Now Reading
Coronavirus : des ambassadeurs dans tous les sens

Coronavirus : des ambassadeurs dans tous les sens

Article par Noé Hirsch, qui dirige EastIsRed – Watch, le service de veille personnalisé! Retrouvez le sur Linkedin ou sur Twitter.

 

——————————————————

 

L’ampleur qu’a pris la crise du coronavirus à l’international a projeté les ambassadeurs chinois sur les devants de la scène. Paradoxal, pour un virus dont l’exécutif chinois refuse qu’il soit surnommé « virus de Wuhan ».

Face, je gagne. Pile, tu perds. Voilà sans doute, en termes plus fleuris, la maxime donnée au corps diplomatique chinois. Depuis un mois, la plupart des ambassadeurs chinois en fonction en Europe ont été amené à s’exprimer. On retiendra de ces interventions, soit sous forme d’articles, soit sous forme d’interviews, la volonté de gommer tout ce que la crise révèle de fâcheux dans le système chinois et de présenter les événements liés à l’épidémie sous le prisme de la générosité d’une Chine efficace et généreuse envers le monde.

Voilà quelques lignes directrices des éléments de langages d’ambassades ce dernier mois:

——————————————————

« Xi Jinping a personnellement mené la bataille contre le virus »
Le système chinois est sans égal.

——————————————————

Exit l’absence du leader des devants de la scène pendant un mois, au plus fort de la crise. Pour Li Junhua, ambassadeur en Italie,l’ambassadrice Xu Erwan en Croatie, ou encore l’ambassadeur chinois de Pologne, il est important de rappeler que la lutte a été menée « sous le commandement personnel de Xi Jinping ». L’organisation quasi-dictatoriale du Parti communiste chinois, en voie de normalisation au niveau international, ne doit pas pâtir de la gestion de la crise du coronavirus. Le garant de l’autorité du PCC Xi Jinping restera dispensé de critique… malgré son absence remarquée au début de la crise.

Xi Jinping
Première apparition de Xi Jinping à Wuhan, épicentre de l’épidémie, le 10 mars 2020

« Ce que nous avons fait, peu de peuples peuvent le faire. Cela démontre la supériorité de notre système et l’unité du peuple chinois », a déclaré Geng Wenbing, ambassadeur en Suisse.

——————————————————

« Ce n’est pas un virus chinois »
D’ailleurs, il y a maintenant plus d’infections hors de Chine qu’à l’intérieur.

——————————————————

En Italie, en Croatie, en France, en Espagne, aux Pays-Bas, ou encore en Allemagne, les ambassadeurs de Chine ont insisté sur la dénomination officielle du virus, telle qu’établie par l’OMS : COVID-19, et non « virus de Chine » ou « virus de Wuhan » comme certains politiques s’amusent à le désigner. Il est important de présenter l’épidémie comme une fatalité mondiale pour préserver l’image de la Chine, dont le rôle est avant tout sacrificiel. Ainsi, le confinement de la population chinoise devient une « contribution » à la paix du monde.

« Ce n’est pas avec la guerre de mots que vous gagnerez la guerre contre la virus« , a déclaré Cui Tiankai, ambassadeur de Chine aux Etats-Unis.

——————————————————

« L’OMS approuve la gestion chinoise de la crise »
Donc, cessons de critiquer la gestion des premières semaines de l’épidémie ! Le système chinois est efficace.

——————————————————

譚德塞
Le président de l’OMS a été vivement critiqué pour sa bienveillance à l’égard de la Chine dans la crise.

Habituel dans les éléments de langages chinois, les institutions internationales sont mises à contribution pour valider ses politiques internationales. Cette fois, les interventions du président de l’OMS Tedros Adhanom Ghebreyesus sont particulièrement appréciées. Aux journalistes néerlandais qui reprochent à la Chine les trois semaines de retard dans le traitement de la crise, l’ambassadeur Xu Hong (Pays-Bas) rétorque : « La rapidité avec laquelle la Chine a réagi à l’épidémie a été très appréciée par l’OMS ».

Son homologue en poste en Serbie Chen Bo lui emboîte le pas : « la Chine a été félicité par l’OMS et a contribué à retarder la diffusion de l’épidémie ».

——————————————————

« L’épidémie démontre que le monde est une « communauté de destin » ».
Avez-vous entendu parler des Nouvelles Routes de la Soie ?

——————————————————

Quelle meilleure occasion qu’une pandémie pour promouvoir ses propres éléments de langage diplomatiques ? « À l’ère de la mondialisation, les nations sont plus connectées et inséparables. Toute l’humanité est une communauté de destin partagé », déclare l’ambassadeur chinois en Finlande. Le même message est diffus dans la plupart des allocutions officielles des ambassades en Europe. La crise sert à appuyer l’agenda politique chinois en termes de soft power. Un exemple concret : la mise en ligne de la « base de données chinoise Covid-19 » est par exemple placée sous le signe de la Belt and Road Health Professionals Development Alliance. Ainsi, la BRI (Belt and Road Initiative) trouve une nouvelle validation à son existence grâce à l’épidémie, quand bien même un grand nombre de partenaires de l’Alliance n’appartiennent pas à des pays situés sur les Routes.

See Also

Ainsi, lors de son appel au président Italien portant sur l’envoi d’un groupe d’expert médicaux chinois en Italie et la livraison de 20 000 masques N95, Xi Jinping a placé l’opération sous le signe de « la Route de la Soie saine » 健康丝绸之路 »). Bien que ces masques soient financés par la China Silk Road Fund, il va de soi que ce choix reflète la stratégie de soft power chinoise amorcée en 2012.

Cependant, dans le courant de la crise un certain nombre de dérapages ont été enregistré dans la machine diplomatique chinoise. Des accusations, des fausses rumeurs, et des dérapages. Panorama :

——————————————————

« Les américains ont créé le virus »

——————————————————

Brochant sur les allégations d’obscures conspirationnistes américains, la populaire militaire Liang Fang (professeure au Bureau d’enseignement et de recherche en stratégie militaire du Département de l’enseignement et de la recherche stratégiques de l’Université de la Défense nationale de Chine) a déclaré sur Weibo (10 mars) : « les EU ont utilisé le coronavirus en tant qu’arme biologique, préfigurant la prochaine guerre à venir ! ». L’accusation fantasque a été reprise par le porte-parole du ministère des Affaires étrangères le 12 mars : « Peut-être bien que les USA ont amené le virus à Wuhan ! (…) Ils nous doivent une

Cui Tiankai
L’envoyé de Pékin aux Etats-Unis a été embarrassé par les sorties grossièrement conspirationnistes de son gouvernement.

explication ! ». 2 jours plus tard, le site « ChinaNews » publie un article intitulé « trois mystères sur l’origine du Coronavirus » sous-titré « Soupçon d’une implication des EU ».

Interrogé à ce sujet à la télévision américaine, l’ambassadeur chinois aux EU a botté en touche : « je ne peux pas commenter les déclarations d’une seule personne / il s’agit du porte-parole d’un Ministère / Je n’ai pas la responsabilité d’interpréter son point de vue ».

——————————————————

« Li Wenliang est un héros communiste ».

——————————————————

L’ambassadeur de Chine en Suisse, dont on salue le franc-parler, a déclaré au journal de la ville de Bâle : « Li Wenliang est un bon médecin, très professionnel, et il n’a pas été écouté dans un premier temps du fait de la méconnaissance que nous avions du virus. Cependant, il est faux de dire qu’il a été emprisonné, quelqu’un lui a parlé mais il n’a pas été détenu.
D’ailleurs, savez vous qu’en plus d’être un excellent médecin, Li Wenliang est également un excellent membre du Parti communiste ?
 ».

View Comment (1)

© 2019 EastisRed - All Rights Reserved.
Website by MPA Studio - mentions légales

Scroll To Top