Now Reading
Le Bitcoin: fin de la lune de miel avec la Chine

Le Bitcoin: fin de la lune de miel avec la Chine

Le cours du Bitcoin a grandement chuté en mai après qu’Elon Musk, PDG de Telsa, ait annoncé que l’entreprise n’accepterait plus cette « monnaie » comme mode de paiement pour ses voitures. Du côté chinois, l’avenir du Bitcoin n’est pas moins flou. Seulement quelques jours après le communiqué du milliardaire, la Chine a publié plusieurs règles restrictives à propos des cryptomonnaies.

Le 18 mai, la Commission Nationale de Développement et de Réforme de Mongolie-Intérieure a mis en place une plateforme pour permettre la délation d’entreprises « minières1Le minage est l’activité qui consiste, à l’aide de matériels informatique, à enregistrer des transactions sur une blockchain en les rendant immuables.  » de cryptomonnaies. Le même jour, la NIFA (National Internet Finance Association of China), la CBA (China Banking Association) et la PCAC (Payment & Clearing Association of China) ont publié une « Annonce sur la prévention des risques de la spéculation sur les transactions en monnaie virtuelle ». Trois jours plus tard, le comité des finances du Conseil d’Etat a demandé à sévir contre les transactions et le minage de Bitcoin. Et le 26 mai dernier, la Commission Nationale de Développement et de Réforme de Mongolie-Intérieure a divulgué huit mesures pour réprimer et punir les activités de minage.

Des règlementations chinoises qui ébranlent le prix du Bitcoin

Le prix du Bitcoin est très fluctuant. Il a chuté au début de la pandémie, au mois de mars 2020, puis a connu une hausse de près de 200% sur l’année, avoisinant les 30 000 $ US (24 800 €) au mois de décembre. Le 14 avril 2021, le Bitcoin atteint le prix le plus élevé de son histoire : 64 863 $ US (53 584 €). Les experts expliquent que cette augmentation a découlé du fait que les banques centrales ont dû adopter des politiques monétaires beaucoup plus accommodantes face à l’impact de l’épidémie. De plus, le manque de capitaux a mené certaines institutions à s’inquiéter de la dévaluation de la monnaie ayant cours légal. Elles se sont donc tournées vers certains produits pour minimiser les risques, comme les cryptomonnaies.

Des entreprises comme Tesla ont également investi dans les monnaies virtuelles. Au premier trimestre de 2021, le constructeur automobile a fait 438 millions de dollars US (362 millions d’euros) de profits, dont un quart provenait des transactions Bitcoin.

L’influence de grands chefs d’entreprises sur les réseaux sociaux et l’évolution dans le domaine des technologies sont aussi des facteurs influents sur le cours des cryptomonnaies. On a bien pu observer cela avec l’annonce de Musk le 12 mai dernier. Le jour même de son tweet, le cours du Bitcoin a chuté de plus de 10%, tombant à 49 000 $ US (40 500 €) et a continué de baisser les jours suivants. Le 19 mai, il est tombé en dessous des 40 000 $ US (33 000 €).

Ce déclin n’est pas seulement due à l’annonce de Tesla, mais aussi aux mesures prises par la Chine pour dévaloriser les cryptomonnaies.

Représentation de Bitcoin devant le logo Tesla, fait le 9 février 2021. [REUTERS/Dado Ruvic]

Peut-on réellement interdire le minage ?

Les réglementations sorties depuis le 18 mai ne sont pas une nouveauté. Depuis 2013, même si la cryptomonnaie n’est pas illégale à ce moment-là, la Banque Centrale chinoise et d’autres institutions mettent en avant les risques liés au Bitcoin. Le 4 septembre 2017, la Banque Centrale et sept autres commissions ont publié une annonce qui interdit explicitement les transactions en monnaie virtuelle.

Même si les échanges de ce type de devise ne sont plus supposés exister et que les sites web concernés ont été bloqués, la Chine reste le pays où l’on trouve le plus de mineurs de cryptomonnaies. L’une des principales façons d’effectuer des transactions de Bitcoin dans le pays, est qu’une banque privée illégale enregistre une société en Chine et une autre aux Etats-Unis. Elle utilise la société américaine pour acheter des Bitcoins et la société chinoise reçoit l’argent de l’achat de cette monnaie. Mais cette technique est de plus en plus difficile à appliquer, car aujourd’hui ce genre de paiement commercial doit être correctement justifié et des contrats de vente sont demandés.

La Chine a donc récemment renforcé sa réglementation à l’encontre des cryptomonnaies, que ce soit au niveau des transactions, mais en particulier du minage. L’une des huit mesures publiées par la Commission Nationale de Développement et de Réforme de Mongolie-Intérieure consiste à punir toute activité de minage de monnaie virtuelle, et cela même contre les grands centres de big data, les fournisseurs de Cloud, les entreprises de communication et d’Internet, etc. Mais également contre les principaux fournisseurs d’électricité et d’emplacement pour les entreprises minières. Toute entreprise ou personne impliquée dans des activités de « minage » sont mises sur liste noire.

Cette fois, les « mineurs » n’ont plus le choix et doivent transférer leurs « mines » dans d’autres pays. Comme Mars Cloud Mine 2火星云矿 qui a transféré certaines de leurs machines de minage au Kazakhstan, et leur accès IP en Chine a été bloqué le 26 mai.

Même s’il est encore difficile de complètement interdire le minage de cryptomonnaies en Chine, le gouvernement y parvient peu à peu.

Le manager d’une mine de Bitcoin marche dans une allée de machines de minage, Sichuan, China, 26 Septembre 2016. [EPA/LIU XINGZHE]

L’écart de réglementation entre les pays pose des défis

Dans le monde, la Chine est le pays avec le plus grand taux de hachage3Le taux de hachage permet de mesurer la puissance de minage d’un ordinateur, soit la vitesse à laquelle il effectue un calcul., 65,08 %, dépassant de loin les États-Unis et leurs 7,24 %. Les quatre premières provinces à se partager ce taux en Chine, se situent à l’Ouest : le Xinjiang, le Sichuan, la Mongolie-Intérieure et le Yunnan. Le Xinjiang à lui seul, dépasse les 35 %.

Cela représente de grosses dépenses d’énergie et l’emprunte carbone du minage est bien trop élevée. Le Centre de recherche pour la Finance Alternative de l’université de Cambridge (CCAF) a estimé que la consommation annuelle du minage de cryptomonnaie était de 115,54 TWh (Térawatt-heure). Ce qui correspond à 0,53 % de la production d’électricité mondiale. Si le minage était un pays, il serait le 33e plus grand consommateur d’électricité au monde.

See Also

Certains comparent l’engouement autour du Bitcoin à la tulipomanie qui a eu lieu au XVIIe siècle en Europe. Luis de Guindos, vice-président de la Banque Centrale Européenne a déclaré après la chute du prix du Bitcoin, le 19 mai dernier, qu’il s’agit d’un actif très fragile et fluctuant, et que les actifs cryptés ne doivent pas être considérés comme de « vrais investissements », car leur valeur potentielle est difficile à identifier. Guindos déclare tout de même, que la fluctuation du marché des cryptomonnaies ne constitue aucun risque pour la stabilité financière globale.

En dehors de la Chine, la supervision des monnaies virtuelles se resserre également, mais davantage sur la réglementation des transactions afin de prévenir les risques de fraudes et d’évasion fiscale. Par exemple, le gouvernement américain a récemment proposé que les transferts de cryptomonnaie supérieurs à 10 000 $ US (8 250 €) soient déclarés au service de taxation des Etats-Unis. Et le 21 mai, le gouvernement de Hong Kong a proposé que la bourse de monnaie virtuelle, opérant dans la région administrative, doit obtenir une autorisation du régulateur du marché de Hong Kong, et ne peut fournir des services qu’aux investisseurs spécialisés.

Mais ce n’est pas encore la fin des monnaies virtuelles. Aujourd’hui, il existe plus de dix fonds ETF (Exchange-Traded Funds) de cryptomonnaie dans le monde et l’investissement institutionnel devrait devenir le courant dominant.

À l’heure où ces lignes sont rédigées, Elon Musk continue à parler du Bitcoin. Le 13 juin, il poste sur Tweeter : « Quand il y aura une confirmation d’une utilisation raisonnable (~50 %) d’énergie propre par les mineurs avec une tendance positive pour l’avenir, Tesla recommencera à accepter les transactions Bitcoin. ». Durant les heures qui ont suivi, le cours du Bitcoin a augmenté de 9 % et dépasse actuellement les 32 000 €.

Le cours du Bitcoin du 30 mars au 14 juin 2021. [bitcoin.fr]
Traduit et synthétisé par Célia Farouil.

Source : 中国新闻周刊


© 2019 EastisRed - All Rights Reserved.
Website by MPA Studio - mentions légales

Scroll To Top