Now Reading
Passe Muraille n°88 – Zéro-COVID, (in)stabilité économique, affaires étrangères

Passe Muraille n°88 – Zéro-COVID, (in)stabilité économique, affaires étrangères

Editorial

Le Passe Muraille est une newsletter hebdomadaire dédiée à l’actualité chinoise. Elle ne se veut pas exhaustive, mais représentative de sujets qui agitent le monde chinois mais ne reçoivent pas d’attention dans l’espace francophone. D’un monde à l’autre, à travers les murs, nous vous apportons une information unique. Attentifs à vos besoins, n’hésitez pas à nous faire parvenir vos commentaires et retours, par email

Bonne lecture!

La rédaction

Politique & société

L'essentiel

Situation épidémique

La fin du zéro-COVID n'est pas une option

Ce n’est pas par plaisir que chaque semaine nous commençons le Passe Muraille sur la situation épidémique. Impossible de l’ignorer pourtant, d’autant que la presse étrangère décrit Shanghai comme une ville au bord de la famine et les médias d’Etat chantent les louanges du “zéro-COVID”.  Cette semaine, nous resterons clairs et concis.

A l’instant où nous parlons, la situation se stabilise plus ou moins à Shanghai, tout en comptant plusieurs milliers de cas par jours. Les infections restent majoritairement concentrées dans les centres d’isolement; un peu moins de la moitié de la ville a été “libérée”. La colère populaire à Shanghai, et les autorités censurent les récriminations des confinés, tout en assurant que “personne n’est morte du COVID”, alors même que de nombreux citoyens de Shanghai ont péri par manque d’accès aux soins.
Dans les autres provinces, un foyer semble se développer à Guangzhou, entraînant restrictions et stockages de nourriture. Suzhou cumule 400 cas sur un mois, dont une majorité liée au foyer de Shanghai. Plusieurs villes dans le Hubei prennent également des mesures.

La pression politique sur les autorités est à n’en pas douter, extrême. Pour l’instant, aucun responsable de haut niveau n’a été arrêté, mais Qian Wenxiong, directeur du Centre d’information de la Commission de la santé du district de Hongkou (Shanghai), qui s’est suicidé dans son bureau le 12 avril. Plus probablement, une fois la situation stabilisée, alors seulement le centre punira les désignés coupables. 

Depuis le début du foyer Shanghaien, de nombreux commentateurs prophétisent la fin de la politique zéro-COVID. Force est de constater que le gouvernement chinois ne le voit pas de cet œil. Pour Zhong Nanshan, figure de la lutte contre le SARS, la faute repose sur le manque de préparation des autorités shanghaiennes, et le directeur du groupe d’expert sur le COVID de la Commission Nationale à la Santé rappelle que “le dynamique zéro COVID” reste le meilleur choix pour le pays. Ce message est repris par les différents médias d’Etat mais aussi le Ministère des Affaires Étrangères qui mettent en cause “l’étranger” (sans surprise) pour avoir transmis l’idée qu’Omicron n’est pas plus dangereux qu’une grippe. 

Like it or not, le zéro COVID est appelé à rester. Les coûts économiques montent (voir section “économie”), la colère sociale à Shanghai gronde, mais le gouvernement ne considère pas de changement de cap. Lueur d’espoir pour les internationaux : essais de quarantaines réduites dans certaines villes.

Brèves

Xi Jinping en inspection à Hainan

Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil

Dans un contraste criant avec le reste de l’actualité chinoise, le président Xi Jinping a mené une tournée d’inspection à Hainan. Jusqu’ici les thèmes abordés par cette visite sont la sécurité alimentaire, la construction d’une puissance maritime, la protection de l’environnement (la “théorie des deux montagnes”), la “revitalisation des campagnes” et l’unité ethnique. 

Economie & industries

L'essentiel

Inquiétudes économiques

5.5% de croissance en 2022 : un pari ambitieux…

Li Keqiang n’a pas un travail facile : le premier ministre chinois multiplie depuis plusieurs jours les avertissements aux responsables locaux, mettant en garde contre les risques économiques sévères liés tant aux coûts des restrictions du zéro COVID, à ses conséquences sur les industries logistiques, les exportations, et la consommation. Alors que le 22e Congrès du Parti Communiste doit se tenir à l’automne, la priorité est à la stabilité. Ainsi, selon Bloomberg, les autorités chinoises semblent se résoudre à des stimulus ciblés pour maintenir les objectifs de croissance, malgré les efforts des dernières années pour plus de rigueur financière. 

La stabilité importe d’autant plus alors que la bourse chinoise montre des signes d’inquiétudes, mais surtout que le chômage devient préoccupant. En particulier, comme nous en parlions il y a déjà trois semaines, les entreprises du numériques ont commencé à licencier en masse, déclenchant même une vague de censure du gouvernement qui taxe l’information de “rumeur”. 

Brèves

Plan “pour l’unification du marché``

Un énième plan sans conséquences directes ?

Le gouvernement central, par le biais du Conseil des Affaires de l’Etat et le Comité Central du Parti a publié ses “avis pour la construction d’un grand marché national unifié” [加快建设全国统一大市场的意见]. Le document, validé en décembre 2021, couvre toute une série de questions – antimonopole, accès au marché et réglementation, et protection des droits de propriété – qui s’inscrivent également dans la stratégie à long terme consistant à permettre aux marchés de jouer un rôle plus important dans l’allocation des ressources économiques. En d’autres termes, il s’agit d’un élément supplémentaire en vue de la “double circulation”, ou la volonté des autorités de renforcer la consommation et réorienter l’économie intérieure au détriment des exportations. Un plan ambitieux, mais qui ne résout rien aux problèmes fondamentaux de l’économie. 

See Also

Scandale concernant les données clients chez Huawei

Un employé de l’entreprise sanctionné

Un employé de Huawei a été condamné pour avoir outrepassé son autorité afin d’accéder à des données confidentielles. Pour ce faire, il a exploité un “bug” dans le système de l’entreprise, Huawei publie une lettre d’excuse. Fin 2017, M. Yi a plusieurs fois outrepassé l’autorité en empruntant le login du compte d’un collègue dans le système interne de l’entreprise pour obtenir les informations sur le prix des matériaux utilisés pour les câbles.

Etudes, monitoring, formation : découvrez nos services

Essayez nos solutions

Diplomatie & militaire

L'essentiel

Huawei au Collège de l'Europe

L'entreprise continue son activisme en Europe

Le champion des télécommunications Huawei, dans le viseur de nombreux États membres de l’UE pour des questions de sécurité et d’espionnage, signe un accord prévoyant un programme de bourse avec le prestigieux Collège d’Europe. La firme chinoise étend ainsi sa stratégie d’influence auprès des institutions et des élites européennes. En effet, considéré par certains comme l’ENA européen, le Collège d’Europe est une école qui forme indirectement une grande partie des fonctionnaires européens. À ce titre, la résolution 2020/2268(INI) de mars 2022 du Parlement européen se disait déjà « préoccupé par le nombre d’universités, d’écoles et de centres culturels européens engagés dans des partenariats avec des entités chinoises qui permettent le vol de connaissances scientifiques et l’exercice d’un contrôle strict sur tous les sujets liés à la Chine dans le domaine de la recherche et de l’enseignement ». Huawei n’a donc pas fini d’étendre son influence au cœur des organes décisionnaires européens…

Brèves

L’OMS reconnaît l’utilité de la MTC dans le traitement de la Covid à tous les stades

Une validation bienvenue pour la diplomatie culturelle chinoise

Incitée par le China’s National Administration of Traditional Chinese Medicine (NATCM) en janvier 2022, l’OMS a réuni un panel d’experts “de haut niveau” pour interroger la valeur de la Médecine Traditionnelle Chinoise (MTC) dans le traitement de la Covid. Conclusion: la MTC serait bien utile, notamment dans la phase préventive, et également en complément de la médecine occidentale pour la phase de guérison. Le MAE Chine s’en est félicité : “La médecine traditionnelle chinoise est le trésor de la nation chinoise et la richesse des peuples du monde.”

La Chine aurait envoyé des experts MTC dans 29 pays pour accompagner le traitement covid. 

Un rapport épingle les cyberattaques continues chinoises en Inde

Le réseau électrique indien a été attaqué par des hackers du gouvernement chinois

En février 2021, le groupe Insikt de Recorded Future avait signalé une activité d’intrusion ciblant des actifs opérationnels au sein du réseau électrique indien par RedEcho, un groupe parrainé par l’État chinois. Depuis, des hackers chinois exercent un ciblage continu de ce même réseau, notamment via la portée dérobée “ShadowPad” de plus en plus utilisée par les hackers de l’APL. 

Bien que les tensions se soient réduites, aidées par le désengagement partiel des troupes , en février 2021 à la suite d’affrontements frontaliers prolongés dans la région du Ladakh, les cyberattaques chinoises sur le sous-continent indien s’intensifient, laissant planer un doute sur le prépositionnement de Pékin. 

Interrogé, le MAE chinois rétorque que les Américains le font aussi [近期,中国的网络安全公司发布了系列报告,揭露了美国政府对包括中国在内的全球多个国家发动网络攻击,严重危害中国和有关国家的关键基础设施安全。值得注意的是,很多美国的盟友或与美开展网络安全合作的国家,竟然也是美国网络攻击的受害者。相信国际社会,特别是中国的周边国家会睁大自己的眼睛,对美方的真实意图作出自己的判断].. Pour en savoir plus sur l’histoire du hacking, voir ce documentaire ARTE auquel nous avons contribué: Les nouveaux soldats de la Chine.

La visite de Nancy Pelosi à Taïwan serait un franchissement de la “ligne rouge” - MAE chine

La présidente de la chambre américaine serait seule responsable des conséquences de sa visite, selon Wang Yi

Toute visite à Taïwan de la présidente américaine de la chambre des représentants Nancy Pelosi (qui devait s’y rendre cette semaine avant d’ajourner la visite à cause d’un test positif au covid) franchirait la « ligne rouge » de Pékin, a averti jeudi le ministre chinois des Affaires étrangères Wang Yi. Ligne rouge qui justifie, selon le langage diplomatique, une reprise de l’île par la force. Le même jour, le président des chefs d’état-major interarmées, Mark Milley, a déclaré à l’audience du Sénat que les États-Unis doivent aider l’île à se défendre. Faire de Taïwan un « objectif très difficile à atteindre » est la meilleure stratégie de défense du pays, et les États-Unis peuvent aider comme ils l’ont fait avec l’Ukraine contre la Russie, a-t-il déclaré

En parallèle, les observateurs militaires médiatiques de l’APL (comme Chen Feng) observent l’invasion de l’Ukraine et tentent d’en tirer des enseignements pour la future invasion de Taïwan, et notamment sur la nécessité d’utiliser la PAP (Police Armée du Peuple – force paramilitaire) pour éliminer l’opposition des zones urbaines occupées et maintenir l’ordre pendant le conflit.


© 2019 EastisRed - All Rights Reserved.
Website by MPA Studio - mentions légales

Scroll To Top