhiques, moins populaires, désireux de savoir si ces dernières requièrent d’être célibataire, végétarien, etc.

Les “disciplines froides”: réorientation assurée

 

Qu’arrive-t-il justement aux étudiants qui choisissent ces disciplines moins populaires (en chinois 冷门 littéralement « disciplines froides ») ? À en juger par les discussions sur Douban 豆瓣, l’éducation civique, le coréen, la sociologie, l’ingénierie pharmaceutique, la biologie et l’agronomie font partie de ces filières « impopulaires », dont les principaux débouchés  sont les suivants : travailler dans le secteur de sa spécialité ou dans un secteur connexe, passer un examen pour devenir fonctionnaire, poursuivre ses études ou encore se réorienter.

Parmi ces six filières, ce sont l’agronomie, la biologie et l’éducation civique qui affichent le taux le plus élevé d’élèves qui choisissent de continuer en master. L’agronomie est également la discipline qui présente le taux le plus élevé d’examens d’entrée dans la fonction publique ; figurent également parmi les principaux métiers liés à cette spécialité vendeur de produits chimiques agricoles, cultivateur, éleveur et spécialiste des vergers.

Les emplois en lien avec la biologie incluent quant à eux la recherche en laboratoire, le travail dans les sociétés médicales et les usines chimiques. Cependant, certains doctorants qui entrent dans les laboratoires après l’obtention de leur diplôme restent généralement deux ou trois ans puis finissent par partir car la pression est trop forte. Ils orientent ensuite leur carrière vers d’autres secteurs, par exemple la banque, les investissements ou la programmation informatique. Toutefois, c’est avec la sociologie et l’éducation civique que les changements de secteurs d’activités sont les plus fréquents. Ces deux filières mènent principalement les étudiants à des postes d’enseignants et de conseillers, ils choisissent par la suite de changer pour travailler dans les ressources humaines.

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top