Now Reading
Passe Muraille n°92 – adresses IP, économie des tests PCR, Hong-Kong

Passe Muraille n°92 – adresses IP, économie des tests PCR, Hong-Kong

Editorial

Le Passe Muraille est une newsletter hebdomadaire dédiée à l’actualité chinoise. Elle ne se veut pas exhaustive, mais représentative de sujets qui agitent le monde chinois mais ne reçoivent pas d’attention dans l’espace francophone. D’un monde à l’autre, à travers les murs, nous vous apportons une information unique. Attentifs à vos besoins, n’hésitez pas à nous faire parvenir vos commentaires et retours, par email

Bonne lecture!

La rédaction

Politique & société

L'essentiel

Adresses IP pour tous

Montrez votre localisation, nous vous dirons qui vous êtes

Depuis une dizaine de jours, l’ensemble des utilisateurs des principaux réseaux sociaux chinois (Weibo, Xiaohongshu, Douban) ont vu apparaître sur leur profil une localisation basée sur leur adresse IP. Cette nouvelle mesure élaborée en octobre dernier vise à lutter contre “les fausses informations” et “l’influence étrangère”. La logique gouvernementale repose sur l’idée simple qu’un profil basé à l’extérieur du pays très critique des autorités n’est probablement pas innocent, mais cherche certainement à influencer le public chinois. 

Bien souvent, les mesures visant à la réglementation d’internet n’ont pas les effets anticipés. En l’occurrence, les internautes furent surpris de découvrir que des comptes ultra-nationalistes comme diba (un collectif d’internautes véhéments organisant des actions pour punir les « traîtres » à la Chine) était basé à Taiwan, et opéré par un Taïwanais. L’opérateur du compte a été dans la foulée condamné à de la prison à Taiwan pour dissémination de fausses rumeurs sur le COVID. Les internautes et autorités chinoises ont réagi entre amusement et sidération à l’idée que le héraut des nationalistes soit … taiwanais.

Plus largement, cette publication des adresses IP constitue un nouvel angle d’attaque pour les internautes. Loin d’apaiser le débat – déjà peu respectueux sur Weibo – les utilisateurs s’insultent désormais sur leur localisation, ciblant ceux venant de provinces plus “pauvres” et les ridiculisant sur leur niveau d’éducation pour invalider leurs points de vue. 

Enfin et de manière très prévisible, la diffusion de la localisation a déjà créé un business de changement de l’adresse IP. Pour quelques dizaines de Yuan, il est possible de cacher ou changer sa localisation de manière permanente via des VPN.  Les offres pullulent sur taobao (amazon) et les modérateurs cherchent à bloquer leur visibilité. 

Brèves

Effondrement d’un immeuble à Changsha

Derrière l’horreur, la colère

Le 29 avril, un immeuble s’est écroulé dans la banlieue de Changsha. Les opérations de secours auront duré plusieurs jours et auront permis d’identifier les 53 victimes et sauver dix personnes. L’immeuble qui était “construit par les habitants eux-mêmes” – qui ont rajouté les quatre, cinq et sixième étage – n’était objectivement pas aux normes de sécurité. Une société d’ingénierie avait pourtant rendu un rapport positif sur la construction seize jours avant l’accident. Le dirigeant de l’entreprise et cinq membres du personnel ont été arrêtés. Autre conséquence de cette tragédie, les sinistrés de l’accident ont désormais un code santé jaune, interdisant de facto l’accès à de nombreux lieux publics.

Être modéré ne suffit plus

Témoignage sur la détention sur le continent

L’année dernière à l’occasion de la sortie du film “la bataille du Lac de Changjin” (épisode marquant de l’intervention des “volontaires” chinois durant la guerre de Corée), le journaliste chinois Luo Changping s’est fendu d’un message cynique au sujet du film. Le 10 mai, il a été condamné à 7 mois de prison pour ce message, qualifié de “nihilisme historique” (voire PM n°91). A l’instar de Luo Changping, d’autres activistes “modérés” ont été détenus ces derniers mois, quand bien même la portée de leurs actions reste limitée. Ainsi, le militant taiwanais Lee Ming-che qui a été détenu sur le contenu racontait récemment ses conditions de détention sur le continent. Condamné pour avoir publié des articles élogieux sur la démocratie taïwanaise, il aura vécu le travail forcé – mais pas de tortures – dans des ateliers clandestins pendant cinq ans.

Economie & industries

L'essentiel

L’industrie du test PCR

Eldorado ou mirage ?

Depuis le début du COVID-19, la Chine a réalisé onze milliards de tests PCR. Tester 180M de personnes toutes les 48h, chiffre à prévoir si les grandes villes mettent en place ces campagnes régulières, coûtera plus de 3 milliards d’euros par mois, d’après SixthTone.  Derrière ce chiffre, ce sont 37 types de tests homologués par les autorités chinoises, produits par 28 entreprises différentes, dont 12 listées en bourse. Parmi les plus importantes on retrouve geneodx (捷诺生物), sansure biotech (圣湘生物), liferiver (之江生物). En deux ans, ces entreprises auront gagné plus de 9 milliards de Yuan (1.27 milliards d’euros), permettant aussi fait baisser le prix du test PCR – payé par l’Etat – de 200 à 20 et désormais à moins 6 Yuan (90 centimes), pour des coûts de production du réactif ne dépassant pas les 80 centimes. Dans ce contexte, la question posée par les médias chinois est simple : est-ce que les entreprises produisant ces tests sont rentables

D’après les entretiens réalisés par certains journalistes, il faut à la fois prendre en compte la pression sur les marges et la compétition. Comme énoncé ci-dessus, les gouvernements locaux imposent des restrictions strictes sur les appels d’offres liés aux tests PCR. La plupart des appels d’offres limitent le coût du test mais aussi des emballages. Un tel encadrement des prix est au demeurant logique au regard de la quantité de tests PCR effectués et que leur prise en charge est souvent gratuite – donc sur les frais de l’Etat. 

Ainsi, les entreprises doivent réduire au maximum leurs marges pour proposer des tests PCR à prix coûtant. Si l’on prend en compte la concurrence, le seul moyen pour de nombreuses entreprises de survivre est une demande élevée [des gouvernements locaux] qui garantit des commandes suffisantes. Malgré tout, des analystes estiment que le marché reste concentré entre les plus grands acteurs. Ainsi, au-delà des restructurations et consolidations, l’option de la diversification semble être une porte de sortie pour ces entreprises aux marges de plus en plus restreintes. 

Brèves

BYD touché par un scandale

Le fabricant automobile continue de faire les titres

Alors que BYD avait annoncé mettre fin à la production de voitures essence, la ligne de production de Changsha a été affectée par une “émission de gaz supérieure aux limites gouvernementales”. Informées, les autorités provinciales ont annoncé une enquête sur le site avec des experts. Cette enquête vise tant à éclairer les faits que de prévenir une colère populaire alors que des rumeurs circulaient sur Weibo au sujet de la fuite. Certaines communautés voisines de l’usine auraient enregistré des cas d’enfants affectés de saignement du nez et auraient accusé l’usine de négligence. L’enquête est en cours et BYD a stoppé la production.

Recruter n’est plus si simple

Foxconn sort le grand jeu

Pour recruter un nombre suffisant d’ouvriers, Foxconn sort les grands moyens, souvent pas très légaux. En effet, des rumeurs ont fait surface sur une pratique « d’enrôlement » de personnes sur certaines autoroutes du pays. Pour être précis, des agences de recrutement attendent des ouvriers aux péages et leur proposent des bus “gratuits” ainsi que des primes à l’embauche pouvant dépasser les 1000€ s’ils acceptent d’aller travailler dans les usines de Foxconn du Sud du pays. 

Etudes, monitoring, formation : découvrez nos services

Essayez nos solutions

Diplomatie & militaire

L'essentiel

L’ex-policier John Lee est élu chef du gouv. de HK

Élu à plus de 90%, élections verrouillées par Pékin, abstention historique

Le 9 mai, les ministres des affaires étrangères du G7 ainsi que le haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité ont publié une déclaration exprimant de « sérieuses inquiétudes » concernant l’élection.

See Also

Pour Jean-Philippe Béja, sinologue et directeur de recherche émérite au CNRS: « L’élection n’a jamais été libre ou démocratique. Mais en plus d’un comité de sélection plus pro-Pékin que jamais, le continent ne prend même plus la peine de valider deux candidatures. Le message est clair » (LeProgrès).

Réponse du MinAffEt chinois: “Le système électoral mis en œuvre par Hong Kong et la voie de développement démocratique qu’il explore relèvent purement des affaires intérieures de la Chine, et aucune force extérieure n’a le droit d’interférer”. 

John Lee était candidat unique.

Brèves

Wang Yi se rendra aux Îles Salomons

Une visite est probable ces prochaines semaines - ire de l’Australie

Une source gouvernementale de haut rang des Îles Salomon a déclaré à l’ABC que les préparatifs avaient commencé pour que M. Wang arrive dans la capitale Honiara. Selon la source, M. Wang dirigera une importante délégation chinoise et que les deux pays signeront probablement une multitude de nouveaux accords au cours du voyage, autour de nouveaux investissements dans l’exploitation minière ou la transformation du thon.

Le ministre de la Défense australien, Peter Dutton, a déclaré à Sky News que le voyage évoqué n’était « une surprise pour personne » et appartient à un schéma de comportement agressif de la part de la Chine.

Le département d’Etat américain modifie ses mentions de Taïwan

Sur son site, Taiwan ne fait plus partie intégrante de la Chine.

Sur le site Web, on note une suppression des expressions telles que « Taïwan fait partie de la Chine » et « Les États-Unis ne soutiennent pas » l’indépendance de Taiwan «  »

Le porte-parole du MinAffEt chinois s’en est indigné, exhortant les USA à cesser “d’utiliser Taïwan pour contrôler la Chine”.

Nouvelles arrestations à HK

La loi de sécurité nationale permet à Pékin d’étendre sa chape de plomb

Selon des sources, le cardinal Joseph Zen Ze-kiun, leader catholique et activiste au franc-parler, a été arrêté par la police de la sécurité nationale de Hong Kong, ainsi que l’ancienne députée de l’opposition Margaret Ng Ngoi-yee et la chanteuse Denise Ho Wan-sze pour collusion présumée avec des forces étrangères.

Pendant trois décennies, l’Alliance de Hong Kong, aujourd’hui dissoute, a organisé des veillées commémorant les victimes de la répression meurtrière de la Chine en 1989 contre les manifestants pour la démocratie sur la place Tiananmen à Pékin.

Les trois victimes d’arrestations appartiennent au Fonds de secours humanitaire 612, créé pour offrir une aide financière aux personnes impliquées dans les manifestations antigouvernementales en 2019 

Un quatrième administrateur, l’ancien professeur agrégé adjoint Hui Po Keung, a été arrêté mardi par la police de la sécurité nationale alors qu’il s’apprêtait à prendre un vol pour l’Allemagne, a indiqué une source.


© 2019 EastisRed - All Rights Reserved.
Website by MPA Studio - mentions légales

Scroll To Top