Now Reading
La Chine tombe dans le “piège” de la faible fécondité

La Chine tombe dans le “piège” de la faible fécondité

Ce texte a été traduit et synthétisé par Vania Tabanelli, titulaire d’une licence “Langues étrangères Chinois-Espagnol parcours économie chinoise” obtenue à l’Université de Boulogne, Italie. Après un semestre en échange à l’Université de Pékin, elle suit le parcours “International Management” à l’lCN Business School de Nancy, option double Master avec East China Science and Technology University de Shanghai.

Le Ministre des Affaires Civiles Li Jiheng 李纪;a déclaré: “La population en âge de procréer de notre pays est peu disposée à le faire. Le taux de fécondité est tombé sous la ligne d’alerte et la démographie est entré dans une période de transition critique,  rappelant la théorie du« piège à faible fécondité »  avancée par le chercheur autrichien Lutz en 2005 selon laquelle une fois que l’indice synthétique de fécondité1Somme, pour une période donnée et pour les différents groupes d’âge, du taux de fécondité multiplié par l’amplitude du groupe d’âge descend en dessous de 1,5, il devient très difficile de renverser la tendance.

En Chine, le taux de natalité baisse. Il est passé de 21,06 % en 1990 à 12,07% en 2015. Conscient des implications négatives d’une faible fécondité à long terme sur le développement de la Chine, le gouvernement a adopté la politique universelle des deux enfants en 2016. Cependant elle n’a pas réussi à provoquer le baby-boom attendu. Le nombre de naissances en 2018 a en fait diminué par rapport à 2017, de 17,23 à 15,23 millions et il a continue de baisser en 2019, atteignant les 14,65 millions des naissances, représentant la troisième année consécutive de baisse du nombre de naissances depuis 2016.

Courbe du taux de natalité en Chine

Récemment, le ministère des Affaires civiles a officiellement admis pour la première fois que le taux de fécondité total de la Chine est tombé en dessous de la ligne d’avertissement pour entrer, au sens statistique, dans le «piège de faible fécondité», dû à l’affaiblissement de la volonté de la population chinoise d’avoir des enfants. La «politique globale des deux enfants» n’a pas relancé la démographie chinoise.

Ainsi,  le “Plan national de développement de la population (2016-2030) 国家人口发展规划(2016—2030年) publié par le gouvernement chinois, qui prévoit une population stabilisée 1,45 milliards d’individus en 2030 n’a à peu près aucune chance d’aboutir, selon le chercheur chinois Huang Wenzheng 黄文政. Selon ce démographe, “À la fin de ce siècle, la population chinoise tombera en dessous de 600 millions et sera inférieure à 300 millions d’ici le milieu du siècle prochain“.

Pourquoi les jeunes refusent-ils d’avoir des bébés?

La première raison est la pression économique : de l’accouchement à la naissance, de la naissance à l’école, les parents dépensent beaucoup des sommes astronomiques pour élever leurs enfants: le total estimé monte au moins à 700 000 yuans (88 000 euros) pour chaque enfant, avec plus de la moitié du montant consacré aux dépenses d’éducation.
Ce chiffre moyen explose dans les grandes villes, comme, Beijing, Shanghai, Shenzhen et Guangzhou , où le “prix” d’un enfant s’élève à plus de 2 millions de yuans (252 000 euros)

Pas étonnant que certaines personnes disent: « Élever un bébé, c’est éliminer un millionnaire ». Sur un moteur de recherche comme Google, après avoir entré “Elever un enfant”, la troisième suggestion proposée est: “combien coûte d’élever un enfant ?” (养孩子需要多少钱). Le lait en poudre, à lui seul, coûte à une famille plusieurs milliers d’euros par enfant chaque année.

De plus, le concept traditionnel de « plusieurs enfants, plus de bénédictions» tend à s’évanouir.

Par ailleurs, le statut des femmes s’améliore constamment . La proportion de femmes ayant des carrières professionnelles parmi les femmes chinoises augmente d’année en année. Plutôt que d’être une femme au foyer traditionnelle qui dépend financièrement de son mari et se concentre sur l’accouchement et les travaux ménagers, elles tendent à viser l’indépendance économique. L’accouchement est devenu un obstacle et un fardeau, de sorte que de plus en plus de femmes préfèrent éviter d’avoir un enfant.

See Also

Est-il vraiment impossible d’échapper au  «piège de la faible fertilité» ?

La réponse est non.

La reconnaissance officielle de la baisse de la fécondité et le début d’une réponse politique en Chine a pris du temps. En raison de ce retard, la Chine a perdu un temps précieux soit pour ralentir le processus de vieillissement de la population, soit pour se préparer aux effets de la nouvelle réalité démographique sur la société chinoise. Le gouvernement devra initier des politiques du soutien à l’emploi, de réductions d’impôts et de protection sociale. Comme le disait un article du People’s Daily Overseas Edition人民日报海外版: «La naissance d’un bébé est une affaire de famille, et une affaire nationale ».

SOURCES

 


© 2019 EastisRed - All Rights Reserved.
Website by MPA Studio - mentions légales

Scroll To Top