Now Reading
Le groupe Evergrande dans la tourmente

Le groupe Evergrande dans la tourmente

Le grand groupe immobilier chinois, endetté jusqu’au cou, s’est vu réprimandé par les autorités chinoises. En jeu: la stabilité financière du pays, terriblement dépendant de ce secteur.

Le 19 août, la Banque centrale et la Commission chinoise de réglementation des banques et des assurances (央行和银保监会) ont reçu les dirigeants d’Evergrande, pour les exhorter à  « résoudre activement les risques d’endettement et de maintenir le marché immobilier et la stabilité financière ». Cela signifie que la crise de la dette d’Evergrande n’est pas seulement un problème pour l’entreprise elle-même, mais menace la stabilité du marché immobilier et financier chinois. 

Evergrande accuse 293 milliards de dollars de dettes, dont plus de 100 milliards portant intérêt. Le 25 août, Evergrande a publié son dernier rapport financier, montrant une perte totale de plus de 1 milliards de d’euros dans les secteurs immobilier et automobile au cours du premier semestre de l’année. Le même jour, le groupe annonce chercher à liquider des projets résidentiels à Hong Kong à perte, pour éviter une crise de trésorerie. Plus tôt en août, Evergrande avait déjà annoncé la vente d’un partie de sa filiale automobile et environ 11% de sa filiale Internet à des investisseurs tels que Tencent Holdings Ltd. (~400 millions de dollars), ce qui lui a permis de sauvegarder in extremis la valeur de son action. Le 26 août, selon China Business Newsle stade d’Evergrande et les appartements annexes à Panyu, Guangzhou, ont été vendus à Guangzhou City Investment, pour environ 1,85 milliards de dollars. La phase de liquidation des biens immobiliers de l’entreprises semble s’amplifier.

L’endettement immobilier: le « grey rhino » chinois.

En 2020, Guo Shuqing (郭树清), le président de la Commission chinoise de réglementation des banques et des assurances estimait déjà publiquement: « sur plus de 130 crises financières dans le monde depuis le siècle dernier, plus de 100 sont liés à l’immobilier. Avant la crise des subprimes en 2008, les prêts hypothécaires immobiliers américains dépassaient 32% du PIB de l’année. À l’heure actuelle, les prêts immobiliers de la Chine représentent 39% des prêts bancaires, et englobe une grande partie des obligations, des actions [en Chine]. On peut dire que l’immobilier est le plus gros risque financier en Chine à ce stade ».

Car en Chine, l’immobilier, en plus de représenter un quart du PIB national, constitue également la seule option d’épargne valable et sûre pour les ménages chinois, devant les placements financiers ou bancaires. Le prix de l’immobilier est réputé ne pas baisser en Chine (et lorsqu’il baisse, cela peut provoquer des manifestations), et son poids est si important que le gouvernement ne devrait pas laisser la bulle éclater. Ce phénomène d’épargne, et de refus de voir le prix des biens immobiliers baisser a notamment conduit à l’édification des fameuses villes fantômes qui parsèment aujourd’hui le pays.

Ces dernières années, de nouvelles réglementations sont intervenues en Chine pour limiter le risque de crise financière liée à l’immobilier. En effet: en août 2020, le gouvernement publie « trois lignes rouges » pour les passifs immobiliers: pour obtenir un accès à des financements, les entreprises doivent désormais montrer un ratio passif/actif (à l’exclusion des recettes anticipées) inférieur à 70 %, un ratio d’endettement net inférieur à 100 % et un ratio trésorerie/dette à court terme supérieur à 1. En bref, une politique de désendettement forcé.

Cette fois, il semble que la loi doive être appliquée pour de bon.

See Also

Evergrande, première victime du resserrement?

Pour Evergrande, un grand nombre de dettes arrivant à échéance et ne peuvent plus compter sur un financement extérieur pour être remboursée. Conséquence: En juillet de cette année, la succursale de Yixing de la China Guangfa Bank a demandé au tribunal de geler les avoirs d’Evergrande d’un montant de 15 millions de dollars. Zhejiang Leo Group Co. (浙江利欧股份有限公司), cotée à Shenzhen, a déclaré la semaine dernière qu’elle poursuivait China Evergrande pour non paiement de 55 millions de dollars de dettes comprenant des dépenses publicitaires impayées et des factures d’acceptation commerciale qui ont expiré.

Fin juillet de cette année, Standard & Poor’s a abaissé la note d’Evergrande de B+ à B-. Une semaine plus tard, Standard & Poor’s a abaissé la note d’Evergrande de B- à CCC. Début août, Moody’s a également baissé le crédit d’Evergrande.

Il n’est pas impossible que Evergrande, déjà fragilisée par l’épidémie de COVID-19, figure bientôt au tableau des exemples pour illustrer la reprise en main de certains secteurs économiques chinois par le PCC ces dernières année.

@NoéHirsch


© 2019 EastisRed - All Rights Reserved.
Website by MPA Studio - mentions légales

Scroll To Top