Now Reading
Passe Muraille n°97 – QR codes, Tangshan, Taiwan

Passe Muraille n°97 – QR codes, Tangshan, Taiwan

Editorial

Un Passe Muraille impacté dans sa préparation par la conférence que nous avons organisé à Sciences Po mardi 14 juin. Vous avez été nombreux en ligne mais surtout à vous être déplacés. Un franc succès qui sera renouvelé!

Une bonne lecture.

Noé & Pierre

Politique & société

L'essentiel

Des banques du Henan gèlent les avoirs et les pass sanitaires de leur clients

Quelques rares protestations émaillent la région

Des centaines de milliers de clients de 4 banques provinciales du Henan ont vu leurs comptes gelés et leurs pass sanitaires “devenir rouge” (interdiction de prendre les transports / entrer dans les bâtiments publics) – dans le but d’empêcher leurs déplacements et de les confiner dans le Henan. Cet usage d’un code supposé empêcher exclusivement la propagation du virus par des banques s’apparente à un abus de pouvoir flagrant et laisse craindre l’usage futur du pass sanitaire en Chine. Des manifestants ont protesté ces derniers jours, bien que peu nombreux.  

Dans la presse nationale française, notre co-fondateur a pu commenter rapidement ces événements.

Brèves

Violences contre les femmes et colère des internautes chinois

Les agressions généralisées contre les femmes suscitent l’indignation

À Tangshan (Hebei), l’agression physique de deux jeune femmes par un groupe de harceleurs (人渣, scum) qu’elles avaient repoussé suscite un tollé de commentaires dans la presse et sur les réseaux sociaux chinois. Les images sont glaçantes : une victime est traînée par les cheveux jusqu’à l’extérieur du restaurant par son agresseur avant d’être rouée de coups notamment au niveau de la tête. Une seconde est frappée avec une chaise. 

En réaction, certaines femmes n’ont pas hésité à poster des vidéos de jeunes femmes traînées par les cheveux par leurs agresseurs pour montrer une forme de généralisation de la violence à l’égard des femmes en Chine. D’autres internautes évoquent l’impunité de certains hommes dans ce genre d’agression. De manière générale, l’ampleur des réactions des internautes exprime une sensibilisation importante vis-à-vis des violences faites aux femmes.

L’agression de cette jeune femme pose aussi le problème de la violence des bandes organisées criminelles en Chine. Face à ces images devenues virales, les autorités locales de Tangshan ont annoncé le lancement immédiat d’une campagne contre la criminalité – tout promettant une enquête approfondie. Dans la foulée, 5 personnes suspectées d’appartenir à un gang présent sur les lieux de l’agression ont été arrêtées. 

Le retour du Covid à Pékin : 1 cas positif, 10 000 cas contacts.

Le quartier des expats touché

Alors que les restrictions sanitaires s’assouplissaient dans la capitale, un brutal regain épidémique dans le quartier de Chaoyang a engendré un retour à des confinements par résidences, à une campagne massive de test ainsi qu’à une fermeture stricte des bars et autres lieux propices à la diffusion du virus. Selon les autorités pékinoises, le regain épidémique serait dû à la présence d’un cas positif dans un bar au cœur de Sanlitun, le quartier des expatriés. Ce seul cas contact serait aujourd’hui à l’origine d’une liste de plus de 10 000 cas contacts – tous placés en quarantaine depuis. Dans la logique de ces mesures drastiques, la licence du bar à l’origine du cluster a été immédiatement révoquée et la police a lancé une enquête criminelle contre le propriétaire du bar, suspecté d’avoir enfreint les règles sanitaires.

Depuis le 9 juin, Pékin a enregistré 228 cas positifs. Mais ces mesures drastiques confirment surtout qu’il n’y aura pas d’assouplissement de la politique de 0 covid (清零政策) à court terme. Ces mesures rappellent également que la menace d’un confinement strict et total plane toujours sur la capitale. Par ailleurs, la politique sanitaire chinoise semble prendre la voie d’une campagne de tests sans fin. À Pékin, tous les habitants ont ainsi duscc se soumettre à une campagne massive de tests du 13 au 16 juin. Depuis avril 2022,  un article récent du South China Morning Post indique que coût de la politique de test massive dans toute la Chine atteint la modique somme de 174 milliards de RMB, soit environ 25 milliards d’euros – pour 11 milliards de tests effectués. Malgré ce coût faramineux, la politique de 0-covid n’est pas prête de s’arrêter, surtout à l’approche, à l’automne, d’un Congrès décisif pour l’avenir du président Xi.

 

Economie & industries

L'essentiel

Stabilisation du chômage en Chine

Les jeunes restent les plus vulnérables

Le Bureau national chinois des statistiques a publié mercredi 15 juin les dernières données sur les indicateurs économiques nationaux.

Selon ces chiffres, en mai, le taux de chômage recensé dans 31 grandes villes a encore augmenté de 0,2 point par rapport à avril pour atteindre 6,9 %, un nouveau sommet depuis 2018. La population de 16-24 ans monte jusqu’à 18% au chômage. Le taux de chômage urbain est lui de 5,9 %, soit une baisse de 0.2 points de pourcentage par rapport à avril 2021.

Fu Linghui, porte-parole du Bureau national des statistiques de Chine, a admis que l’impact négatif de l’épidémie sur l’économie n’a pas été complètement résorbé.

Néanmoins, la dynamique globale de l’économie chinoise s’améliore, notamment dans les domaines industriels et manufacturiers

See Also

Etudes, monitoring, formation : découvrez nos services

Essayez nos solutions

Diplomatie & militaire

L'essentiel

Rencontres sino-américaines au plus haut niveau

Au menu: Taiwan

Lors du Shangri-La dialogue à Singapour de cette semaine:

Le ministre de la Défense chinois Wei Fenghe a affirmé que la Chine interviendra si « Taiwan proclame son indépendance », pondérant: « la Chine n’attaquera que si elle est attaquée ». Néanmoins toute déclaration d’indépendance susciterait une réponse militaire immédiate de la Chine. Une déclaration inverse aurait été surprenante. 

Pour rappel, le président Xi avait indiqué que la réunification de la Chine était « un problème qui devait être résolu par sa génération » (source discours). 

Point plus intéressant, Wei Fenghe a accusé les multinationales américaines de chercher à “kidnapper” l’Asie-Pacifique, utilisant ce qu’on pourrait nommer en rhétorique un joli « renversement de stigmate”. La région est en effet le centre de la guerre de proxy qui s’annonce entre les deux géants, comme la Corée autrefois. Entre la stratégie taïwanaise de “Go East” en Asie du Sud-Est, AUKUS déployé avec l’Australie dans le pacifique, et l’éveil de nouveaux acteurs dans la région (dont la France et sa nouvelle stratégie Indo-Pacifique), la Chine définit encore sa doctrine régionale. 

Les US ont profité de ce moment pour envoyer un RC-135V en mer de Chine orientale (14 juin), dénoncé par le MAE chinois.

Brèves

Accusé de travail forcé au Xinjiang, la Chine appelle la communauté internationale à enquêter aux Etats-Unis.

Le dialogue devient de plus en plus compliqué…

Bloomberg a annoncé que l’Université de Sheffield Hallam a récemment publié un rapport indiquant que les usines de PVC du Xinjiang utilisent le « travail forcé ». Interrogé, le PP du MAE chinois a répliqué en deux points: “c’est faux”, “les USA pratiquent le travail forcé, la communauté internationale doit enquêter afin que [littéralement dans le texte] justice puisse être rendue ”. Dans le même registre, ce même PP du MAE accusé de cacher des camps d’internements lundi au Xinjiang accusait les USA de gérer des prisons noires extralégales de part le monde.  C’est un classique de la diplomatie chinoise, désormais. Déni & retour à l’envoyeur.  Il y a moins d’une semaine, l’ambassadeur français Liu Shaye avait déclaré à une antenne française que les USA n’étaient pas une démocratie, et qu’il n’y s’y trouvait aucune liberté de presse. Reste à déterminer à qui cette propagande grossière est, in fine, destinée… [ce sera bientôt l’objet d’un article].

Le Parlement européen dénonce le un risque sérieux de “génocide” des ouïghours

Une résolution a été votée, provoque l’ire de Pékin

 C’est la première fois qu’une résolution du Parlement européen utilise un vocabulaire aussi transparent. Depuis la publication des Xinjiang Police Files, le 24 mai, soit l’analyse de dizaines de milliers de documents piratés dans les serveurs de la police locale, l’ampleur de la population touchée par les exactions et le soutien actif du gouvernement central de Pékin ne peuvent plus être niés [Libération]. Le PP du MAE s’est insurgé contre une “violation manifeste de ses affaires intérieures”. 

Notons que si une dénonciation étayée n’est pas une violation de quoi que ce soit comme l’affirme Pékin, la jurisprudence du droit international public a établi qu’il est impossible d’intervenir dans un pays pour des raisons humanitaires, même en cas de génocide, et même dans le cas d’une opération limitée [Jurisprudence Rwanda / Jurisprudence “Affaire de Corfou”].


© 2019 EastisRed - All Rights Reserved.
Website by MPA Studio - mentions légales

Scroll To Top