Now Reading
« La loi de sécurité nationale instaure à Hong Kong les conditions propices à une stabilité pérenne » – Lau Siu-kai

« La loi de sécurité nationale instaure à Hong Kong les conditions propices à une stabilité pérenne » – Lau Siu-kai

Monsieur Lau Siu-kai (刘兆佳) est professeur émérite de sociologie à l’Université chinoise de Hong Kong et vice-président de l’Association nationale de recherche de Hong Kong et de Macao.

Nous avons pensé que dans les circonstances actuelles, il était nécessaire de présenter les différentes opinions en lice.

L’article a été traduit par Lucienne Luwenga. Il a été publié sur le site de réflexion Aisixiang.


 

Le 28 mai, l’Assemblée Nationale Populaire de Chine a majoritairement adopté la loi de sécurité nationale. Cette loi prévoit l’amélioration du système juridique et le renforcement des mécanismes d’application dans la Région administrative spéciale de Hong Kong (RASHK).

Le 3 juin, le vice-premier ministre chinois s’est entretenu avec le Directeur général de la Région administrative spéciale de Hong Kong. Le vice-premier ministre a déclaré que l’objectif des autorités centrales dans promulgation de cette loi de sécurité nationale est de sauvegarder la souveraineté nationale, la sécurité et les intérêts du développement, afin d’assurer le maintien du principe «un pays, deux systèmes ». La loi de sécurité nationale à Hong Kong ne viserait donc qu’une minorité et protègerait la grande majorité de la population.

Il convient de souligner que dans le passé «instaurer à Hong Kong les conditions propices à une stabilité pérenne» était loin d’être une priorité politique. Les mesures politiques récemment adoptées révèlent une volonté des autorités centrales à accorder plus d’attention à Hong Kong.

Le champ d’action des forces extérieures est fortement réduit

 

Depuis la réunification, les autorités centrales et la population hongkongaise aspirent ensemble à une stabilité pérenne de la région, bien qu’elle peine à s’établir.

Le fait est que Hong Kong est depuis longtemps dans une situation d’instabilité politique. Elle est due à l’ingérence des forces hostiles internes et externes à la région, la faiblesse du gouvernement de la RASHK, et le manque de sensibilisation de la société hongkongaise dans la sauvegarde de la sécurité nationale. On peut ajouter à cela les difficultés économiques qui provoquent en plus de l’instabilité des luttes politiques fréquentes.

Lau Siu-kai (刘兆佳)
Lau Siu-kai (刘兆佳)

La promulgation de la loi de sécurité nationale à Hong Kong est une mesure majeure qui a été introduite face à une situation contraignante et insupportable.

Parallèlement à la stratégie américaine d’endiguement de la montée chinoise, les forces extérieures et les forces anti-centrales internes de Hong Kong ont créé des troubles dans l’optique de s’emparer de la gouvernance. Les autorités centrales, voyant que Hong Kong ne pouvait assurer la sécurité nationale, ont été résolu d’améliorer le système juridique et le mécanisme d’application de la région.

Il va sans dire que la loi sur la sécurité nationale ne peut pas éliminer complètement les éléments nuisibles parce qu’ils existent depuis longtemps, mais elle peut certainement instaurer à Hong Kong les conditions propices à une stabilité politique pérenne.

Les avantages de la loi de sécurité nationale

 

  • Premièrement, cette loi réduit considérablement le champ d’action des forces extérieures. Elle affaiblit leur capacité d’interférence dans les affaires hongkongaises et réduit leur chance de générer des troubles en conjonction avec des forces hostiles internes.

Les forces extérieures, en particulier les États-Unis et les « indépendantistes » de Taïwan, ont été très actives dans la planification et le financement de « l’occupation illégale de la Chinecentrale » en 2014. Ils sont aussi à l’origine de la controverse sur la loi de sécurité nationale qui a éclaté au milieu de l’année dernière.

L'annonce de la nouvelle loi a provoqué heurts et remous dans la société civile
L’annonce de la nouvelle loi a provoqué heurts et remous dans la société civile

Outre les agences officielles, parmi les principaux «mains noires [manipulateur en coulisse]» et agents de pression, s’ajoutent diverses organisations non gouvernementales, civiles voire même de nombreuses agences d’espionnage et de renseignement. La loi de sécurité nationale empêche les forces extérieures de transformer Hong Kong en une base de renseignement, de propagande, et de subversion.

Elle sape non seulement une nouvelle « révolution des couleurs »  mais aussi toutes sortes de luttes et de troubles dans la formation, le financement, l’organisation, la direction et la mobilisation des forces d’opposition.

  • Deuxièmement, sans le soutien et la protection des forces extérieures, le pouvoir politique des forces d’opposition diminuera, sa base sociale deviendra plus étroite et sa capacité à recruter et former du personnel ne sera plus la même. À l’avenir, leurs activités seront soumises à des contraintes juridiques de plus en plus sévères, et leurs perspectives politiques deviendront de plus en plus sombres.

Bien que certains pays occidentaux et les « indépendantistes» de Taïwan condamnent et s’opposent à la promulgation de la loi de sécurité nationale à Hong Kong, ils ont été incapables d’appliquer des mesures de « sanction» à l’encontre de la Chine continentale et de Hong Kong.

À cet égard, l’opposition et ses partisans anti-chinois sont évidemment très déçus, ils déclarent éprouver un sentiment de «trahison ». Le soutien et le financement que les forces étrangères leur apportaient est considérablement réduits par la mise en œuvre de la loi de sécurité nationale. Ils se rendent compte qu’ils ne peuvent plus compter sur des forces extérieures qui ne sont plus capables de les protéger. Ils sont devenus des pièces jetables.

L’opposition a pendant longtemps utilisé le Conseil législatif de Hong Kong comme plate-forme de lutte contre les autorités centrales et le gouvernement de la région administrative spéciale de Hong Kong (RASHK). La loi de sécurité nationale réduira son rôle de plateforme de lutte.

Les forces « indépendantistes» de Hong Kong seront à bout de ressources

 

Si l’opposition veut être membre du Conseil législatif, elle devra prêter allégeance au pays, à la région administrative spéciale de Hong Kong et soutenir la loi fondamentale de Hong Kong, sinon elle perdra non seulement des sièges, mais assumera également la responsabilité juridique.

Si elle souhaite participer aux élections du Conseil législatif, elle devra également convaincre le directeur du scrutin qu’elle remplira ses vœux après élection, autrement elle ne pourra être candidate.

De cette façon, même si l’opposition a la chance d’être élue parlementaire, elle ne pourra pas utiliser le Conseil législatif comme base.

Promotion de la loi dans les rues de Hong Kong
Promotion de la loi dans les rues de Hong Kong

L’opposition estime qu’après la promulgation et la mise en œuvre de la loi de sécurité nationale à Hong Kong, il y aura des conflits importants et des divisions internes notamment sur les questions telles que les relations entre la Chine et le monde extérieur. Par conséquent, au lieu de concentrer son énergie dans les questions d’ordre économique, sociale et de subsistance des populations, elle devra la dépenser dans ces combats politiques.

En l’absence d’un soutien et d’une coopération solides de la part des forces extérieures, les forces de l’opposition, en particulier les forces radicales et « indépendantistes » de Hong Kong seront politiquement de plus en plus marginalisées et à bout de ressources. Ils perdront le soutien la population et diminueront inévitablement leurs capacités à saper la gouvernance de la RASHK.

  • Troisièmement, après la réunification, le système juridique et le mécanisme d’application existant à Hong Kong ont été incapables de sauvegarder la sécurité nationale. C’est dans ce contexte que l’opposition peut sans cesse déclencher des actions politiques contre l’État, et le Parti communiste chinois. Elle s’est toujours appuyée sur des questions politiques très provocantes et anti-chinoises pour inciter les Hongkongais notamment les jeunes à l’hostilité envers la nation et attirer l’attention, et le financement des forces extérieures.

L’opposition a aussi instrumentalisé les incidents liés à «l’état de droit» et aux «droits de l’homme» afin que les Hongkongais leur donnent leur sympathie puisqu’ils s’estiment être les «combattants des droits de l’homme» sur le continent. Une position qui discrédite le gouvernement central.

La mobilisation des forces hostiles a été sérieusement minée

 

See Also

Les forces d’opposition peuvent même de manière plus flagrante et sans scrupule s’entendre avec des forces étrangères (principalement les États-Unis et le Royaume-Uni) et les éléments «indépendantistes » de Taiwan pour faire des vagues à Hong Kong et utiliser des forces externes pour exercer des pressions sur le gouvernement central et le gouvernement de la RASHK.

Après la promulgation et la mise en œuvre de la loi de sécurité nationale à Hong Kong,toutes ces actions seront soumises à des restrictions considérables, ce qui réduira l’incitation politique et les capacités de mobilisation des éléments anti-Chine et anti-communistes.

  • Quatrièmement: La promulgation de la loi de sécurité nationale à Hong Kong démontre pleinement la détermination du gouvernement central à intégrer la pleine gouvernance de la région administrative spéciale de Hong Kong et à mieux contrôler la situation politique. La fonction publique veille à ce que la région administrative spéciale de Hong Kong puisse exercer une bonne gouvernance sans être dérangée par des forces hostiles internes et externes.
Wilson Leung
Les militants pro-indépendance de Hong Kong se sont indignés, ce mardi 30 juin, après l approbation de la loi par Pékin.

En d’autres termes, sous la direction forte du gouvernement central, le gouvernement RASHK et les forces patriotiques forment ensemble une « force de gouvernance » puissante pour non seulement faire face aux provocations des forces hostiles tant à l’intérieur qu’à l’extérieur mais aussi résoudre les problèmes socioéconomiques, et accélérer l’intégration de Hong Kong dans le développement global du pays.

  • Cinquièmement, depuis que le gouvernement central a activement exercé son rôle de chef de file dans les affaires de Hong Kong, le moral du gouvernement RASHK et des forces patriotiques a considérablement augmenté. L’efficacité des combats politiques a également été améliorée, et ils ont pu contre-attaquer face aux les forces hostiles internes et externes. Ce n’est qu’à partir d’une force patriotique forte que la stabilité pérenne prendra place à Hong Kong.

 

  • Sixièmement, la loi de sécurité nationale donne à la région administrative spéciale de Hong Kong des outils juridiques plus puissants et plus efficaces pour pouvoir lutter contre les éléments anti-chinois et antigouvernementaux qui se cachent dans les médias et les écoles.

Cette loi empêche les médias et les éducateurs sous l’influence des forces hostiles internes d’utiliser la «liberté de la presse», « l’autonomie pédagogique et institutionnelle» comme des instruments de diffusion de fausses informations. En coordination avec les autres lois de Hong Kong, la loi de sécurité nationale permet d’interdire l’utilisation des médias et des écoles comme base pour organiser et mobiliser des actes illégaux et violents contre le pays, le gouvernement central et la société.

 Les forces de « indépendantistes » de Hong Kong perdent pied

 

Ces forces qui promeuvent et inculquent publiquement ou implicitement « l’indépendance de Hong Kong » et d’autres idées séparatistes ne peuvent plus survivre dans la société.

Manifestants contre la loi de sécurité nationale
Manifestants contre la loi de sécurité nationale

Après la promulgation et la mise en œuvre de la loi sur la sécurité nationale, les «indépendantistes» de et divers autres séparatistes n’auront plus pied. Le gouvernement de la région administrative spéciale de Hong Kong disposera de moyens juridiques suffisamment coercitifs.

  • Septièmement, la loi de sécurité nationale peut ouvrir la voie à la promotion de l’éducation nationale à Hong Kong. Les « mesures politiques» adoptée par l’Assemblée Nationale Populaire de Chine oblige le gouvernement de la région administrative spéciale de Hong Kong à dispenser un enseignement sur la sécurité nationale et à soumettre des rapports périodiques au gouvernement central. On peut s’attendre à ce que le gouvernement RASHK promeuve plus activement l’éducation nationale en mettant l’accent sur la sécurité nationale.

En plus de permettre aux étudiants et au public de comprendre les menaces à la sécurité nationale auxquelles est confronté le pays et leurs responsabilités dans la sauvegarde de la sécurité nationale, l’éducation à la sécurité nationale peut aussi améliorer leur compréhension et leur identification à la nation et à l’histoire récente de la Chine. Dans un environnement dans lequel de plus en plus de Hongkongais, notamment les jeunes, ont un sentiment grandissant d’appartenance à la nation, les actions contre la nation deviendront quasi inexistantes.

  • Huitièmement, la promulgation de la loi de sécurité nationale va dans une large mesure, changer les attentes psychologiques politiques de certains habitants de Hong Kong envers le gouvernement central et réduire leur participation aux actions des forces hostiles qui ciblent l’État et les autorités centrales. Les Hongkongais ne penseront plus que les forces extérieures, en particulier les États-Unis, peuvent effrayer la Chine. Ils ne croiront plus que les autorités centrales craindront de susciter un sentiment anti-central à Hong Kong. Ils comprendront que les autorités centrales n’auront pas peur de défendre la souveraineté, la sécurité et l’intégrité territoriale du pays. Dans un tel contexte, il est évident que leur soutien aux forces hostiles externes et internes s’effondrera.

Cette loi démontre la détermination des autorités centrales à ne ménager aucun effort pour sauvegarder les intérêts nationaux et la sécurité. Elle provoque un coup de tonnerre dans la psychologie politique de la population hongkongaise, et réduit fondamentalement leur désir de s’allier aux forces hostiles pour lutter contre les autorités centrales.

L’avenir de Hong Kong est prometteur

 

  • Neuvièmement, la mise en œuvre cette loi sera à terme bénéfique pour le développement démocratique de Hong Kong.

Les autorités centrales participeront activement au développement démocratique de Hong Kong sans avoir à craindre que le développement de la démocratie donne de l’ampleur aux actions des forces hostiles. Lorsque les aspirations démocratiques des Hongkongais seront progressivement satisfaites, de nombreuses doléances politiques se dissiperont et la situation politique à Hong Kong sera apaisée.

Enfin, la loi de sécurité nationale fournit à la région un outil juridique puissant. Hong Kong pourra efficacement assumer ses responsabilités constitutionnelles sur « le principe d’un pays deux systèmes ». Sa mise en oeuvre renforcera davantage la position de Hong Kong en tant que centre international des finances, du commerce et des services, et sera propice à son développement économique à long terme. Elle accélérera également l’approfondissement du rôle de Hong Kong dans la construction de la Grande Baie de Guangdong-Hong Kong et Macao et intégrera Hong Kong dans le développement national global.

Si Hong Kong peut fonctionner sur « le principe d’un pays, deux systèmes », avec non seulement  une croissance économique soutenue, une restructuration industrielle continue,mais aussi une amélioration progressive des moyens de subsistance de la population et un flot continu de possibilités de développement pour les jeunes alors « ce Hong Kong » sera celui de la stabilité pérenne.

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top