Now Reading
La Chine au Conseil des droits de l’homme de l’ONU – échos chinois.

La Chine au Conseil des droits de l’homme de l’ONU – échos chinois.

Conseil des droits de l'homme

Par Noé Hirsch.

Mardi 13 octobre, la Chine a été réélue au Conseil des droits de l’homme de l’ONU, aux côtés de la Russie et de Cuba, à l’issue d’un vote secret de l’Assemblée générale de l’ONU. Ces pays commenceront leur mandat de trois ans à partir du 1er janvier 2021

Cette élection (139 voix contre 180 en 2016) met en lumière le caractère polémique du processus de sélection à ce Conseil, qui permet de placer au Conseil des pays qui ne respectent ni les droits humains ni les recommandations onusiennes à ce sujet.  Le 07 octobre, la Chinese Human Right Defenders a publié son rapport d’examen de mi-parcours faisant suite aux recommandations liées aux droits de l’homme énoncées fin 2018 par les Etats-membres de l’ONU à la Chine. Selon l’association, sur les 58 recommandations acceptées par la Chine, aucune n’a pour l’heure été entièrement mise en œuvre, et seule trois d’entre elle sont actuellement « en cours de traitement » par l’état chinois. Parmi les manquements reprochés à la Chine, il y a notamment les discriminations faites aux femmes dans le monde du travail, à la communauté LGBTQI+ dans tous les aspects de la vie quotidienne, la persécution des minorités religieuses et de la société civile militant dans le cadre des droits de l’homme.

Si la presse occidentale s’indigne de cette élection qui survient alors même que la Chine est accusée par de nombreuses associations de perpétrer des persécutions de grande ampleur à l’encontre des Ouïghours, les médias chinois rendent un tout autre son de cloche.  Petit florilège:

Une occasion de lutter contre le “deux poids, deux mesures”

La Chine se saisira de cette opportunité pour défendre les droits de l’homme, mais s’opposera à la politisation de ces problèmes et combattra toujours le “deux poids deux mesures” “(CNR). Cet argument selon lequel les droits de l’Homme seraient une arme américaine (le “bâton des droits de l’homme“) utilisée pour décrédibiliser la Chine fait long feu dans l’argumentaire chinois. L’organe de théorie du Parti Qiushi lui a consacré un article en août 2020, se servant de la mort tragique de George Floyd pour moquer ces EU “qui prétendent à la sainteté” en critiquant les autres. Au mépris du principe même de la loi, cette défense chinoise pourrait se résumer à :”balayez devant votre porte“.

L’argumentaire chinois s’appuie toujours notamment sur “l’opinion publique“舆论 pour justifier sa politique et ignorer les critiques extérieures. Opinion publique plus facile de compulser à partir de réseaux d’opinions libres comme Twitter et Facebook, et, bien entendue, triée sur le volet, voir carrément falsifiée comme l’a récemment fait le Quotidien du Peuple avec une déclaration du chercheur Antoine Bondaz le 12 octobre.

 

Les EU ne sont pas qualifiés pour critiquer !

Lors d’une conférence de presse (14/10), le porte-parole du ministère des Affaires étrangères Zhao Lijian 赵立坚 a déclaré que les EU s’étaient mis en porte-à-faux de la communauté internationale, et n’étaient plus en mesure de critiquer les élections du Conseil des droits de l’homme [dont ils se sont retirés en 2018]. “Nous exhortions les États-Unis à cesser de propager des virus politiques, à promouvoir et à protéger sérieusement les droits de l’Homme, à éradiquer le racisme, et arrêter l’application violente de la loi par la police“, a-t-il ajouté.

Une claque au visage de l’occident !

Les netizens patriotiques ne sont pas en reste: “Continuons de frapper résolument le visage des pays d’Europe et d’Amérique ! (…) L’élection de la Chine est la conséquence de notre montée en puissance et du succès de notre politique étrangère. Ne laissons pas l’occident occuper le leadership du discours sur les droits de l’homme !“, peut-on lire sous la plume d’un cocardier Weibo zélé.

Les posteurs patriotiques chinois (parfois payés, parfois indépendants), représentant l’aile dure du Parti, sont très actifs sur Weibo, et font des émules sur Twitter. De récentes études font d’ailleurs état de l’infiltration de ces “influenceurs patriotiques” sur les réseaux sociaux non-chinois.

Les droits de l’Homme aux caractéristiques chinoises : “la vie heureuse du peuple et le plus grand des droits de l’Homme” 人民幸福生活是最大的人权.

“La voie des droits de l’homme en Chine a été développée par le peuple chinois lui-même. Les réalisations de la Chine en matière de droits de l’homme ont été réalisées par le peuple chinois lui-même”, lance l’opinion du Quotidien du Peuple du 14/10.

See Also

En Chine, il n’y a pas de peur de la guerre ou du déplacement forcé. 1,4 milliard de personnes partagent une vie paisible, libre et heureuse. C’est le plus grand projet de droits humains réussi au monde“.

Dans la foulée de la position chinoise en matière de droits de l’homme, le Quotidien du Peuple rappelle ainsi que le premier droit humain, en Chine, est la sécurité.  Et de se prévaloir de l’opinion de Tom Zwart, professeur à la faculté de droit de l’Université d’Utrecht aux Pays-Bas: “la pratique chinoise des droits de l’Homme est conforme à l’esprit originel de la déclaration universelle de 1948.”

Coopération et le conseil valent mieux que commissions agressives et enquêtes.

Dans ce ce même édito du Quotidien du Peuple, l’auteur rappelle que “la Chine soutient l’égalité, la confiance mutuelle, le principe de prendre exemples les uns sur les autres, et la coopération gagnant-gagnant“. Ce siège permettra à la Chine de “diffuser dans le monde entier la sagesse chinoise en matière d’administration des droits de l’homme“.

En effet, en 2017 et en 2018, le Parti communiste chinois a déjà proposé au Conseil des droits de l’homme deux résolutions visant à “préserver la souveraineté des pays, le dialogue égalitaire et la coopération, éviter d’appeler à prendre des mesures contre des pays, et promouvoir le modèle singulier de développement du Parti (Brookings Institution).

Ce 13 novembre 2020, les médias chinois pro-Parti ont de bonnes raisons de se réjouir.

 

 


© 2019 EastisRed - All Rights Reserved.
Website by MPA Studio - mentions légales

Scroll To Top