Now Reading
Nouvelle génération : les relations parents/enfants évoluent en Chine

Nouvelle génération : les relations parents/enfants évoluent en Chine

Le film “Hi, Mom”《你好,李焕英》a fait verser beaucoup de larmes durant la Fête du Printemps. Après l’avoir regardé, beaucoup ont souhaité appeler leur mère. On veut souvent montrer de l’affection aux gens que l’on aime, mais en réalité, lorsque l’on se retrouve face à sa maman, ce n’est pas si simple.

Vous êtes rentré chez vos parents depuis deux jours seulement pour le Nouvel An chinois, et vous commencez déjà à ne plus les supporter. Vous essayez alors de prendre sur vous, mais vient un moment où vous n’arrivez pas à vous retenir et devenez désagréable. Une fois le moment de partir arrivé, vous vous sentez coupables à la vue de vos parents qui vieillissent un peu plus à chaque fois.

Les relations familiales contemporaines sont un vrai casse-tête.

Comment sont les relations entre les jeunes et leurs parents de nos jours? Quand les gens prônent l’indépendance, peuvent-ils soutenir la piété filiale?

Affiche du film “Hi, Mom”.

Une génération sans piété filiale?

Il s’agit de la première génération de jeunes qui osent faire part de leur inconfort. Ils sont capables d’exprimer leur amour et leur haine pour leurs parents. Les jeunes deviennent désireux d ‘être eux-mêmes1做自己. Ils ont tendance à attribuer leurs malheurs à la famille, remettent en question la “sagesse” de leurs parents ou réfléchissent au manque d’amour paternel dans les familles monoparentales 2丧偶式育儿“. Malgré tout, cette génération pétrie du désir d’indépendance a du mal à se détacher de l’influence des parents. 

Pour les jeunes qui se sont heurté au “prix bien trop élevé de l’immobilier“, continuer à dépendre de ses parents est devenu le seul moyen de vivre correctement. L’analyse de DT Finance3DT 财经 en 2021 montre qu’une personne en moyenne doit travailler 115 ans pour pouvoir acheter un appartement de deux chambres de 80 mètres carrés à Shenzhen. A Pékin, Xiamen et Shanghai, il faut travailler entre 65 et 71 années. D’après le groupe de conseil en immobilier CBRE4世邦魏理仕, les deux tiers des chinois âgés de 22 à 29 ans qui achètent des biens immobiliers sont aidés financièrement par leurs parents. Comme pour le “Six wallets5六个钱包[concept de support financier d’un couple qui a deux paires de parents et quatre paires de grands-parents], le concept de “Bank of Mom and Dad6父母银行” complique la relation parent-enfant.

Les parents chinois achètent souvent leurs propriétés de façon à pouvoir mettre leurs enfants dans de bonnes écoles locales. [Zhou Changguo/IC]

Pour beaucoup de jeunes chinois avec enfants, nécessité fait loi. Sans un logement dans le district scolaire, l’accès à l’enseignement sera limité, ce qui ne laisse qu’une solution pour la grande majorité des gens : dépendre de l’aide financière des parents

Un journaliste de South Reviews7南风窗 résume ce choix difficile : “Les jeunes n’ont pas d’autres choix, dépendre financièrement de ses parents est devenu systématique. Cela est accepté de façon général comme légitime d’un point de vue éthique, et même encouragé”.

Shi Jinqun8石金群 [Researcher from Department of Gender and Family Study of the Chinese Academy of Social Sciences] explique la psychologie contradictoire des jeunes envers leurs parents par l’expression “l’autonomie mais pas l’indépendance9自主而不独立” : ils veulent être indépendants mais servir de lien dans la famille, ils doivent tenir compte à la fois de leurs intérêts personnels et aussi de la responsabilité morale, ils aiment leurs proches mais doivent payer pour cela et supporter une pression psychologique, ils aspirent à la liberté d’action mais espèrent être soutenu par leur famille. L’aide financière des parents, c’est devenu “l’éléphant dans la pièce“, tout le monde le sait, mais personne n’en parle. De même, les mots “fils à papa10拼爹“, “petit empereur11小皇帝” et “adulescent12巨婴” sont de moins en moins utilisés comme critique car il n’y a pas d’autres alternatives à ce phénomène, c’est la même chose pour tout le monde.

 

Pourquoi les parents ont de plus en plus de difficultés?

Pour un enfant qui a été abandonné ou maltraité, il est difficile de lui demander de montrer de la piété filiale envers ses parents. D’un autre côté, les efforts des parents peuvent souvent conduire à la culpabilité et nous faire sentir redevables. Le remord définit l’état d’esprit de cette génération. 

Depuis les années 1980, les parents “doivent lire” des magazines qui conseillent des normes de parentalités en partant de la grossesse et l’accouchement, en passant par la nutrition, les soins, la prévention des maladies et l’éducation psychologique… Il existe un grand nombre de livres d’orientation comportementale, qui réglementent en détail les méthodes éducatives des parents. Éducation précoce, bébé nageur, crèche, classe internationale d’Olympiade mathématique, classe d’informatique, calligraphie, piano… 

Tout cela participe a une grande compétition entre les enfants, surnommée la “guerre des poussins13全民鸡娃战”.

Bébés participants à une compétition de natation le 22 septembre 2012 au Centre National de natation ou “Water Cube” à Pékin. [Photo STR/AFP/GettyImages]

Le sociologue Shen Yifei14沈奕斐, auteur de “Qui est chez vous?15谁在你家“, souligne que les sacrifices des parents, après le mariage de leur enfant, est inévitable. Dans la plupart des couples occidentaux, un parent abandonne son emploi, ou ils embauchent une nounou et dépendent des institutions sociales et des systèmes de protection sociale. Cependant, en Chine, il existe de grosses lacunes dans ces domaines, cela serait très compliqué de subvenir aux besoins de la famille en ne comptant sur les revenus que d’un seul parent. En fin de compte, ce sont les parents du couple qui doivent s’occuper du foyer. Ces parents sont appelés “secondes épouses16第二个妻子, ils prennent en charge le fardeau qui est généralement induit aux femmes au foyer, font la majorité des tâches ménagères et renoncent à la plupart de leurs droits. 

Les années 80 et 90 étaient une période de développement. Depuis, les jeunes dépendent de plus en plus de leurs parents, qui sont responsables de toutes sortes de choses et règlent leurs problèmes, même les affaires de divorce. Yan Yunxiang17阎云翔, un anthropologue explique que c’est un phénomène involontaire : ” Dans ces circonstances, il n’y a presque aucun autre choix. Toute une génération de jeunes chinois est retournée dans le refuge familial, cherchant une protection sous le pouvoir et l’autorité des parents et le sentiment de sécurité qui en résulte. Les jeunes souhaitent montrer leur piété filiale18, mais dans le fond, c’est impossible. En raison du besoin d’avoir des contacts et un logement, ils ont vraiment besoin du soutien de leurs parents pour vivre.

 

A notre époque, que signifie réellement la piété filiale? Comment remplir nos devoirs de piété filiale?

Depuis les années 1990, l’État s’est progressivement effacé de la vie des chinois. Le système de retraite actuel oblige les personnes âgées à reposer sur la famille. C’est la même chose pour l’éducation des enfants. Les jeunes subissent une pression de plus en plus forte, ils doivent travailler et subvenir aux besoins de leur famille, c’est donc aux grands-parents de s’occuper des enfants. 

Une grand-mère s’occupant de sa petite-fille dans le parc de Ritan à Pékin. [Photo: Simon Song]

En 2016, une enquête nationale a tenté de définir le nouveau concept de piété filiale. Pour la question de “Comment appliquer la piété filiale à l’heure actuelle?“, sur un échantillon de 6677 personnes les résultats sont: le respect des anciens (36,7%); soutien aux personnes âgées (36,1%); réussite professionnelle et rendre la pareille aux parents (15,0%); obéissance aux souhaits des anciens (8,6%) et mémoire des ancêtres (1,2%). Cela signifie que le concept d’honneur, d’obéissance et de culte aux ancêtres ne sont plus dans le cadre de la piété filiale de la génération actuelle mais il s’agit maintenant du respect et du soutien.

L’observation de Shen Yifei confirme plus ou moins cette idée: l’ancienne génération réduit consciemment l’exigence de piété filiale à un soutien et une prise en charge économique, tandis que la jeune génération la réduit à un soutien économique. Le fait de prendre soin des personnes âgées dépend des sentiments et de leur contribution dans le foyer.

Pei Xiaomei19裴晓梅, directrice du centre de recherche en gérontologie de l’Université Tsinghua, souligne dans son livre “Quand le monde est vieux et pauvre20当世界又老又穷 milite pour une transformation conceptuelle de la piété filiale. Plutôt que de s’imaginer une tradition transmise depuis des siècles, mieux vaudrait, selon elle, considérer la piété filiale (la fameuse “bonté du père et piété filiale du fils21父慈子孝“) comme un système rationnel et justifié d’organisation sociale adapté à la Chine contemporaine.

Li Zou, 95 ans, déjeune avec sa petite-fille Huang Chunni à Zhuyuan un village dans la province du Fujian, le 19 avril 2017. [Photo/Xinhua]

Quelques tips utiles pour bien traiter ses parents: 

1) Lorsque vous parlez avec vos parents, ne répondez pas comme un robot, et utilisez des phrases plus longues au lieu de «Hmm», «OK» et «compris» “. 

See Also

2) Renseignez-vous sur la génération de vos parents, leurs centres d’intérêts, leur façon de parler… 

3) Lorsque vous sentez que vos parents se soucient trop de vous, dites-le. En étant las de leur démonstration d’amour, vous vous sentez aussi coupable et c’est gênant pour tout le monde. 

4) Faites en sorte d’impliquer vos parents dans votre vie et demandez leurs des petits conseils pour vous aider, comme le type de riz à manger ou quelle housse de couette choisir. Fei Xiaotong22费孝通 a déclaré que les relations familiales chinoises reposent sur l’accumulation de dettes mutuelles et de relations humaines, et que régler ses comptes équivaut à rompre la relation. 

5) N’oubliez pas de commander de la nourriture avant de rentrer à la maison. Vous pouvez également planifier le menu du dîner avec vos parents et les laisser vous apprendre à cuisiner. 

6) Lorsque vous êtes ensemble à la maison, afin d’éviter que vos parents ne vous posent des questions sur le mariage, les enfants, votre façon de vous habiller ou autre, changez de sujet; trouver des films ou des émissions de variétés sur lesquels discuter. 

7) On dit que plus de la moitié des jeunes ne parle pas de leurs parents à leurs amis . Il n’y a pas besoin de se sentir coupable.

8) Souscrivez à une bonne assurance santé, après tout, les soins sont très chers. 

9) Vos parents sont aussi les enfants de quelqu’un et peuvent aussi être des victimes. Les statistiques montrent que la proportion d’adultes atteints de divers troubles de la personnalité dans la population est d’environ 10% à 15%. Ils peuvent demander une assistance psychologique professionnelle lorsqu’ils en ont besoin. Lorsque vous vous plaignez de vos parents, rappelez-vous que “ce sont aussi des enfants“.  

Une grand-mère chinoise marche avec sa petite-fille. [Fotokon/Shutterstock]

Traduit et synthétisé par Célia Farouil.

Source : DT财经


© 2019 EastisRed - All Rights Reserved.
Website by MPA Studio - mentions légales

Scroll To Top