Now Reading
Passe Muraille n°54 – semaine du 16 mars

Passe Muraille n°54 – semaine du 16 mars

Editorial

Nouvelle semaine, nouveau Passe Muraille. Pas de commentaires particuliers cette semaine, mais une petite explication de notre illustration. Titrée “甩锅强国”, ou “la superpuissance du rejet de responsabilité”. En effet, “甩锅” (shuaiguo – littéralement, lancé de casseroles), signifie “rejeter la responsabilité ou la faute [sur quelqu’un d’autre]”. Les différentes bannières portent les noms de médias et journaux du pays : le Quotidien du Peuple, Xinhua, CCTV. Cette illustration fait évidemment référence à la campagne de désinformation orchestrées par la diplomatie et une partie des médias d’État chinois visant à faire croire que le virus ne serait pas originaire de Chine. Si ces affirmations sont mensongères, les appellations de “virus chinois” n’avancent à rien. La critique nécessaire et raisonnée de la République populaire de Chine ne doit pas nous exonérer d’une réflexion sur nos propres erreurs dans la gestion de cette crise.

Nous remercions les contributeurs Clémence de Gail et Quentin Genaille, Paul Miazga, Mathilde Teissonnière, merci à Lucie Sénéchal Perrouault pour la relecture.

Bonne lecture,

Pierre, directeur d’EastIsRed

Affaires intérieures

Politique

Réunion du Politburo (Xinhua / CCTV) Le 18 mars 2020 Xi Jinping a présidé une réunion afin de faire le point sur les mesures de prévention et de contrôle de l’épidémie de coronavirus, ainsi que le développement économique dans le pays et à l’étranger. Selon Xi, grâce aux mesures de contrôle renforcées et étendues à l’ensemble du territoire, un retour rapide à la vie quotidienne et à des niveaux de production normaux devrait être possible. Le travail reprendra progressivement à Wuhan tandis que les mesures de contrôle dans la province du Hubei seront peu à peu allégées. Xi insiste également sur la volonté de la Chine de renforcer les échanges et la coopération avec les pays touchés par le virus afin de partager leur expérience et le matériel disponible. Afin de rassurer sa population ainsi que la communauté internationale, Xi annonce la reprise des investissements et du commerce dans le pays.

Nouvelle date pour le congrès ? (Reuters) La Chine envisage de reprendre son activité politique fin avril ou début mai avec la tenue du Congrès populaire national annuel initialement prévu en mars. L’événement, qui pourrait avoir lieu en comité plus réduit que d’habitude, marquerait un retour à la normale symbolique pour la Chine qui promeut ostentatoirement sa gestion efficace de la crise sanitaire sur la scène internationale.

Deux nouveaux cadres ministériels chargés de la discipline ? (PoliticsCircles) Deux vétérans du contrôle de la corruption interne au niveau provincial ont été appelés à Pékin : Sun Xinyang (孙新阳) a pris la tête de l’équipe d’inspection et de supervision disciplinaire au sein du Ministère de la Sécurité publique et Gong Tanghua (龚堂华) de son équivalent au Ministère de la Science et de la Technologie.

Justice / lutte contre la corruption

L’ingénieur de Baidu qui avait miné du Bitcoin condamné à 3 ans de prison (Leifeng) Un ingénieur de Baidu avait en effet installé des programmes illégaux pour miner du Bitcoin sur des serveurs de son entreprise. Il n’en a tiré qu’un bénéfice de 100.000 RMB. Plusieurs internautes jugent que 100.000 RMB ne  justifient pas une peine si lourde.

Conclusions de l’enquête interne sur le décès de Li Wenliang (Caixin / XJB / CMP / SixthTone) Les conclusions ont été publiées vendredi. Selon le communiqué, la personne tenue responsable est le vice-commissaire du commissariat de Zhongnan Lu de Wuhan. L’arrestation de Li Wenliang n’était “pas justifiée” et la procédure “non standard”. Le commissariat et la police de Wuhan se sont “excusés”. Voir également cet hommage, rapidement censuré, à un citoyen modèle de la République populaire condamné par celle ci.

Coronavirus

Situation générale 

Voilà deux semaines que la Chine a déclaré “la victoire” sur l’épidémie de coronavirus, les autorités prennent néanmoins des mesures pour éviter une seconde vague de contagion et de nouveaux foyers épidémiques. Nous parlions la semaine dernière de la peur des cas importés. Cette semaine, alors que les étudiants chinois à l’étranger rentrent en masse en Chine, les aéroports prennent des mesures inédites. Ainsi, les vols pour Pékin seront répartis sur d’autres aéroports, explique Caixin. Cette mesure ne devrait toutefois pas s’appliquer aux vols internationaux. (Caixin). Lors d’une réunion du petit groupe dirigeant de lutte contre l’épidémie de coronavirus (gov), Li Keqiang qui a présidé cette réunion tenue le 19 mars, a rappelé les objectifs. Les deux priorités sont maintenir la prévention des cas importés et permettre une reprise du travail saine. Selon Li Keqiang, la majeure partie de la Chine est repassée à la normale.

Si la majeure partie de la Chine semble être revenue à la normale, la situation à Wuhan reste complexe. En témoigne plusieurs articles, qualifiés de “rumeurs” par les autorités chinoises. Ainsi, selon le média japonais KyodoNews, les chiffres ont été manipulés en vue de la visite de Xi Jinping dans la ville. Selon Caixin plusieurs patients ont été réadmis à l’hôpital alors qu’ils avaient été classés comme “soignés”. Si nous nous abstiendrons de rapporter les rumeurs, notons que la situation n’est pas entièrement sous contrôle comme voudraient le signaler les autorités. De manière générale, la question des chiffres est sujette à caution, comme le montre Dave Yin sur Twitter.

Les étudiants rentrent à la maison (Reuters) Des dizaines de milliers d’étudiants chinois repartent dans leur pays alors que les universités étrangères ferment leurs campus. Face à la difficulté de se procurer des billets d’avion et à la quarantaine qui les attend à leur arrivée en Chine, les étudiants s’organisent et se soutiennent via les réseaux sociaux. Ceux-ci préfèrent malgré tout se rendre en Chine où la situation leur paraît « sous contrôle » alors que le virus continue de se propager dans les autres pays. Les prix des billets d’avions atteignent des sommes importantes, allant jusqu’à plus de 5000€ par tickets. Une étudiante chinoise en France rentre au pays : interview (XJB) Des rumeurs sur l’arrivée de cent mille étudiants chinois de l’étranger, depuis contredite par les services de douane, a lancé le débat sur la question du retour des étudiants. Des faits divers faisant état du comportement inapproprié de personnes revenant de l’étranger (non respect des règles de quarantaine) a notamment déclenché la colère des internautes. Une chinoise étudiant en France explique les raisons de son retour en Chine : l’absence de mesures fortes au début de l’épidémie, le non-respect des règles de confinement par les français, la barrière de la langue, l’isolement ainsi que la possibilité de finir son troisième semestre de cours sous forme de stage en Chine l’ont conduit à faire ce choix. Elle raconte la chance qu’elle a eu de trouver un billet d’avion et les difficultés que pose ce retour pour son parcours scolaire. Elle explique qu’elle a vécu avec angoisse le développement de l’épidémie en Chine, étant originaire du Hubei. Concernant l’animosité envers les étudiants retournant en Chine, elle considère que ce choix leur appartient et qu’ils doivent prendre en compte la question de leur santé physique et morale.

Propagande

Sorties agressives de différents diplomates (Twitter / Twitter) La qualification de « virus chinois » par Donald Trump passe mal en Chine, qui considère l’expression comme un écran de fumée face aux conséquences  de la crise sanitaire et politique de plus en plus désastreuses pour l’économie américaine. Premier pays à se relever progressivement après le pic viral, la Chine se voit en mesure de profiter du retard et de la mauvaise gestion de l’épidémie aux États-Unis dans son conflit commercial avec ces derniers. En réponse au discours du président américain et dans leur effort commun de se désolidariser de l’origine de la crise, les diplomates chinois perpétuent en parallèle l’effort de propagande sur les canaux occidentaux, en partageant des études scientifiques douteuses et en s’engageant dans des débats houleux avec les internautes par exemple. Notons que l’ambassadeur chinois à Washington affirme ne pas partager cette position sur “l’origine du virus” (Twitter) De manière générale, la propagande chinoise cherche en partie à discréditer les réponses étrangères au virus, et ainsi à mieux représenter l’action chinoise (Zhihudigest)

Exemples de consignes et résumés de l’action de la CAC dans plusieurs provinces (CAC) Notice de lecture : cet article met en lumière l’action des autorités de contrôle de l’internet. Ces brèves donnent une idées d’actions concrètes mises en place. Ainsi, dans les provinces mentionnées ici (Mongolie intérieure, Henan, Zhejiang, Chongqing) les autorités se targuent d’avoir d’une part disséminé des informations positives, mobilisé les internautes (citant le nombre de vue et de clics) ou encore lutté contre les rumeurs et les fausses informations (ce qui renvoie autant au combat contre les rumeurs qu’à l’arrestation de personnes diffusant des informations justes mais “politiquement incorrectes”).

Un débunkage des conspirations chinoises (CD/DC) Cet article de Chen Du, un blogueur chinois basé en Californie, porte sur l’instrumentalisation de certaines rumeurs en Chine continentale par le gouvernement pour renforcer le nationalisme chinois, en particulier celle de l’origine américaine du virus. Il a été établi par une organisation affiliée au gouvernement que les soldats américains malades à Wuhan durant les jeux mondiaux militaires étaient atteints de malaria et non d’un coronavirus. Cela n’empêche pas certains cadres aux ministères des affaires étrangères comme Zhao Lijian de continuer à propager ces rumeurs. Chen Du considère néanmoins que ce double jeu du gouvernement est de plus en plus soumis au regard critique de la population.

Par ailleurs, deux microbiologistes de Hong Kong ont écrit un article dans MingPao (RFA) disant que l’épidémie était originaire de Wuhan et ont critiqué la Chine pour avoir oublié la leçon du SRAS et avoir continué à manger des animaux sauvages. L’article disait que si la Chine continuait à blâmer les États-Unis pour l’origine du virus, et à ne pas en tirer la leçon, tôt ou tard il y aurait un autre SRAS. Quelques heures plus tard, ils ont demandé le retrait de l’article, car “il y a des erreurs dans certains des mots utilisés” … et ils “n’avaient pas l’intention de se mêler de politique”. (MingPao)

Economie

Généralités

Les estimations et chiffres portant sur l’économie chinoise commencent à se préciser, ainsi Goldman Sachs anticipe une contraction du PIB de 9% au premier trimestre (Reuters).

Mesures de soutien à l’économie

Réunion du Conseil des Affaires de l’Etat : priorité à l’emploi ? (MIIT) Lors d’une réunion du Conseil des Affaires de l’Etat tenue le 17 mars, Li Keqiang a présenté plusieurs mesures de soutien à l’économie. Trois points sont soulignés dans le communiqué : (1) le soutien et la reprise de l’activité doit suivre la situation sanitaire ; (2) les mesures de décentralisation administratives (en particulier les mesures dites “libération, supervision et service” (放管服) qui vise à réformer les pratiques des agences de l’Etat ; (3) apporter un soutien aux entrepreneurs et enfin, (4) soutenir la numérisation de l’économie et des services dans la lignée du plan internet +. Par ailleurs, Li Keqiang a demandé l’accélération de la reprise des projets d’infrastructures ou investissements locaux pour relancer l’économie et a fait passé une loi sur la prévention des maladies liées aux cultures (农作物病虫害防治条例)

En parallèle, le ministère de l’industrie annonce des mesures de soutien à la numérisation des PME (MIIT) Un plan d’action (行动方案) a été publié, il prévoit treize “missions importants” et quatre mesures d’applications. Dans les premiers on retrouve un certain nombre de mesures habituelles : utilisation des services en ligne, encouragement à l’utilisation de solution digitale dans les usines, la production, l’utilisation du Cloud, etc. Bien que vague, le plan est disponible en entier dans l’article. Reuters rapporte par ailleurs que les autorités préparent un stimulus fiscal “d’envergure”. Reuters s’appuie sur quatre sources gouvernementales. L’investissement sera destiné aux infrastructures, soutenu par 394 milliards de dollars d’obligations annoncées par des administrations locales. Le tout porterait le déficit un niveau “sans précédent”. Pourtant, côté infrastructures, ChinaBankingNews note qu’une partie seulement des fonds alloués aux infrastructures ont été effectivement budgétés (ChinaBankingNews). L’article comprend un tableau des montants par province.

Plusieurs municipalités mettent par ailleurs en place des “coupons d’aides à la consommation” (Caixin / Xinhua) C’est le cas des municipalités de Nanjing, Ningbo, ou encore Jinan. Ces coupons ont été mis en place pour endiguer la chute massive de la consommation (-20% en janvier février, dont 43% pour la restauration). La valeur des coupons varie selon les villes mais l’idée est d’encourager les gens à ressortir, retourner dans les magasins, sur les lieux touristiques, etc.

Impact de la chute des prix du pétrole

Baisse des prix de l’essence (Jiemian) La baisse des prix du pétrole se répercute sur les prix à la pompe : l’essence #92 est passée 5.4 ou 5.5 RMB le litre, et le diesel à environ 5.5 / 5.6 RMB le litre. Comme les autres pays, la Chine profite de cette situation pour remplir et agrandir ses réserves de pétrole (estimée, selon Jiemian, à l’équivalent de 50 jours d’importations). Ci dessous un tableau des principales réserves de pétroles, leur localisation, leur capacité et l’entreprise en charge de leur gestion.

Le marché immobilier à l’arrêt (Caixin) En février, 19 villes ont rapporté aucune vente immobilière. Face à cette stagnation, les prix de l’immobiliers neufs dans plusieurs villes a baissé, y compris dans des villes de premiers rangs. Combien de temps une telle situation est-elle soutenable pour les promoteurs immobiliers très endettés ?

Agriculture

Les prix du porc devraient à nouveau baisser (Caixin) Selon un représentant de la NDRC (Commission nationale pour le développement et les réformes, 发改委), les prix du porc devraient baisser dans les prochains mois, ce qui permettra de faire baisser le Consumer Price Index (CPI). En effet, l’explosion des prix du porc suite à la grippe porcine africaine qui avait ravagé le cheptel en 2019.

Industrie et entreprises

Brèves d’entreprises par 36Kr
  • Tencent met en place de nouvelles règles pour combattre l’addiction dans les jeux vidéos.
  • Jingdong va racheter pour 200 millions de dollars de ses propres actions dans les deux prochaines années
  • Gree (格力 – entreprise semi étatique de Zhuhai, leader mondial des climatiseur), annonce aucune vente en février, mais un milliard de RMB investis dans le matériel médical.
  • Xiaomi établit une nouvelle entreprise à Shenzhen : Shenzhen Xiaomi Communication Technology Ltd (深圳小米通讯技术有限公司) a été enregistrée avec un capital de 50 millions de RMB. Son représentant légal est le co-fondateur et stratège de Xiaomi, Wang Chuan (王川). L’entreprise se concentre sur les technologies mobiles et le logiciel.
  • Un grand gagnant de la crise : Bilibili (哔哩哔哩 ou B站 – le “youtube” chinois). Les revenus nets de la plateforme de vidéos en ligne ont augmenté de 74% par rapport à la même période l’année dernière.
  • Bytedance annonce de son côté que 30.000 de ses employés ont donné aux fonds d’aide aux médecins et personnels soignants de la croix rouge chinoise, totalisant 17 millions de RMB. De son côté l’entreprise a donné 400 millions de RMB aux hôpitaux.

Afin de s’internationaliser, Tik-Tok modifie sa gestion du contenu (AllWeatherTech) Jusqu’à présent, les contenus diffusés sur Tik-Tok sont gérés en fonction des lois et réglementations de la Chine continentale. Le 16 mars, le Washington Post rapportait que Bytedance aller cesser d’utiliser ses équipes en Chine pour superviser les contenus de Tik-Tok à l’étranger. En conséquence, une équipe de 100 modérateurs seront transférés à l’étranger. L’article de AllWeatherTech donne par ailleurs des précisions sur la stratégie de “dé-sinisation” de Bytedance et le défi de Zhang Yiming, son patron pour construire une entreprise mondiale respectant la diversité de ses employés.

Des utilisateurs de Huawei expliquent que certaines de leur photos ont été supprimées de leurs téléphones (Pingwest) Selon un utilisateur qui aurait posté sur Douban, des images qu’il avait téléchargé depuis une application gouvernementale sur son téléphone ont été supprimées à son insu. Ce ne serait pas la première fois que ce type de rumeurs est rapporté. En Janvier, GizmoChina avait rapporté des faits similaires.

Xiaomi abandonne son processeur PengPaiS2 ? (EET) Les dernières nouvelles du processeur 澎湃S2 développé par Xiaomi remontent à avril 2018. Le Pengpai S2 était un “Multimedia Application processors”, (应用处理器) optimisé pour la gestion des flux multimédias. Pour Xiaomi, cet échec signifie que l’entreprise ne pourra se passer des processeurs de Qualcomm, qui représente pour l’instant 32% des coûts en matériels par appareil.

Les semi-conducteurs chinois, (Yi’Ou) Long format de Yi’ou consacré à la situation des semi conducteurs chinois. Un tableau vaut mille mots: celui de l’article donne la part des produits chinois dans le marché international, par type de composant. Les trois segments qui sortent du lots appartiennent aux équipements de communication, à savoir ‘application processors, communication processors, et les NPU – processeurs réseaux’. Le tableau provient d’un article de Wei Shaojun (魏少军), de l’université Tsinghua. Selon Wei Shaojun, le problème n’est pas que la Chine ne sait pas concevoir ou fabriquer des processeurs, mais que ces constructeurs ne sont pas en mesure d’itérer et construire l’écosystème nécessaire à leur utilisation. Si bien qu’elles ont toujours une génération de retards sur les concurrents étrangers.

See Also

Les nouveaux constructeurs automobiles sous pression (AllWeatherTech) Bojun Automobile (博郡汽车) est un bon exemple pour illustrer la situation très précaire des nouveaux arrivants dans ce secteur particulièrement concurrentiel. Fondé en 2016, l’entreprise a retardé fin 2019 le versement des primes annuelles et de certains salaires, ses comptes étant grevés par des difficultés de financements et des dépenses trop élevées. Son cas est, selon l’article, représentatifs de ces nouveaux constructeurs. Ainsi, l’un des leaders du segment, Nio (蔚来汽车) a annoncé retardé le paiement du salaire de ces employés, tandis que Weltmeister (威马汽车) a annulé le versement des bonus de fin d’années. De manière générale, le principal problème est celui du tarissement des sources de financements. Les entreprises se tournent donc vers les gouvernements locaux : Bojun Automobile attend une aide de la municipalité de Tianjin, tandis que Nio a reçu une aide fin février de la municipalité de Hefei, même si les détails sont encore en négociation. Du côté des investisseurs, les fonds provenants du capital risque ont baissé de 6% en 2019 par rapport à l’année précédente. Une difficulté est de vendre des véhicules. Plusieurs raisons expliquent la baisse des ventes enregistrées par les constructeurs : l’épidémie de coronavirus, qui a déjà entraîné une évolution des pratiques de ventes (“visite” en ligne des véhicules, ou “live streaming”, pratiques déjà vues dans le e-commerce ou l’immobilier) ou encore la chute des prix du pétrole et donc de l’essence qui amène les consommateurs à revoir leurs intentions d’achats de véhicules non polluants. Les nouveaux constructeurs ne sont pas les seuls à la peine (36Kr) Long format sur la peine des constructeurs automobiles, demandant de l’aide aux gouvernements locaux alors qu’ils subissent l’épidémie et la chute des ventes. L’épidémie impacte tant l’accès à la main d’oeuvre qu’aux pièces détachés, le Hubei étant le centre névralgique de l’industrie automobile. Ainsi la plupart des constructeurs (étatiques) chinois ont appelé à l’aide le ministère de l’industrie, qui a par exemple envoyé des trains spéciaux acheminer les pièces nécessaires du Hubei dans les provinces demandeuses. Si les constructeurs espèrent un rebond d’ici juin, celui ci n’est pour autant pas garanti.

Année record pour Tencent (AllWeatherTech) Le 18 mars, Tencent a publié son rapport financier pour le quatrième trimestre et son rapport annuel 2019. Le ralentissement économique révélé par les trois premiers rapports trimestriels de 2019 a été remplacé par une croissance significative des revenus du dernier trimestre, plus de 100 milliards RMB, une première dans l’histoire de Tencent. Les revenus de Tencent proviennent des secteurs suivants: les services à valeur ajoutée, les services financiers et d’entreprise, la publicité en ligne. Selon le rapport, les jeux Tencent, les paiements commerciaux et les services aux entreprises sont les principaux facteurs de croissance. Au quatrième trimestre, le chiffre d’affaires des jeux vidéos de Tencent a augmenté de 25,2 %, grâce à l’acquisition de Supercell et ses parts de marché à l’étranger. Le nombre de transactions de paiement quotidiennes réalisés sur les services de Tencent dépasse le milliard, soit plus que Visa et Mastercard combinés. Les revenus des services Cloud de Tencent dépassent les 17 milliards de RMB et le taux de croissance dépasse le niveau du marché. En tant que deuxième plus grand fournisseur de services Cloud sur Internet, Tencent a procédé à sa troisième mise à niveau stratégique et a créé le “Cloud and Smart Industry Group” (CSIG), réduisant ainsi l’écart avec Alibaba Cloud.

Sciences et Technologies

Les dessous du “code santé” (健康码) (Leifeng)  (NYTimes) Déjà évoqué dans le PM n°52, ce “code santé” est voué à fonctionner comme un unique laissez-passer permettant aux individus de se déplacer (notamment de sortir des communautés résidentielles et de reprendre le travail.)  Un code QR est généré pour chaque individu par des mini-programmes disponibles sur Wechat, après examen de ses antécédents via un formulaire à remplir. Ce code peut être de trois couleurs : vert, l’individu peut circuler librement, jaune il est en quarantaine pendant 7 jours, rouge pendant 15 jours. Il n’existe pas pour l’instant de système de code santé au niveau national. Les deux fournisseurs majeurs de code santé sont Tencent et Alibaba (via Ant Financial). Shenzhen et Hangzhou ont été des pionnières dans l’utilisation de ce code. L’article de Leifeng souligne que la mise en place de ce code santé a permis d’aboutir à une “uniformisation de la gouvernance sociale” (实现了扁平化社会治理). Le 29 février, la plateforme nationale de service gouvernementaux (国家政务服务) a lancé un « code d’informations sanitaires pour combattre l’épidémie » qui favorisera progressivement l’interconnexion des codes sanitaires locaux. Toutefois pour l’instant le système ne fonctionne pas très bien, comme le souligne le NY Times et Leifeng, les codes locaux se multiplient, et les critères qui déterminent la couleur du code ne sont pas transparents du tout. Il est intéressant de noter que la mise en place de ce système ressemble fortement à celle du crédit social, tant dans la mise en place progressive que dans le flou qui existe sur les critères, et l’inefficacité dénoncée par un certain nombre d’utilisateurs, bloqués chez eux sans savoir pourquoi. 

Que sont les “nouvelles infrastructures” (新基建) ? (TencentLab) Long format écrit par Yan Deli, (闫德利), “senior researcher” au sein du TencentLab. Le terme “nouvelles infrastructures” a été pour la première fois utilisé lors de la conférence sur le travail économique (中央经济工作会议) de décembre 2018. Depuis, le terme n’a cessé d’être répété, signe de l’importance qu’on lui donne. Au cours des deux dernières semaines, nous notons d’ailleurs une recrudescence des articles sur le sujet. Ainsi, pour Yan Deli, si les infrastructures (classiques) constituent le réseau de transmission économique et social, les “nouvelles infrastructures” renvoient aux réseaux de transmission de l’information. Ainsi, au coeur de ce réseau on trouve les bases de données, datacenter, et autres serveurs assurant la puissance de calcul nécessaire. Selon Yan Deli, le gouvernement chinois accorde une grande importance à ces nouvelles infrastructures, en témoigne les différentes mentions dans les plans gouvernementaux ces dernières années (voir tableau à la fin de l’article). Pourquoi la 5G est la première des nouvelles infrastructure ? (Leifeng) Dans ce long format, Leifeng détaille les raisons pour lesquelles la 5G est la première des nouvelles infrastructures. Cette technologie est perçue comme le point de départ d’une transformation économique plus large, sur laquelle le gouvernement chinois compte capitaliser pour entraîner derrière elle le reste des secteurs d’activités.

Satellite TJS-4 et son antenne (SatObs / SatObs) Deux articles un peu ancien certes mais qui semblent nécessaire de rappeler puisqu’ils portent sur le satellite TJS-4 chinois. L’article sur le satellite est une traduction d’EastPendulum mais l’article sur l’antenne est “inédit”.

Hong Kong & Taiwan

Escarmouches entre gardes côtes taïwanais et hors bords venant du continent (TaiwanNews) Des hors bords venant du continent ont pris à partie un petit navire des gardes côtes taïwanais dans les eaux de Kinmen, lançant des pierres, bouteilles et tentant d’entrer en collision avec le navire.

Affaires extérieures

Les ambitions chinoises dans l’Arctique (OverTheCircle) Depuis les 5 dernière années, la Chine a tenté de mettre en place une Polar Silk Road (冰上丝绸之路) dans l’océan Arctique en développant le commerce maritime. En 2013, la Chine s’est vu attribuer le statut d’état observateur dans la région. Ce n’est qu’en 2017 que le pays révèle ses ambitions dans l’Arctique en l’intégrant dans le projet de la Belt and Road Initiative (BRI), puis dans son Livre Blanc 2018. Les intérêts chinois dans cette zone sont multiples. La PSR est d’abord une route maritime lucrative, qui permettrait aux produits chinois de gagner de nouveaux marchés ; c’est aussi un moyen d’avoir accès à des gisements offshore, développer des énergies renouvelables et des technologies vertes. Enfin, dans le cadre de la BRI, un passage dans l’Arctique serait le moyen de créer ou resserrer des liens diplomatiques avec les acteurs régionaux comme la Finlande, le Canada, la Suède, la Russie ou l’Islande.

“56 jours, 30 échanges diplomatiques : comment Xi Jinping interprète le destin commun de l’humanité” (人类命运共同体) (CAC) Plusieurs infographies publiées par la Cyberspace Administration of China montrant quand et avec qui Xi Jinping s’est entretenu au cours des trois derniers mois. 4 pays et organisations ont rencontré et échangés avec le président chinois : l’OMS, le Cambodge, Cuba et le Pakistan. Il y a également eu 18 appels téléphoniques avec d’autres pays, dont deux avec la France (seul pays avec lequel la Chine a échangé deux fois).

Relations sino-américaines

Les relations sino-américaines sont au plus bas depuis plusieurs années, suite à un ensemble de facteurs concomitants. Premièrement, les relations diplomatiques se sont fortement tendues à la suite de la campagne de désinformation lancée il y a deux semaines par le Parti communiste et la diplomatie chinoise. Plusieurs diplomates chinois ont accusé les Etats-Unis d’avoir créé le virus et l’avoir répandu en Chine. La réponse du président américaine a été d’appeler le coronavirus “virus chinois”, une appellation au bas mot stigmatisante, sinon raciste. Mais les tensions sont aussi alimentées par le lancement d’une nouvelle enquête sur ZTE, accusée d’avoir corrompu des officiels internationaux (CNBC). L’entreprise dément toutefois avoir été informée (Reuters). Par ailleurs, Pékin a annoncé expulser un certain nombre de journalistes américains opérant en Chine, ainsi que leur homologues chinois travaillant pour les médias ciblés.

Pakistan

Xi Jinping rencontre le président pakistanais (CAC / Xinhua) Le président chinois a rencontré à Pékin son homologue pakistanais, mardi 18 mars. Le président pakistanais n’a pas tari d’éloges sur la gestion de l’épidémie en Chine et les deux parties ont affirmés leurs coopérations. Le texte complet de la rencontre est disponible en anglais.

Russie

Xi Jinping et Vladimir Poutine échange par téléphone (CGTN / Xinhua) Les présidents chinois et russes ont appelé à davantage de coopération dans la lutte contre le coronavirus.

Europe

Aide chinoise à l’Espagne (Xinhua) et demande d’aide de la Serbie (BalkanInsight) Le cas Serbe est plutôt intéressant : le pays a appelé directement la Chine à l’aide. Nous avions observé dans nos précédents Passe Muraille la coopération grandissante entre les deux pays.

Brèves

Un rapport parlementaire canadien décrit l’interférence politique chinoise (CDT) L’article de China Digital Times donne un certain nombre détail, le rapport est en partie disponible ici.

La Chine mécontentée par la saillie du fils Bolsonaro (Guardian) Escalade de piques incendiaires après le tweet d’Eduardo Bolsonaro “Le coupable de l’épidémie de coronavirus a un nom et un prénom  : le Parti Communiste Chinois”.

Militaire

Diplomatie militaire

Les forces armées chinoises et cambodgiennes ont tenu un exercice commun (MINDEF) Lors d’un exercice mené au Cambodge, les forces chinois ont réalisé une action humanitaire en donnant à des écoliers thaïlandais des affaires scolaires.

View Comments (2)

Leave a Reply

Your email address will not be published.


© 2019 EastisRed - All Rights Reserved.
Website by MPA Studio - mentions légales

Scroll To Top