Now Reading
Passe Muraille n°50 – semaine du 17 février

Passe Muraille n°50 – semaine du 17 février

Editorial

L’actualité chinoise reste, sans surprise, centrée sur le coronavirus. La lutte contre l’épidémie est toujours la priorité numéro une pour le gouvernement et les cadres du Parti communiste. La situation semble toujours aussi incertaine, dans ou en dehors du Hubei, en témoigne l’activisme des émissaires du gouvernement central envoyées dans le Hubei ou les dernières déclarations de Xi Jinping. Toutefois, les autorités essaient d’équilibrer le besoin de contrôle (de l’épidémie mais aussi de la population) avec la stabilité économique. En effet, comme les lecteurs réguliers du Passe Muraille le savent, les différentes filières sont mises à rudes épreuves. Les prochaines semaines seront déterminantes pour évaluer les conséquences du coronavirus sur l’économie chinoise mais aussi mondiale.

Nous remercions les contributeurs Camille Liffran, Clémence de Gail, Paul Miazga, Stéphane Mouly ainsi que Lucie Sénéchal-Perrouault pour la relecture.

Affaires intérieures

Politique

47e Réunion des chefs de comité du Comité Permanent du CNP (CCTV / NPCObserver) Réunion présidée par Li Zhanshu, qui a décidé d’une réunion du Comité Permanent du Congrès National du Peuple (CNP) le 24 février. Elle devrait entériner le choix de retarder la réunion du Congrès National du Peuple prévu le 5 mars, fait rare, qui marque incontestablement la gravité de l’épidémie. Xinhua explique que cette décision permet aux membres du Congrès, pour la plupart officiels locaux, d’être en première ligne dans la lutte contre l’épidémie.

 

Justice / lutte contre la corruption

 

Le divorce à 4 milliards de RMB (Finance&Econ) Jia Yueting et son (ex)épouse Gan Wei ont fait sensation en début de semaine pour une divorce à 4 milliards de RMB (500 millions de dollars). Le passé de Jia Yueting, milliardaire et fondateur de LeShi (乐视集团 – LeEco – conglomérat de services vidéos en ligne, précurseur de Netflix mais aussi électroniques) est sulfureux, son entreprise a connu de nombreuses difficultés et impayés. Jia Yueting est ainsi sur liste noire pour non paiement de dette. Une négociation doit avoir lieu puisque Jia Yueting est en redressement financier. L’affaire a attiré l’attention pour les sommes faramineuse en jeu alors que le pays est plongée dans l’épidémie de coronavirus.

 

Société

 

Nouvelles directives sur l’éducation (Gov) qui annoncent entre autre la création d’un comité de supervision de l’éducation au sein du Conseil des Affaires de l’Etat, composé de membres de nombreux ministères. Ce comité effectue une supervision de l’ensemble des écoles une fois par an et des enquêtes spécifiques selon les besoins. On retiendra une volonté de standardiser le fonctionnement des écoles, la mise en place d’un système de zones de responsabilité, une évaluation et un contrôle réguliers des établissements d’éducation. L’article mentionne notamment l’évaluation de l’enseignement supérieur et la volonté de lutter contre les “fautes académiques” telles que les “fausses thèses” de doctorat (论文造假等学术).

Coronavirus

D’après le rapport quotidien de la Commission nationale aux affaires sanitaires du 22 février, le nombre de cas confirmés en Chine atteint 76 936, tandis que 2 442 décès sont dénombrés à ce jour.

 

Des perspectives optimistes?

 

Les autorités chinoises et la propagande officielle s’efforcent cette semaine d’adopter un ton rassurant. Les perspectives annoncées sont relativement optimistes. La Commission aux affaires sanitaires a insisté sur la diminution pendant 16 jours consécutifs du nombre total de nouveaux cas confirmés (Huanqiu). CCTV s’attarde par exemple sur la guérison de 63 cas le 19 février dans la province de l’Anhui.

Le groupe dirigeant central sur le nouveau coronavirus a présenté un nouveau rapport sur les mécanismes de prévention à l’occasion d’une réunion tenue le 17 février et présidée par Li Keqiang (CCTV). Le document affirme que le pic de l’épidémie est dépassé et que le pire a été évité. Malgré une situation qui suivrait une “tendance positive”, le rapport rappelle qu’elle reste compliquée et que le travail de prévention et de contrôle ne doit pas faiblir.

D’après le Global Times (Huanqiu), les capacités de diagnostic ont également été améliorées grâce à la sixième version du plan de diagnostic et de traitement du coronavirus publié par la Commission aux affaires sanitaires le 19 février. Wang Guiqiang, chef de service de l’hôpital n°1 de Pékin, explique que les tests basés sur les acides nucléiques pour détecter le nouveau virus ont été affinés et rendus plus rapides. Cette amélioration aurait permis de faire baisser le nombre de cas détectés cliniquement le 19 février. L’Etat met en avant les innovations fondées sur les nouvelles technologies accélérant les diagnostics, à l’instar d’algorithmes d’intelligence artificielle permettant de lire plus rapidement les radiographies de patients suspectés (SixthTone). Alibaba et Tencent développent aussi des systèmes pour mieux tracer les déplacements et les potentielles infections (WSJ).

Toutefois, les méthodes de calcul des cas sont contestées. En effet, le magazine Nature présente les critiques de médecins internationaux quant à la décision de ne pas compter les “cas non symptomatiques” (qui ont été testé positivement au virus mais ne présentent pas de symptômes) tandis que Caixin revient sur les méthodes de calculs différentes entre la commissions nationales pour l’hygiène et la santé (卫健委) nationale et celle du Hubei. Dans le même temps, les recherches sur le virus en lui même semblent avancer même si les résultats ne sont pas forcément rassurants. D’après les dernières conclusions scientifiques, le COVID-19 présenterait ainsi une infectiosité nettement supérieure à celle du SRAS (WeChat).

 

Dernières révélations

 

Une nouvelle étude tend à confirmer l’hypothèse selon laquelle le foyer d’origine de l’épidémie n’est pas le marché de fruits de mer de Huanan à Wuhan (Jiemian). Cette étude, basée sur le séquençage du génome du virus à partir des premiers échantillons, a été menée par des chercheurs du laboratoire du jardin botanique tropical du Xishuangbanna et publiée le 19 février par l’Académie chinoise des sciences. Ces résultats vont sans doute alimenter de les rumeurs et théories conspirationnistes sur l’origine du virus.

D’après les données divulguées dans un article publié le 12 février par le Chinese journal of Epidemiology, 104 personnes, dont 15 décédées, avaient déjà été déclarées contaminées avant le 31 décembre (NewCapital). Ces données contredisent les déclarations de la Commission aux affaires sanitaires de Wuhan qui avait signalé l’épidémie inconnue le 3 janvier sans faire état de décès.

 

Une reprise en main “efficace” des autorités centrales 

 

La propagande d’Etat met également en valeur la bonne mise en oeuvre des plans d’approvisionnement et de protection du personnel médical. Xi Jinping a de nouveau émis des directives spécifiques le 19 février sur la question des soins du personnel médical engagé sur le terrain de l’épidémie (CCTV / Xinhua). Il a insisté sur la nécessité de renforcer le soutien logistique de manière “scientifique”, c’est-à-dire “coordonnée et efficace”. Guangming News affirme que le 19 février les entreprises nationales ont expédié 1,512 millions de tenues de protection médicale au Hubei ainsi que de nombreux équipements spécialisés. Des médias locaux soulignent par ailleurs la politique d’entraide mise en place en direction du Hubei par d’autres provinces, comme celle du Liaoning (KnowPolitics).

La propagande se concentre également sur le travail des nouveaux dirigeants nommés au Hubei. NewCapital décrit les premières visites et tournées d’inspections réalisées par Ying Yong, le nouveau secrétaire du parti du Hubei, à Wuhan, Xiaogan et Huanggang (NewCapital). Wang Zhonglin, le nouveau maire de Wuhan, aurait quant à lui procédé à un certain nombre de réajustements dans la gestion de l’épidémie, notamment pour clarifier les responsabilités des différents acteurs investis dans la lutte contre le virus et ainsi éviter la confusion des semaines précédentes (KnowPolitics). Un autre figure clé de l’équipe dirigeante, Sun Chunlan, vice Première ministre du Conseil des affaires d’Etat, s’est quant à lui rendu en visite à Suizhou, à près de 200 kilomètres de Wuhan. Il s’agissait de répondre l’appel à l’aide lancé par les autorités locales quant au manque de ressources médicales (BeijingYouthNews). Ces déplacements des autorités mandatées par Pékin pour lutter contre le virus sont à suivre : elles indiquent où se porte l’attention gouvernementale, et par extension, les zones où la lutte contre l’épidémie reste difficile.

La presse officielle évoque une reprise progressive des activités commerciales dans le Hubei et le début des retours au travail. Le ChinaYouthDaily décrit par exemple le retour le 20 février de 926 travailleurs migrants du Sichuan, restés dans leur provinces d’origine pour les fêtes du Nouvel an chinois, vers le Guangdong et les usines du delta de la rivières des Perles. Des trains vers Shenzhen sont également affrétés pour favoriser le retour au travail des travailleurs migrants (voir le dossier complet avec plusieurs articles du China Youth Daily). Les autorités locales à Shenzhen encouragent directement la reprise des activités économiques, à l’exception des secteurs du tourisme et des loisirs (Yi’ou) – voir la sous-partie dédiée dans “économie”.

Xi Jinping a prononcé le 23 février un long discours  à l’occasion d’une réunion générale sur le plan de prévention et de contrôle de l’épidémie, évènement qui aurait été suivi en direct par près de 170 000 cadres d’après le GlobalTimes.  Le président chinois a présenté les dernière orientations stratégiques (Xinhua). Il dresse un bilan du travail des autorités centrales qui ont pris  en “temps opportun” “des mesures efficaces” pour lutter contre le nouveau virus. Il annonce un programme de prévention et de contrôle du virus plus ciblé et permettant une reprise “ordonnée” de l’économie. Xi reconnaît en même temps les “failles évidentes” de la gestion de l‘épidémie et appelle à tirer des leçons des expériences récentes pour améliorer la capacité de réponse aux urgences sanitaires. Il s’agit notamment de veiller aux “pensées paralysées” et d’aider les cadres à tous les niveaux à “résoudre les difficultés […] et corriger fermement les pratiques formalistes et bureaucratiques”.

A travers ce discours, Xi Jinping réaffirme la reprise en main de l’équipe centrale sur la gestion de la crise. S’il évoque directement les erreurs commises, le texte met constamment en valeur l’action de l’équipe dirigeante centrale et tend à mettre en avant la responsabilité individuelle des cadres locaux dans les défaillances évoquées. 

 

Une situation toujours critique 

 

Malgré le ton optimiste de la propagande, certains reportages se concentrent sur de nouveaux foyers épidémiques ou sur les difficultés de la situation dans certaines localités. A Pékin par exemple, la confirmation le 20 janvier de plusieurs cas (au moins 3)  à l’hôpital du peuple de l’université de Pékin a fait grand bruit (Caixin). L’hôpital avait subi de plein fouet la crise du SRAS en 2003 et avait été l’un des premiers hôpitaux du pays à être mis en quarantaine. En outre, près de 505 cas auraient été détectés dans cinq prisons de trois provinces, dont plus de la moitié dans la prison de Rencheng au Shandong (RTHK, Phoenix). Une enquête, dirigée par la Commission centrale aux affaires politiques et juridiques et le ministère de la Justice, a été lancée sur la situation de l’épidémie dans la prison(Yicai). Onze personnes, dont le directeur du Bureau des affaires judiciaires de la province du Shandong, ont déjà été licenciées (Phoenix). Enfin, rappelons que les médecins et personnels médicaux sont “en première lignes” et par conséquent les plus exposés à cette crise. Dimanche 23 février, un médecin de 42 ans, Huang Wenjun, en poste à Xiaogan est décédé des suites de la maladie (Jiemian). La semaine dernière, nous mentionnions un article de Caixin qui donnait le chiffre de 1700 personnels médicaux contaminés. 

Caixin propose un long format sur la situation dans 16 villes du Hubei en dehors Wuhan (Caixin). Ces 16 localités réunissent 31% des cas de la province. L’article retrace la chronologie de la propagation du virus dans ces villes qui ont pour point commun d’avoir eu des difficultés à gérer l’arrivée de l’épidémie. Ces difficultés résultent à la fois des informations venues tardivement sur la crise à Wuhan, des problème de gestion sur place comme la pénurie d’équipements et le manque de personnel de soins, et d’une absence de préparation des autorités locales face à des situation d’urgence sanitaire. De manière plus générale, l’article lie ces divers obstacles aux écarts de  de développement régional à l’échelle de la province, en particulier entre Wuhan, seule ville de premier rang du Hubei et les autres localités qui se situent aux 3e et 4e niveaux. Ces écarts se reflètent gravement dans le développement inégal des services de santé publique.

Le retour au travail des travailleurs migrants pose en outre certains problèmes. Caijing Magazine propose un reportage sur les travailleurs migrants originaire du Hubei qui se retrouvent en situation d’errance et d’isolement à Shenzhen. Certains travailleurs se voient en effet bloqués, sans possibilité de revenir dans leur province d’origine, et sans avoir la possibilité de trouver un travail et un logement à Shenzhen.

 

Répression et censure

 

L’universitaire et le défenseur des droits Xu Zhiyong (initiateur du “Mouvement des nouveaux citoyens”) a été arrêté le 15 février (voir notamment : The Guardian) Il avait publié plusieurs commentaires en ligne exigeant que les autorités prennent leurs responsabilités dans la mort du docteur Li Wenliang. Xu Zhiyong avait également publié un essai au début du mois qui suggérer au président chinois de démissionner.

La plateforme Dajia 腾讯大家,  hébergée par Tencent News, a été fermée le 19 février. La dernière publication de ce blog d’opinions créé en 2012 et connu pour la qualité de ses articles était un texte du célèbre journaliste Chen Jibing sur la responsabilité des médias dans le traitement du coronavirus (SupChina, sur l’article de Chen Jibin, voir: SupChina, voir également Twitter/Zhaoyin Feng)

Le 19 février également, trois journalistes du Wall Street Journal basés à Pékin ont été renvoyés de Chine (Josh Chin, Chao Deng et Philip Wen;. Le ministère chinois des Affaires étrangères a déclaré que la décision avait été prise en réponse à un article d’opinion du journal publié le 4 février “China is the real sick man of Asia” (WSJ). L’affaire a été largement couverte dans les médias internationaux, nous ne nous y attarderons donc pas.

Analyses et opinions locales 

 

Dans un long article publié sur la plateforme Aisixiang, le célèbre économiste chinois Teng Tai (Baidu) propose un changement des méthodes de prévention et de contrôle de l’épidémie. Il est optimiste sur les perspectives à venir tout en expliquant que cela suppose de faire évoluer le mode de gestion de la crise. Le professeur souligne ainsi que ce n’est pas l’épidémie en elle même qui a le plus grand impact sur le fonctionnement de l’économie mais le renforcement du contrôle à tous les niveaux. Il est temps d’après lui d’arrêter les mesures unilatérales du début, nécessaires au moment des vacances du Nouvel an chinois, pour passer à un mode de prévention et de gestion fondé sur la législation, la prise de décisions “scientifiques”, et la “classification localisée” (qui permet un “contrôle différencié”, adapté aux situations locales, du virus).

Mo Yuchuan et Ren Xiaorong, professeurs de droit à l’Université Renmin, insistent sur l’importance du respect du cadre juridique dans le travail de prévention et de contrôle du coronavirus (Aisixiang). Ils expliquent par exemple que la dissimulation d’informations par les autorités locales au début de la crise contrevient aux cadre juridique et réglementaire (lois et règlements sur les situations d’urgence, loi sur la prévention et le contrôle des maladies infectieuses, et règlement sur la divulgation des informations gouvernementales). Les deux universitaires insistent également sur la nécessité de respecter les droits de l’homme, notamment de protéger la dignité et la vie privée des individus,garantir une assistance sociale à tous. Les mesures d’urgence doivent être “appropriées” et “équilibrées”, “la fin ne justifiant pas les moyens” rappellent-ils. Wang Conghu, également professeur à Renmin, insiste pour sa part sur l’amélioration de l’État de droit dans le contexte de la crise et sur le perfectionnement de mécanismes de gouvernance (Opinion China).

Le professeur He Weifang de l’Université de Pékin s’est quant à lui exprimé dans un article publié le 17 février via Wechat sur les conséquences néfastes du manque de liberté de la presse, des difficultés de gouvernance et la dissimulation d’informations (SCMP). L’article a rapidement été censuré malgré le soin pris par l’auteur de publier une photo d’une version manuscrite de son texte.

Sur les réseaux sociaux, un vidéo montrant des infirmières en larmes se faire raser la tête avant d’être envoyées au Hubei a suscité une vague d’indignation (WhatsonWeibo / Xinjingbao). Des critiques ont dénoncé une vision biaisée de l’héroïsme tandis que d’autres ont fustigé “l’utilisation des corps des femmes comme outils de propagande” (Epoch story/WeChat).

Xinjiang

Article d’Adrien Zenz autour de la nouvelle fuite de documents officiels  (jpolrisk)  Dans la lignée des « China Cables », des documents, révélés en novembre 2019,  mettaient en lumière le fonctionnement des camps de rééducation des Ouïghours, la liste de Karakax est le dernier divulgué quant à la répression au Xinjiang. Selon Adrian Zenz, chercheur allemand spécialiste de la région, il présente les preuves les plus solides de la persécution du gouvernement chinois envers des pratiques religieuses “normales” et des croyances “traditionnelles”, en violation directe de sa constitution. Cette liste détaille les raison pour lesquelles 311 personnes ont été internées et révèle le fonctionnement du  processus de prise de décision pour leur libération. Un système de gouvernance très précis a été développé, fondé sur la présomption de culpabilité des individus et la surveillance des comportements de familles entières. Des mécanismes d’évaluation du comportement assure une obéissance des individus même une fois libérés des camps. Selon Zenz, «  plus qu’aucun autre document relatif à la campagne d’internement extralégale pratiquée par Pékin, la liste de Karakax met à nu des micro-mécanismes idéologiques et administratifs caractéristiques d’un système de génocide culturel ciblé, qui rivalise sans conteste avec toute tentative similaire dans l’histoire humaine. »

Economie

Généralités

Réunion du Conseil des Affaires de l’Etat (CCTV / MIIT) Lors d’une réunion du Conseil des Affaires de l’Etat tenue le 18 février, Li Keqiang a rappelé la ligne directrice du gouvernement : lutter contre l’épidémie tout en préservant l’activité et surtout l’emploi. Pour réaliser cet équilibre, le soutien au PME est l’une des priorité. Ainsi, le gouvernement a annoncé un allègement des charges des entreprises sur les retraites et les assurances pour aider l’économie (Reuters / MIIT) Pour aider les entreprises touchées par le virus, le gouvernement a décidé de baisser les charges relatives aux fonds de pension et d’assurances payées par les entreprises. La plupart des charges des entreprises seront réduites ou repoussées jusqu’au mois de juin. Par ailleurs, le Conseil des affaires de l’État a publié une circulaire sur les mesures de préventions de l’épidémie lors de la reprise travail (MOFCOM) Le document donne des mesures prises à prendre pour suivre l’état de santé des employés, mettre en place des contrôles sanitaires, etc.

Article du ministre des finances Lu Kun sur le besoin de gérer correctement la crise (Qiushi / Global Times) Dans l’article publié dans Qiushi, le ministère des finances met en garde les autorités locales et les entreprises que l’épidémie risque d’entraîner une baisse supplémentaire des revenus fiscaux (en plus de celles prévues en fin d’année 2019 pour soutenir l’économie). Selon Global Times, l’article est un signal clair que la Chine ne soutiendra pas l’économie par le biais d’une relance monétaire massive.

L’économiste Zhang Jun reste optimiste : “Non, le coronavirus n’aura pas un si un grand impact sur l’économie chinoise” (Aisixiang) Selon l’économiste de Fudan, l’économie chinoise ne sera pas durablement impactée par le virus. En effet, d’après Zhang Jun, si l’épidémie est plus grave que celle du SRAS, elle est pour l’instant plus concentrée dans le temps et les mesures prises par les autorités indiquent que la situation est globalement sous contrôle. Si le point d’inflexion est atteint dans les prochaines semaines, alors l’impact sur la croissance serait limité au premier trimestre. Une vision que nous trouvons très optimiste, alors que le gouvernement annonce de “probables” révisions de la croissance (SCMP). D’autres économistes, comme Zhang Anyuan, de CFC Financial, prend de contrepied ces « spéculations » et parle d’une croissance proche de 0% voire d’une récession au premier trimestre. You Shu (Twitter) a consacré un fil à l’article de cet économiste qui tient un discours plus réaliste sur l’impact de l’épidémie sur l’économie.

La Banque centrale chinoise se veut optimiste (Reuters) Selon un communiqué publié mercredi, la Banque centrale affirme que l’épidémie ne remet pas en cause les fondamentaux de l’économie chinoise.

 

Retours des ouvriers dans les usines et reprise du travail

 

Relâchement des quarantaines (Reuters) La reprise de la production industrielle chinoise dépend beaucoup du retour des travailleurs migrants et de la fin des restrictions et quarantaines dans les grandes villes industrielles en dehors du Hubei. Selon Reuters, les grands centres industriels ont commencé à relâcher les quarantaines pour permettre le retour des ouvriers. C’est le cas à Foshan, mais aussi Zhongshan (Guangdong) ou encore Hangzhou et Ningbo (Zhejiang). Plus tôt dans la semaine, le South China Morning Post rapportait qu’un tiers seulement des ouvriers étaient rentrés dans les usines (SCMP)

Leifeng sur le terrain à Shenzhen pour discuter de la reprise de la production (LeifengWang) Les équipes de Leifeng se sont rendues auprès de plusieurs entreprises de Shenzhen pour clarifier la situation. Ainsi, chez BYD Shenzhen, la production a redémarré le 10 février ; chez Foxconn, le travail devait reprendre le 10 février, mais la “situation présente n’est pas claire” ; pour Skyworth (创维集团 – constructeurs de téléviseurs et autres électronique), la production a aussi repris le 10 mais à seulement 40% de son taux normal ; pour DJI la plupart des employés travaillent à distance, mais la situation dans les usines “n’est pas claire” ; pour Aquara (绿米联创), Leifeng n’a pu déterminer si les ouvriers de l’usine de Shenzhen ont reprit le travail ; chez Orvibo (欧瑞博) les employés qui peuvent travailler à distance le font, les usines n’ont toutefois pas repris la production. Ainsi, la situation est très contrastée. Si, nous l’avons vu précédemment, les autorités font de leur mieux pour équilibrer retour au travail et contrôle de l’épidémie, le second prime. Par exemple, à Chongqing, dans une usine de traitement du titane, le retour au travail a été trop brutal et deux employés ayant déclaré des symptômes ont conduit à la quarantaine de 131 personnes. Pour les usines qui ont repris le travail, Leifeng constate que la sécurité est prise au sérieux. Chez BYD et d’autres entreprises, en plus de la production et la distribution de masques, désinfectants et gants, la température corporelle des ouvriers est régulièrement vérifiée. Malgré ces mesures, Leifeng remarque les problèmes s’accumulent : la livraison des matériels de protection ne suffit pas, la production ne peut donc reprendre efficacement, ce qui entraîne des complications pour les sous traitants. Ainsi, d’après les chefs d’entreprise interrogés : l’impact de l’épidémie à Shenzhen est très important. Voir aussi cet article de Sina repris sur Twitter sur les mesures prises par une petite PME pour assurer un semblant de reprise de la production.

Jiemian sur les données de fréquentation du métro dans 27 villes (Jiemian) Si il s’agit d’un indicateur très relatif, les données du métro de plusieurs villes du pays montrent le degré de reprise du travail (ou non), même si, comme précisé précédemment, un nombre important d’employés travaillent à distance. Notons que les métros de Urumuqi, Hohhot, Wuhan, Xuzhou et Wenzhou, sont complètement à l’arrêt, tandis qu’à Kunming ou encore Changchun, une partie seulement des lignes sont ouvertes. Ainsi, la semaine du 10 février, la plupart des villes affichent moins de 100.000 trajets journaliers, avec pour exception Shanghai, Guangzhou, Beijing, Shenzhen, Chengdu, Nanjing, Chongqing, Xi’an – voir graphique  ; le deuxième tableau indique quand à lui la situation dans les villes où le nombre de trajet quotidien n’atteint pas 100.000.

Agriculture

Long article sur retombées corona sur l’agriculture (Aisixiang) Longue analyse écrite par des cadres du ministère de l’agriculture sur l’impact du coronavirus sur ce secteur économique. Pour résumer (très) rapidement, les principales difficultés sont liées au transport ; se concentrent dans l’élevage ; les légumes ; tandis que le manque de main d’oeuvre risque de se faire sentir pour les semis de printemps. Article de de Zhang Yaguang (économiste à l’université de Pékin) : il faut donner la priorité à l’agriculture et moins aux PME en cette période d’épidémie  (Aisixiang)

Le blues des producteurs de riz (DimSum) Nous parlions la semaine passée de la coopérative de Shi Yan, qui attend désespérément son riz du Heilongjiang. Selon DimSum, l’année sera en effet difficile pour les producteurs : d’après les producteurs, la récolte et la vente dans le Heilongjiang est particulièrement mauvaise à cause de tempêtes, d’un climat exécrable, d’achats gouvernementaux en retard et bien sûr du virus.

Industrie et entreprises

Brèves d’entreprises par 36ke – Plusieurs brèves du début et de la fin de la semaine. Il s’agit bien entendu de morceaux choisis parmi les nombreuses brèves.

See Also

    • Le code d’Alipay pour la santé (健康码本) est en ligne et devrait être étendu à tout le pays. Ce système, d’abord testé à Hangzhou, consiste en trois QR codes de couleurs différentes (rouge, jaune et vert correspondant au niveau de “dangerosité” de la personne). Une personne classée en “rouge” sera restreinte dans ses mouvements (Twitter).
    • Xiaomi et Meituan ont demandé un soutien financier à la banque centrale dans le cadre de sa politique de facilitation de prêt et re-lending (再贷款). L’affaire a d’abord provoqué des réactions sur internet, puisque ces deux entreprises disposent de marges de manoeuvre plus importantes que les PME.
    • Foxconn met en place une politique de récompenses pour les employés qui reprennent le travail, récompense s’élevant à 3000 RMB par personne. 
    • La demande pour le Cloud de Tencent dédié aux conférences, à l’apprentissage est toujours importante. L’entreprise a dû installé près d’un million de serveur (modèle ‘xingxinghai’ 星星海, développé en interne) pour répondre à la demande.
    • Shenzhou (神州电脑) et Jingdong en conflit pour des arriérés de paiement du second envers le premier. Pour Jingdong, Shenzhou n’a pas respecté les termes du contrat et n’a donc pas besoin de s’acquitter des sommes dues.

La chute de Hainan airlines (Caixin / Twitter) Hainan Airlines va être démantelée et passer en partie sous le giron étatique, c’est en tout cas ce que semble avancer plusieurs sources à partir du 19 février. L’entreprise, comme les autres compagnies aériennes, est frappée de plein fouet par l’épidémie et la chute de la fréquentation des vols. La SASAC semble avoir décidé de prendre le contrôle de l’entreprise et la découper : une majeure partie ira à China Airlines, tandis que d’autres morceaux seront partagés entre China Eastern et China Southern

Immobilier : des réductions pour assurer un minimum de ventes (Caixin) Le géant chinois de l’immobilier Evergrande est à court d’argent et met en place des mesures pour lutter contre la baisse de son activité. Des promotions de 25 pour cent sont prévues en février sur 613 propriétés et des visites en ligne des appartements sont organisées pour permettre aux personnes intéressées de visiter les appartements sans répandre le virus. Selon Caixin, ses réductions révèlent le besoin en liquidité des groupes de l’immobilier, filière extrêmement endettée. L’épidémie tombe d’autant plus mal que l’année 202 est une année d’échéance pour ces groupes. Selon un article publié sur NetEase et commenté sur Twitter, la situation du marché immobilier est critique avec la crise, et le risque financier est réel.

 

Tourisme, restauration et hôtellerie

 

L’industrie hôtelière et le tourisme durement touchée (LeifengWang) Nous en avons déjà parlé dans les Passe Muraille n°48 et 49, mais cet article de Leifengwang aborde les difficultés des opérateurs et plateformes de réservations comme Ctrip. Ces dernières sont au centre de l’industrie puisqu’une grande partie des réservations mais aussi, en ce moment, des annulations passent par ces plateformes. Ctrip serait actuellement en négociation avec le ministère du tourisme, des ressources humaines pour trouver un compromis dans les remboursements qui ne lèse pas le consommateur et n’accroissent pas les difficultés de l’entreprise et des hôtels. Comme nous l’expliquions, la plupart des hôtels mais aussi compagnies aériennes essaient d’éviter les licenciements fermes et proposent à leur salariés des congés sans soldes, des réductions d’heures de travail et des rotations plus courtes. Les entreprises du secteurs attendent un soutien gouvernemental, mais les acteurs de la filières savent qu’un certain nombre de firmes feront faillite, avec ou sans support.

Le PDG de Zhouheiya (周黑鸭) se confie sur l’impact de l’épidémie (Renwu) Zhouheiya est une chaîne de fast food spécialisée dans les produits à base de canards. L’entreprise fondée par Zhou Fuyu (周富裕) en 1997 à Wuhan subit de plein fouet les conséquences de l’épidémie sur la filière. Dans une longue interview à Renwu, il parle de son expérience de l’épidémie, de son réveillon du nouvel an chinois dans un hôtel de Wuhan, avec un bol de nouilles instantanées par personne. Il donne quelques détails sur les premiers préparatifs entrepris : dès le premier janvier et la fermeture du marché alimentaire de Huanan, à Wuhan, Zhou Fuyu et ses connaissances ont commencé à prendre des dispositions. Le 14, une de ses connaissances indique qu’il y a transmission d’hommes à hommes (rappel : l’intervention de Zhong Nanshan “révélant” la transmission d’homme à homme a lieu le 20 janvier) à partir de là, Zhou Fuyu commence à fermer ses magasins pour préserver ses employés. Aujourd’hui 1000 magasins sont fermés. Le PDG du groupe reste néanmoins optimiste et pense que la situation sera réglée dans deux mois.

 

Logistique et e-commerce

 

L’impact de l’épidémie sur les ventes et livraisons (AllweatherTech) L’épidémie a porté un coup important à l’industrie du commerce en ligne. i on pourrait penser que les situations de quarantaines incitent les gens à commander en ligne, les problèmes subsistent, en particulier dans la logistique et la livraison. En se basant sur des données du Zhejiang et une expériences des journalistes, les livraisons ont étés qualifiées d’incertaines, avec près de 40% des produits qui n’arrivent pas à destination et des commandes qui finissent par être remboursées. Par effet ricochet, les problèmes logistiques mettent la pression sur les vendeurs qui se voient contraints d’annuler et rembourser des commandes. Retour des salariés à Yiwu (Jiemian) Yiwu est le centre névralgique du e-commerce chinois, de nombreuses entreprises y ont établi leurs bases logistiques. Le 18 février, la ville a organisé sa fête annuelle du commerce international, bien que les participants étaient masqués et le public réduit. Jiemian est allé rencontré un certain nombre de commerçant, optimistes pour la plupart : oui les ventes sont faibles, mais cela va s’améliorer après l’épidémie. Le vrai problème est celui du retour des travailleurs migrants et de la réouverture des usines dans l’arrière pays. Le retour des travailleurs migrants est plus lent, mais selon Jiemian la municipalité a pris les choses en main, en couvrant les frais de retour et contrôle médicaux.

Plateforme WeChat pour la vente en détail intelligente (36Ke) Les utilisateurs WeChat situées à Shenzhen et bientôt à Shanghai, Pékin, ou encore Guangzhou pourront bénéficier d’une plateforme de “smart retail” (智慧零售) qui permet d’accéder par le biais d’un “micro-programme” aux catalogues et magasins de la grande distribution. Les utilisateurs pourront acheter les produits de Walmart, Yonghui, ou encore “Missfresh” (每日优鲜). L’intérêt pour WeChat est bien entendu d’améliorer la rétention d’utilisateurs (qui font leurs achats sans quitter l’écosystème WeChat) tandis que pour les magasins, cela permet plus de facilités logistiques mais aussi un avantage marketing certain.

Pic d’activité pour Taobao Live (Caixin) La filiale de live-streaming de Alibaba, Taobao Live a connu un pic de son activité en février du fait que beaucoup de commerces cherchent à digitaliser leur marketing pour compenser la perte d’activité due au coronavirus et alors que les consommateurs limitent leurs déplacements. C’est en particulier le cas des entreprises de l’immobilier et des concessionnaires automobiles.

Vente de maquillage en live streaming (WeChat) Qin Cuicui (秦翠翠) a été très étonnée lors de son premier live-streaming de vente de ses produits cosmétiques : près de 300 personnes ont regardé sa présentation. Comme elle, beaucoup de vendeuses qui habituellement travaillent en grande surface se sont improvisées streameuse. Selon la responsable presse de Intime Retail (银泰百货) qui a mis en place ce genre de pratique, trois heures de live streaming permettent d’accumuler l’équivalent de six mois de clients passant en magasin. Après un essai d’une semaine, la marque a accumulé 10 000 heures de visionnage et générer 100 000 vues. Chaque marque en développant des techniques de fidélisation en ligne différente s’essaient à la formule de vente en diffusion direct. Par exemple une marque de sous vêtement à pu fidéliser 13000 utilisateurs et vendre 4700 produits en 2 heures de diffusion. Dû à l’épidémie en plus des grande chaînes les concessionnaires automobiles ainsi que les agriculteurs se mettent à suivre le même modèle. Le chiffre d’affaire du modèle à l’échelle national est de 300 milliards de Yuan en 2019. Pour le commerce agricole : 1,6 million de vue et avec la vente de véhicule c’est la tendance la plus forte. Sur Taobao live c’est 30 000 nouveau compte vendeur en février 2020.

 

Divers

 

L’éducation, en ligne et hors ligne, bouleversée par l’épidémie (LeifengWang) Avec l’épidémie de coronavirus, la plupart des écoles sont fermées, tandis que les cours en ligne explosent. Ainsi beaucoup d’entreprises du secteur de l’éducation ont dû revoir leur modèle, en particuliers pour celles qui disposaient d’infrastructures “physiques”. L’article de Leifengwang donne plusieurs exemples d’entreprises ayant licencié et (abandonné) leurs locaux pour se concentrer sur les services en lignes et ainsi éviter les pertes financières massives ou d’autres entreprises comme Squirell AI (松鼠AI) qui ont gelé les salaires pendant plusieurs mois pour limiter la casse. L’objectif pour ces entreprises : survivre.

Ils suivent des cours sur Kuaishou (Yi’ou) Sur la plateforme Kuaishou, la diffusion totale d’oeuvres vidéo à contenu éducatif est de l’ordre du milliard, le nombre d’éditeurs de contenus est en forte augmentation, totalisant 990 000 personnes. 65% des enseignants sont originaires de villes de rang 1 et 2,74% des élèves de villes de rang 3 ce qui donne une véritable valeur au modèle de cette plateforme. Le contenu inclut la calligraphie, les astuces de vie, la peinture, la danse, l’écriture, la production de vêtement ou encore la conduite. Le modèle éducatif est cadré autour de 4 valeurs: la résonance entre les utilisateurs, l’échange, la créativité et la bonne humeur. Le contenu doit répondre aux exigences des utilisateurs afin qu’ils complètent 2 heures de visionnage par jour.

Sciences et Technologies

Interview avec le professeur Sun Songlin (孙松林) au sujet de la 5G (LeifengWang) Dans cette interview, le professeur de l’Université des Postes et Télécommunications discute l’impact d’épidémie sur la 5G. Selon lui, l’épidémie a montré certains domaines d’applications de cette technologie. Par exemple: en milieu hospitalier, pour les consultations à distance; dans l’éducation pour les cours à distance ou encore la robotique. L’épidémie provoquera probablement des retards dans la production des équipements et leur installation. Sur le sujet de la conception locale (chinoise) des composants requis pour la 5G, le professeur explique que ce scénario est possible mais que le rapport qualité prix n’y est pas : s’il existe des composants chinois alternatifs à ceux importés, leur qualité n’est pas suffisante. Un point d’inquiétude pour le professeur est la rentabilité des infrastructures et la 5G pour les opérations : selon lui, les tarifs fixés en Chine ne permettent pas aux opérateurs d’être rentables, ce qui à termes risque de poser problèmes à ces entreprises, déjà endettées par le déploiement national de la 4G. Sun Songlin ajoute que le coût de déploiement de la 5G sera au moins deux fois supérieur à celui de la 4G, et les capitaux proviendront en (grande) partie de l’Etat.

Drones et livraison (LeifengWang) La Chine, principal fabricant de drones au monde et principal marché du e-commerce dispose bien entendu d’une filière logistique très développée. La question posée dans ce long format de Leifeng est la suivante : pourquoi les drones n’assurent-ils pas la livraison des produits ? En l’occurrence, la plupart des géants du e-commerce chinois ou de la logistique ont investi des fonds pour mener des recherches dans ce domaine. Jingdong, Shunfeng (SF Express) mène tout deux des expérimentations à la campagne. Dans ces villages, les drones peuvent effectuer des livraisons en un point fixe, et les colis sont ensuite répartis humainement entre les acheteurs. Les principaux problèmes sont liés à la logistique du dernier kilomètre, au manque d’autonomie des drones et au flou juridique qui encadre les drones.

Hong Kong & Taiwan

Que vaut l’armée taiwanaise ? (FP) L’armée taïwanaise en manque de personnel pour faire fonctionner son appareil militaire. La gestion du personnel dans l’armée taïwanaise est remise en cause car elle a conduit à une situation où moins de 80% des postes sont pourvus. En outre, la réforme du service militaire ayant descendu à 4 mois la période obligatoire fait que le service militaire est rarement pris au sérieux par les recrues et les formateurs, ce qui rend peu probable leur utilisation effective pour remplir les rangs en cas d’attaque de la Chine continentale.

Affaires extérieures

Réunion de Wang Yi avec les représentants de l’ASEAN (SCMP) Lors d’une rencontre tenue le 20 février avec les représentants des pays membres de l’AESAN, le ministre chinois des affaires étrangères Wang Yi a réaffirmé le travail de la Chine pour lutter contre l’épidémie de coronavirus et a appelé les pays à continuer le commerce bilatéral avec la Chine. Le même jour, Wang Yi s’est entretenu avec le ministre des affaires étrangères laotien au sujet de la coopération autour du Mékong (MAE).

Relations sino-américaines

Cinq médias chinois déclarés “agents de l’étrangers” (Fox) / Expulsion des journalistes du Wall Street Journal (WeChat) Le ministère des affaires étrangères chinois a annoncé avoir révoqué les cartes de presse de trois journalistes du Wall Street Journal à la suite dela publication d’un article intitulé « La Chine est le véritable homme malade de l’Asie » par Walter Russel Mead, dans lequel ce dernier est critique de la gestion de la crise par le gouvernement. Dans un communiqué, le ministère qualifie cet article de raciste et de diffamatoire. Notons qu’en parallèle, les Etats-Unis traiteront désormais cinq médias chinois comme “agents étrangers” (Politico) Concrètement cette désignation signifie qu’ils devront enregistrer propriétés immobilières et employés auprès du département d’Etat américain. Les cinq entités sont Xinhua, CGTN, Radio Chine internationale, l’entreprise en charge du China Daily et celle en charge du Quotidien du Peuple.

Angleterre

Xi Jinping et Boris Johnson échangent au téléphone (CCTV) Le président chinois Xi Jinping a été en contact avec le premier ministre anglais Boris Johnson par téléphone. Il l’a remercié ainsi que la reine Élisabeth II pour leur support moral et en matériel. Le président chinois a maintenu que la Chine fait son maximum pour limiter le développer mondial de l’épidémie et soutient que la Chine continuera de communiquer ouvertement sur le développement du virus afin d’entretenir la collaboration internationale. Boris Johnson a exprimé son soutien à la Chine et a assuré le président chinois des intérêts communs des deux pays sur de nombreuses questions internationales comme les routes de la soie.

République Tchèque 

Hypothétique visite à Taiwan et menaces chinoises (Reuters) La République Tchèque a subi de sérieuses pressions et menaces émanant de la République populaire de Chien parce qu’un membre du parlement tchèque devait se rendre à Taiwan. La lettre, datée du 10 janvier 2020, annonçait que toute entreprise tchèque se rendant à Taiwan avec le député risquait des sanctions en Chine continentale.

Pakistan

Xi Jinping échange avec le premier ministre Pakistanais (Mod) Le premier ministre du Pakistan transmet ses respects à XJP dans les fortes mesures prises pour contenir l’épidémie du coronavirus en cour. En retour la Chine traite le pakistan comme une nation amie et souhaite à l’avenir continuer vers un axe de développement commun.

Corée

Xi Jinping et Moon Jae-In échangent au téléphone (Mod) Communiqué similaire à ceux décrits les semaines précédentes : la Chine rassure ses partenaires, les remercie pour leur soutien dans la lutte contre le virus, et souhaite continuer à entretenir de bonnes et saines relations une fois la crise passée.

Brèves

La Chine en colère après un éditorial népalais (KatmanduPost) En début de semaine, l’ambassadrice de Chine au Népal s’est fendu d’une lettre au Quotidien après la parution d’un article et de son illustration portant sur la gestion chinoise de la crise du coronavirus. La lettre de l’ambassadrice a été critiquée unanimement par les journalistes népalais.

Militaire

Les morts de l’armée dans la lutte contre le virus (Renminwang / MINDEF) Le ministère des vétérans et la Commission Militaire Centrale ont publié une notice en hommage aux membres de l’armée décédés dans la lutte contre le coronavirus. La notice demande que les soldats et personnels militaires décédés soient traités selon les dispositions prévues par la loi sur les martyrs. La notice ne donne aucun chiffre sur le nombre de personnes décédées.

Réorganisations au sein du ministère des urgences (WeChat) Xu Ping devient membre du comité du Parti du ministère. Xu Ping est un major général de la police armée du peuple qui a défilé lors de la parade militaire de 2015.

Nouvelles réglementations sur la confidentialité dans l’APL (SCMP / QdA) Les réglementations (军队保密条例) visent à mieux encadrer les échanges et les participations de l’APL à l’étranger ainsi que la sécurité des systèmes d’informations.  

Diplomatie militaire

La 33e flotille en visite au Bangladesh (Xinhua) Arrivée le 21 février, la flottille entame une vite de courtoisie pour 5 jours.


© 2019 EastisRed - All Rights Reserved.
Website by MPA Studio - mentions légales

Scroll To Top