Now Reading
Journalistes chinoises : 4 sur 5 victimes de harcèlement sexuel

Journalistes chinoises : 4 sur 5 victimes de harcèlement sexuel

Le « Rapport sur le harcèlement sexuel des femmes journalistes chinoises sur le lieu de travail » publié en 2018 a compulsé les témoignages de 1762 journalistes. L’enquête a montré que plus de 80% (83,7 %) des femmes journalistes chinoises ont subi au moins un harcèlement sexuel dans le cadre de leur métier. 50% ont subi du harcèlement sexuel plus d’une fois et 18,2 % ont subi du harcèlement sexuel plus de 5 fois.

Une mécanique implacable : le combat de Huang Xueqin

Sur les sujets qui ont été victimes de harcèlement sexuel plus de deux fois, la moitié ont déclaré que cela avait impacté leurs relations interpersonnelles et leurs contacts « normaux ». Certains ont également eu des dépressions et des arrêts de carrière.

Huang Xueqin, une journaliste d’un média local du Guangzhou, témoigne. En 7 ans de carrière, elle a assisté à des agressions sexuelles multiples sur ses collègues féminines: mains aux seins, aux fesses dans la rédaction, ou encore une collègue cameraman forcée à boire de l’alcool par un cadre local du PCC.

Elle a donc décidé de s’intéresser de près à ce problème de société avec le scandale du professeur Chen Xiaowu (陈小武) de l’université de Beihang (北京航空航天大学) qui harcelait régulièrement ses étudiantes de son département. Sophie a poussé personnellement à son éviction, et encouragé l’université à mettre en place une plateforme pour permettre d’endiguer le fléaux du harcèlement sexuel au sein des instances académiques.

Pour Huang Xueqin, le harcèlement sexuel est présent à la fois sur le campus et sur le lieu de travail. Des plateformes comme #MeTooChina ont été ouvertes pour pointer du doigt les harceleurs; néanmoins, le problème reste endémique en Chine.

« Les femmes sont noyée une culture d’agression sexuelle« , écrit-elle. « Il faut une révolution de la manière de pensée la femme en Chine« .

Wei Tingting, directeur du Centre d’éducation au genre de Guangzhou, abonde (RFA):  » les journalistes femmes sont particulièrement vulnérables en Chine, en ce que leur métier les expose à des rencontres bien plus fréquentes. Le harcèlement sexuel est une réalité de tous les jours dans ce métier« .

Témoignages de journalistes anonymes

Source.

  • [Journaliste d’un quotidien de Pékin, 23 ans]

Un soir vers 21h, le rédac-chef m’a demandé de venir réviser mon manuscrit en urgence, je suis donc revenu au bureau où il n’y avait pas plus de 4 ou 5 personnes. Le rédac-chef m’a fait asseoir à son bureau, qui est caché dans un coin de l’immeuble, dos à la fenêtre. Il a ensuite tiré les rideaux, et tout en me demandant des détails sur mon article il a pris ma main et s’est mis à me caresser la paume. Tout s’est mis à tourner autour de moi. Je ne sais pas comment, j’ai vu son thermos et j’ai jeté la souris dessus pour renverser l’eau chaude sur lui. Je me suis levée en hurlant et j’ai réussi à me tirer de là.

See Also

Ma colocataire, également employée au journal, a aussi reçu des appels tardif du même homme…

  • [Journaliste d’un quotidien de Shanghai, 29 ans]

Je suis entrée au journal il y a 6 ans. Le patron discute souvent avec moi sur QQ depuis le début, en m’appelant toujours « trésor » ou « chérie ». Après, j’ai appris que c’était le cas pour la plupart de mes collègues femmes. Parfois, il m’envoie des photos pornographiques d’hommes et des femmes, et je ne répond pas. A chaque fois qu’une journaliste finit de dire quelque chose, il lui lance toujours des regards lubriques.

Quand on mange tous ensembles, il s’assoit à côté des plus jolies et s’amuse à raconter des histoires obscènes avant de pincer leur menotte et demander « alors, c’est vrai ou pas?« . Au début, j’étais vraiment gênée, mais j’ai fini par voir que tout le monde semblait s’en être accommodé, même les femmes.

« C’est un homme de l’ancienne génération, me disent mes collègues, avec peu d’éducation, qui vient du ruisseau. C’est comme ça, il n’y a rien à faire. Mais ne te compromet pas« . Une stagiaire tout juste diplômée s’est un peu trop compromise, récemment, et elle est tombée enceinte. Le patron a quitté sa femme pour l’épouser. Quelle histoire !

@NHirsch


© 2019 EastisRed - All Rights Reserved.
Website by MPA Studio - mentions légales

Scroll To Top