Now Reading
Passe Muraille n°91 – rumeurs et volatilité des marchés, nihilisme historique, économie

Passe Muraille n°91 – rumeurs et volatilité des marchés, nihilisme historique, économie

Editorial

Le Passe Muraille est une newsletter hebdomadaire dédiée à l’actualité chinoise. Elle ne se veut pas exhaustive, mais représentative de sujets qui agitent le monde chinois mais ne reçoivent pas d’attention dans l’espace francophone. D’un monde à l’autre, à travers les murs, nous vous apportons une information unique. Attentifs à vos besoins, n’hésitez pas à nous faire parvenir vos commentaires et retours, par email

Bonne lecture!

La rédaction

Politique & société

L'essentiel

L'affaire ``Ma Mou``

Conspirations, rumeurs et volatilité de la bourse

L’affaire “Ma Moumou” révèle la perméabilité de l’internet chinois aux rumeurs et la sensibilité des milieux d’affaires. Tout commence le 3 mai, lorsque les autorités de Hangzhou annoncent l’arrestation d’un M. Ma  (“Ma Mou”, 马某), senior manager d’une entreprise de la tech, pour atteinte à la sûreté de l’Etat et collusion avec des “forces étrangères”. La rumeur se répand comme une traînée de poudre, les internautes se demandant si la personne ciblée ne serait pas Ma Yun. Dans la foulée, les actions Alibaba à la bourse de Hong Kong dévissent de 10%, entraînant dans son sillage Jingdong, Meituan ou encore Tencent. Hu Xijin, chroniqueur du Global Times, est obligé d’intervenir, précisant que la personne mise en examen ne peut pas être Ma Yun.

Le lecteur étranger restera incrédule devant ce résumé. Pour comprendre, un point linguistique est requis. Lorsqu’une personne est arrêtée ou mise en examen, hors s’il s’agit d’une célébrité, les autorités anonymisent les noms. Pour se faire, ils utilisent le caractère “mou” (某 “un certain”, X) pour remplacer le prénom. Ainsi, dans le cas présent, Ma Mou indique qu’il s’agit d’un “M. Ma X, avec un prénom avec un seul caractère”. 

Or, un “M. Ma”, basé à Hangzhou, senior manager dans la tech fait penser à Ma Yun, directeur d’Alibaba, dont les déboires politiques et financiers de 2020-2021 sont bien connus et documentés. L’internet chinois étant une machine à rumeur, il n’en fallait pas moins pour que cette affaire s’emballe. Il aura fallu l’intervention de figures de la presse (Hu Xijin) et des communiqués gouvernementaux pour calmer la rumeur, après de multiples rebondissements. Cette affaire est révélatrice de la nervosité d’internet, des investisseurs quant aux campagnes de régulation de la tech et anticorruption, pouvant potentiellement vilser au plus haut.

Reste la question de qui est “Ma Mou” et pourquoi est-il arrêté ? Les détails publiés le 3 mai indiquent que cet employé d’une entreprise de la tech, senior developer, aurait organisé des activités subversives (créations de groupes et de forums pour discuter démocraties et libertés) via son entreprise. 

Brèves

Foyers de COVID-19

La situation shanghaienne s’améliore lentement, Pékin en de facto “confinement”

A Shanghai, la tendance est en baisse mais le nombre de cas hors des centres de quarantaine reste élevé, retardant un éventuel déconfinement.  Pékin, qui entre dans un de facto confinement, aucune activité n’étant possible sinon des randonnées en dehors de la ville. Les berges du Liangma, qui traverse le Nord-Est de la ville ont été en partie condamnées pour éviter les pic-nics sauvages. Dans le reste du pays, des cas ont été confirmés dans une quarantaine de villes et dix-huit provinces.

Afin de répondre à ces cas localisés, le gouvernement veut “normaliser” les tests PCR, réalisés à intervalles réguliers. En repérant suffisamment tôt les foyers épidémiques, il serait possible, d’après les autorités, de confiner localement et éviter des désastres comme celui de Shanghai. En outre, de nombreux confinements ou des restrictions sévères sont à attendre. Dernier en date, Zhengzhou (10M d’habitants et 44 cas détectés hier) impose à partir du 4 mai d’importantes restrictions de déplacement. Zhengzhou est un important centre logistique et manufacturier du Henan.

Nihilisme historique

La pression sur les internets ne faiblit pas

Après la mise au pas du réseau “libéral” douban le mois dernier, les différentes plateformes du web s’engagent dans le nettoyage des contenus qualifiés “nihilistes historiques”. Cette nouvelle campagne fait suite à un essai de l’Administration du Cyberespace Chinois publié samedi 20 avril dans le journal Study Times. Weibo aurait nettoyé plusieurs milliers de posts et supprimé 76 comptes d’utilisateurs dont les contenus relèvent du “nihilisme historique”. Ces campagnes sont aussi à mettre dans le contexte du martelage idéologique continu orchestré par le Parti, à destination de ses membres et cadres. Dans le contexte de la guerre en Ukraine, des séances de visionnage de documentaires rappelant l’importance du combat idéologique et du danger que représentent les valeurs occidentales.

Economie & industries

L'essentiel

L’économie au centre des préoccupations

Les vies avant les profits

La semaine dernière nous avons détaillé les craintes exprimées par les observateurs et les milieux d’affaires sur l’économie chinoise. Au milieu de cette cacophonie, nous recommandons la lecture de l’entretien du Président de la Chambre de Commerce européenne Joerg Wuttke. Souvent considérée comme une force “modératrice” la communauté d’affaires ne mâche aujourd’hui plus ses mots. Le représentant européen charge le caractère “idéologique” du zéro COVID, au détriment de la science. Il juge l’impact économique destructeur des confinements sur les chaînes logistiques et d’approvisionnement. M. Wuttke prédit que les dommages économiques ne sont “pas encore visibles” en Europe et n’interviendront qu’en mai ou en juin, surtout si la situation perdure. 

Les autorités quant à elles multiplient les signaux de soutien. Vendredi 29, le politburo s’est réuni pour une session d’étude sur la situation économique, rappelant que la priorité politique est de “placer les gens et les vies en premier” tout en opérant des ajustements macroéconomiques nécessaires pour atteindre les objectifs économiques et sociaux (5.5% de croissance et surtout maintenir le taux de chômage à des niveaux adéquats). Diverses autorités locales ont également pris des mesures pour soutenir les petites et moyennes entreprises, ainsi que des tickets à la consommation. Pour parer aux coûts énergétiques, une baisse de certaines taxes sur le charbon importé a été annoncée. 

Dans le même temps, les autorités chinoises se montrent de plus en plus sensibles aux critiques : les comptes publics de Hong Hao, qui était responsable de la recherche à la Bank of Communications International Holdings, une filiale de la banque d’Etat du même nom, ont été supprimés samedi de WeChat et de Weibo. Hong avait plus de 3 millions d’abonnés sur Weibo. La ligne rouge franchie par l’économiste n’est pas claire. Mais M. Hong avait publié plusieurs messages sur son compte Twitter concernant les conséquences économiques du verrouillage de Shanghai, dont un, le 31 mars, qui disait : « Shanghai : zéro mouvement, zéro PIB ».

See Also

Brèves

Petite histoire de Sinovac

De l’hépatite au coronavirus

Sinovac, ou Beijing Kexing en chinois, est désormais mondialement connue pour ses vaccins au virus désactivé contre la COVID, qui sont massivement utilisés en Chine et ont été exportés dans de nombreux pays tiers. Un long format publié le 3 mai revient sur l’histoire de l’entreprise, créée et dirigée par Yin Weidong, à l’origine chercheur en microbiologie et étudiant du très respecté Liu Chongbai (figure de la lutte contre l’hépatite en Chine). Sinovac a fait ses armes en commercialisant un vaccin contre l’hépatite dans les années 1980. Sinovac travaille ensuite sur le virus du SARS, de la grippe aviaire, avec des succès mitigés. Souvent, l’entreprise paie ses succès en R&D par des échecs commerciaux. Aujourd’hui, aidée par l’épidémie de la COVID, l’entreprise a enregistré des bénéfices records, près de 13 milliards d’euros.

Maotai, le revers de la bouteille

Désastres écologiques dans le Guizhou

Le Maotai est l’alcool le plus prisé en Chine, certaines bouteilles de cette liqueur de sorgho pouvant coûter plusieurs milliers d’euros. La production de cet alcool est réalisée dans la province du Guizhou, dans le village qui a donné son nom à l’alcool. Autant dire que l’économie locale est très dépendante de la production de cette liqueur. Or, la région a été épinglée par les autorités environnementales nationales. En particulier, les constructions illégales de distilleries ont un impact fort sur la qualité de l’eau et polluent de nombreuses rivières et leurs affluents, au premier lieu desquelles la rivière Chishui. 

Etudes, monitoring, formation : découvrez nos services

Essayez nos solutions

Diplomatie & militaire

Brèves

Ukraine

Interviews croisées et conférences de presse

L’agence de presse chinoise Xinhua a publié le 30 avril à une heure d’intervalle deux entretiens avec les ministres des affaires étrangères russe et ukrainien. Chacun des ministres ont déroulé leur argumentaire sans grande surprise, sinon que le représentant ukrainien a tenté de faire appel aux intérêts chinois pour convaincre son auditoire que la Chine doit davantage aider l’Ukraine.

Notons que les entretiens ont été très peu diffusé sur les réseaux sociaux chinois

Wang Wenbin (MOFA) lâche ses coups contre l’OTAN sur la question de l’Ukraine

A l’occasion d’une conférence de presse, le porte-parole tire à boulets rouges contre l’Organisation

Rebondissant sur une remarque de la ministre britannique Elizabeth Truss, Wang Wenbin a clairement fait peser la responsabilité de l’invasion russe de l’Ukraine sur l’OTAN, un “instrument hégémonique”. “La guerre froide est terminée, l’OTAN devrait en prendre note”, a-t-il déclaré, assurant que “tout en prétendant être une organisation défensive, l’OTAN ne cesse de créer des troubles (…), produit des guerres contre des Etats souverains (…) et commence à montrer ses muscles dans la zone Indo-pacifique”. 


© 2019 EastisRed - All Rights Reserved.
Website by MPA Studio - mentions légales

Scroll To Top