Now Reading
Projecteur n°3 – semaine du 1er juin

Projecteur n°3 – semaine du 1er juin

Projecteur sur Taiwan

Par Corentin Ludwig

“Projecteur sur Taiwan”, où le projecteur est une veille hebdomadaire réalisée par Corentin Ludwig, qui nous donne l’autorisation de publier son travail dans nos colonnes. Le “projecteur” est dédiée à l’actualité taïwanaise : tant les relations inter-détroit, l’économie que la politique intérieur. C’est donc avec plaisir que nous vous proposons cette revue de presse, et vous souhaitons une bonne lecture !

Relations Internationales

Alors que la crise sanitaire s’atténue dans une grande partie du globe, beaucoup de pays ne ré-ouvrent pas leurs frontières aux ressortissants taïwanais : c’est le cas par exemple de la Grèce (CT) mais aussi du Japon (CT), les instances diplomatiques concernées ayant dû expliquer cette décision et signifier qu’il ne s’agissait pas de l’application du principe d’une seule Chine (CT). Le ministre des affaires étrangères taïwanais a annoncé que cela n’influencerait pas les décisions du pays pour la réouverture de son territoire (UDN / CT).

Hong Kong a encore été un sujet débattu cette semaine. L’Academica Sinaca a publié une enquête selon laquelle 85% des 18-34 ans soutiennent le mouvement hongkongais contre Pékin (le « Fansongzhong » 返送中) (LT) et que 73% des taïwanais ne considérait pas « le gouvernement chinois comme ami » (中國政府是台灣的朋友) (LT). Le gouvernement est revenu plusieurs fois sur le rapport inter-détroit, d’abord pour critiquer la loi sur l’hymne national qui va passer à Hong Kong en le juger liberticide (LT) puis en se félicitant le 4 juin de sa gestion de la crise sanitaire qui a montré à Pékin la réussite de la démocratie (LT).

Plusieurs rencontres diplomatiques se sont déroulées : la première entre les représentants des États-Unis et du Japon et le ministre des affaires étrangères pour la cinquième édition du Global Cooperation & Training Framework. Ils y ont notamment rappelé l’amitié et la coopération entre les trois pays (UDN / CT / LT). Pour les États-Unis, une deuxième rencontre a eu lieue autour de la gestion sanitaire face au coronavirus dans la région (UDN / CT / LT).

La présidente et le vice-président ont tout deux rencontré la représentante diplomatique britannique Catherine Nettelton avec qui ils ont discuté évidemment des rapports Taïwan-Royaume-Uni en matière économique, diplomatique et écologique, mais aussi de la situation de Hong Kong (UDN / CT / LT). De plus, l’ancien vice-président de Taïwan entre 2016 et 2020 et aussi épidémiologiste, Chen Chien-jen (陳建仁) , a été invité au parlement britanique par le député (Member of Parliament) du parti conservateur Jeremy Hunt pour discuter de l’expérience taïwanaise face au coronavirus le 3 juin 2020 (UDN / CT).

Le 4 juin a été un jour commémoration, puisqu’il s’agit du 31ème anniversaire des événements de Tian’an men. Toute la classe politique a commémoré cet événement, de la Président Tsai Ing-wen (UDN / CT / LT) au président du Kuomintang Johnny Chiang (UDN / CT / LT). De manière officielle, les affaires étrangères et le ministère des affaires continentales ont eu aussi participé aux commémorations : le premier a diffusé des photographies de l’évenement (UDN / LT), le second en appelant Pékin à faire la lumière sur les événements et à mettre en place des réformes démocratiques (LT). Les représentations étrangères ont elles aussi agi pour se souvenir de Tian’an men : pour les États-Unis, alors que Mike Pompeo va rencontrer l’un des manifestants emblématiques Wang Dan (LT), sa représentation à Taïwan a allumé des bougies (LT), pour l’Allemagne, sa représentation a écrit sur facebook « Die Würde des Menschen ist unantastbar. » (LT). Le DPP a aussi rappelé la présence en prison d’un ancien membre du parti, Lee Ming-che (李明哲), qui a été arrêté en 2017 dès son entrée sur le territoire chinois puis jugé à 5 ans d’emprisonnement (UDN). Le ministre des affaires étrangères chinois avait répondu aux allégations des autorités de Taïwan en considérant que la Chine avait déjà terminé les débats autour de ces événements et obtenu de grandes réussites et qu’aux regards de celles-ci la « nouvelle Chine » avait choisi la bonne voie. Mais ce passage a été par la suite retiré du site des affaires étrangères chinois (LT). Au Japon, des organisations chinoises de droits de l’homme logés au Japon ont manifesté devant l’ambassade de Chine critiquant la Chine non démocratique et appelant le gouvernement japonais à être plus ferme face à la Chine, les chaînes étrangères dont NKH ayant été censuré sur le sujet de 1989. Certains brandissaient le drapeau de la République de Chine (LT). Enfin, navire et avions militaires américains ont pénétré les eaux du détroit de taïwanais lors de ce jour anniversaire du 4 juin (UDN).

Le centre de recherche sur Taïwan de l’université de Xiamen a annoncé mettre en place un « laboratoire de simulation de réunification du pays et de fusion des deux rives » (兩岸融合發展與國家統一政策模擬實驗室 ) et un « centre d’études de relations internationales sur Taïwan » (涉台外交研究中心). Le ministère des affaires continentales, à la connaissance de cette information, a critiqué le rôle de ces chercheurs, considérant qu’ils ne faisaient plus de la recherche mais de la promotion politique, et a déclaré que les chercheurs de cette université se verraient refuser l’entrée sur le territoire. (LT).

Selon une rumeur répandue par journal anglais Sunday Express, le cabinet du premier ministre anglais discutent de la possible reconnaissance de Taïwan sous cinq ans. Le ministère des affaires étrangères taïwanais ne s’est pas prononcé sur le sujet (CT)

Politique

Destitution de Han Kuo-yu

Le sujet le plus important de cette semaine est sans doute le referendum de destitution de Han Kuo-yu du 6 juin 2020. Alors que les opposants à Han Kuo-yu appellent à aller voter, ils ont reçu le soutien de certains politiciens du côté du pan-vert, dont Enoch Wu, directeur adjoint du Think Tank du parti démocrate progressiste, qui est allé manifester le 3 juin à une « marche pour le souvenir du 28 février 1947 » (CT / LT). Cet engagement de la part des politiciens du pan-vert a subi la critique du chercheur en sciences de l’université nationale de l’éducation de Taipei (國立臺北教育大學) Chung Chi-ming (莊淇銘) qui considère que c’est dangereux pour la démocratie (CT). D’autres politiciens ont commenté ce sujet : le maire de Taipei a décidé de ne pas prendre partie sur le referendum (CT). Le Kuomintang a pour sa part chercher à soutenir son maire au travers notamment d’une vidéo à destination de ses électeurs  en mandarin (CT) et en taïwanais (CT / LT), durant laquelle Han Kuo-yu n’apparaît pas et dont le nom n’est même pas mentionné. Le parti a aussi accusé le gouvernement et le DPP d’user de pratiques politiques douteuses en 5 points : rendre Han « rouge » et faire croire qu’il est avec Pékin (故意抹紅操弄統獨), lui donner une image excentrique et qui s’oppose à tout (執意激化對立情緒), diffamer les membres du gouvernement local (惡意抹黑市府官員), créer des fausses nouvelles (任意以假消息栽贓) et en faire un sujet de partis politiques (刻意操作政黨對決) (CT). Enfin Han Kuo-yu a quant à lui continuer son travail de maire ces derniers jours : le 3 juin il est intervenu lors d’un concours d’innovation qui avait lieu dans sa ville (CT) puis le 5 juin son gouvernement a organisé un événement à destination de la jeunesse en recherche d’emploi (CT).

Le vote s’est déroulé samedi 6 juin 2020 et les opposants à Han Kuo-yu l’ont emporté : 939 090 personnes (contre 25 051 votes contre, Han a demandé a ses électeurs de ne pas aller voter) sont allées aux urnes soutenir le referendum dépassant les quelques 570 000 voix nécessaires (25% des électeurs de la ville) pour destituer le maire. C’est une première dans l’histoire de Taïwan (LT / UDN).

Le parlement a amendé la loi concernant la destitution d’un élu en y retirant le délit de jeu d’argent et en limitant le soutien politique d’un candidat à un seul parti politique. Cette loi sera effective à partir de 2022 (CT / LT / UDN).

Le sujet le plus important de cette semaine est sans doute le referendum de destitution de Han Kuo-yu du 6 juin 2020. Alors que les opposants à Han Kuo-yu appellent à aller voter, ils ont reçu le soutien de certains politiciens du côté du pan-vert, dont Enoch Wu, directeur adjoint du Think Tank du parti démocrate progressiste, qui est allé manifester le 3 juin à une « marche pour le souvenir du 28 février 1947 » (CT / LT). Cet engagement de la part des politiciens du pan-vert a subi la critique du chercheur en sciences de l’université nationale de l’éducation de Taipei (國立臺北教育大學) Chung Chi-ming (莊淇銘) qui considère que c’est dangereux pour la démocratie (CT). D’autres politiciens ont commenté ce sujet : le maire de Taipei a décidé de ne pas prendre partie sur le referendum (CT). Le Kuomintang a pour sa part chercher à soutenir son maire au travers notamment d’une vidéo à destination de ses électeurs  en mandarin (CT) et en taïwanais (CT / LT), durant laquelle Han Kuo-yu n’apparaît pas et dont le nom n’est même pas mentionné. Le parti a aussi accusé le gouvernement et le DPP d’user de pratiques politiques douteuses en 5 points : rendre Han « rouge » et faire croire qu’il est avec Pékin (故意抹紅操弄統獨), lui donner une image excentrique et qui s’oppose à tout (執意激化對立情緒), diffamer les membres du gouvernement local (惡意抹黑市府官員), créer des fausses nouvelles (任意以假消息栽贓) et en faire un sujet de partis politiques (刻意操作政黨對決) (CT). Enfin Han Kuo-yu a quant à lui continuer son travail de maire ces derniers jours : le 3 juin il est intervenu lors d’un concours d’innovation qui avait lieu dans sa ville (CT) puis le 5 juin son gouvernement a organisé un événement à destination de la jeunesse en recherche d’emploi (CT).

Le vote s’est déroulé samedi 6 juin 2020 et les opposants à Han Kuo-yu l’ont emporté : 939 090 personnes (contre 25 051 votes contre, Han a demandé a ses électeurs de ne pas aller voter) sont allées aux urnes soutenir le referendum dépassant les quelques 570 000 voix nécessaires (25% des électeurs de la ville) pour destituer le maire. C’est une première dans l’histoire de Taïwan (LT / UDN).

Le parlement a amendé la loi concernant la destitution d’un élu en y retirant le délit de jeu d’argent et en limitant le soutien politique d’un candidat à un seul parti politique. Cette loi sera effective à partir de 2022 (CT / LT / UDN).

David Lee (李大維), secrétaire général du conseil national de sécurité (國家安全會議) depuis 2018 et anciennement ministre des affaires étrangères entre 2016 et 2018, devient directeur de la Straits Exchange Fondation (海峽交流基金會), organisation non-officielle dont la mission est d’entreprendre des discussions avec Pékin sur des sujets économiques (CT).

Alors que le Kuomintang ne cesse de critiquer l’aspect complexe de la politique du gouvernement (CT), celui-ci doit préparer la première audience auprès de la cour suprême concernant la loi de 2018 sur la justice transitionnelle et les biens mal acquis. Elle aura lieu le 30 juin (LT). D’autre part, le camp d’été proposé par le centre de recherche pour la mise en œuvre de la révolution est victime de son succès : plus de 200 jeunes de moins de trente ans se sont inscrits en moins de trois jours et le parti envisage le tirage au sort de pour les départager (CT). Enfin, le directeur du centre de recherche, Lo Chih-chiang (羅智強) , a invité Chiang Wan’an (蔣萬安), député de Taipei, lors de son émission en direct sur facebook pour discuter du retrait du crime d’adultère. Ces deux hommes politiques sont vus comme les deux potentiels candidats pour le Kuomintang à la maire de Taipei en 2022 (CT).

Le parti du nouveau pouvoir (時代力量) a annoncé créer un groupe de travail dans son parti pour engager des idées de réforme de la Constitution, voulue par Tsai Ing-wen. Le président du parti Hsu Yung-ming (徐永明) dirigera ce groupe qui invitera des chercheurs et des experts de leur propre think tank pour discuter des propositions que le parti souhaite mettre en avant (LT). Le lendemain, l’une des figures du parti, Chen Hui-min (陳惠敏) a quitté le bureau politique pour des raisons personnelles. Le parti avait déjà connu des départs dans les semaines précédentes (UDN / LT).

Le président du comté de Pingtung (Sud de Taïwan) a annoncé vouloir démissionner si le gouvernement n’accepte pas la prolongation de la ligne de TGV, un projet qu’il soutient depuis 2 ans (LT).

L’ancien maire Kuomintang de Hualien entre 2002 et 2010, Cai Qita (蔡啟塔) a été jugé coupable de corruption. Il écope 15 ans de prison et 7 ans inéligibilité (CT).

La question territoriale commence à centraliser les discussions à Taïwan. Le journal United Daily News a publié un article dans lequel il revient sur la précédente réforme de 2010 des modes de gouvernance au niveau local, ou plus communément appelé « réforme de gouvernance directes des villes » (直轄市改制). Celle-ci vise à ce que les grandes villes ait un pouvoir direct, élu dans un conseil municipal et ne passant pas par les districts. Ces villes sont d’abord Taipei, New Taipei City, Kaoshiung, Taichung et Tainan, auxquelles est ajouté Taoyuan en 2014 pour former ce qu’on appelle les  « Six capitales » (六都). En dehors de ces grandes villes, la réforme unie des villes sous le titre de comtés (縣市合併) qui sont au nombre de seize. L’article souligne le caractère périphérique de ces comtés, mais aussi celle des quartiers les plus éloignées du centre de décision dans les villes. Cela se ressent d’un point de vue économique : les grandes villes concentrent l’attractivité économique au prix d’une campagne qui s’appauvrit  (UDN). C’est un sujet aussi fortement politique : un membre du DPP critique la réforme voulue par les députés majoritaires pour supprimer les plus petits échelons politiques du pays, à savoir les « Xiang », « Zhen » et « Shi » (鄉、鎮、市級選舉), et donc ne garder que les deux échelons que sont les capitales et les comtés. Ces députés évoquent des risques de corruption plus accrus et un clientélisme local pour justifier cette suppression (LT / CT).

See Also

Economie

Le premier ministre a annoncé un plan pour l’innovation et la R&D sous trois principes « l’avènement des semi-conducteurs » (新興半導體), « la nouvelle génération de télécommunications » (新世代通訊) et « l’intelligence artificielle » (人工智慧) (LT / CT).

Le secteur de la pêche a lui aussi été touché par la crise sanitaire et les législations exceptionnelles mises en place. La ligue pour les droits des pêcheurs étrangers alertent sur les difficultés que rencontrent ces individus : dans l’exercice de leurs fonctions (pêcher dans des zones internationales), ils risquent de ne pas pouvoir rentrer dans leur pays mais aussi d’être considérés comme travailleurs étant rentrés illégalement sur le territoire. Ce problème juridique risque de provoquer une précarité importante chez cette population, dont le travail n’est déjà pas bien considéré financièrement (CT / LT).

La ville de New Taipei City a décidé de lever les restrictions en vigueur au 8 juin 2020, en particulier pour les établissements de nuit dont le sujet a largement été couvert les semaines passées (CT).

Plan de relance

Le premier ministre a révélé son plan de relance de la consommation (三倍券 ou littéralement « le plan multiplicateur par 3 ») le 2 juin 2020 : à la poste, chaque citoyen pourra échanger 1 000 Taïwan Dollar contre des tickets à hauteur de 3 000 Taïwan Dollar (4 de 500 et 5 de 200). Ces billets spéciaux pourront servir à tout achat (sauf titre boursier), en physique ou numérique, mais aucune monnaie ne sera rendue là-dessus. (CT). L’opposition a immédiatement critiqué ce plan : le maire de New Taipei City s’est dit enclin à travailler avec le gouvernement, espérant que ce plan soit à la hauteur des attentes des citoyens et que la collaboration se déroule bien mieux que pour la crise sanitaire et les aides d’état (CT) ; le président de groupe du Yuan législatif a considéré que ce plan n’était pas assez digitalisé (LT) ; le parti Kuomintang a réitéré les manques qu’il avait soulevé la semaine passée (CT). Au Yuan législatif, le groupe parlementaire du Kuomintang a déclaré qu’il s’agissait d’un « mensonge par 3 » (三倍騙) et que cela ne suffisait pas pour la reprise économique et que ce plan n’apporterait rien de positif, les restrictions sanitaires étant trop lentes à être levées (LT).

Le parti populaire taïwanais (民眾黨) a dévoilé son sondage dans lequel près de 70% préfère le plan de relance que Ma Ying-jeou avait mis en place après la crise de 2008-2009 (CT). La majorité critique le Kuomintang qu’elle considère comme démagogique (LT)

Environnement

Le 4 juin 2020, Tsai Ing-wen a rencontré une quinzaine d’associations de défense de l’environnement pour engager des discussions sur leur propositions écologiques lors de cette « réunion annuelle des associations non-gouvernementales pour la protection de l’environnement » (全國NGOs環境會議). Cette année, ces associations ont formulés 28 propositions (UDN).  La présidente y explique vouloir coupler environnement et économie et a défendu son bilan écologique (80% de moins d’alerte pollution, 27 millions de Taïwan dollar d’investissement dans la production d’énergie renouvelable avec un objectif de 20% pour 2025) (CT / LT).

Un rapport du Yuan de contrôle rendu public le 3 juin souligne que plus de 840 000 véhicules diesel n’ont pas été contrôlés, malgré les investissements produits par la ville de New Taipei City. Cela a une influence sur la pollution, dont la diffusion des particules fines (CT).

Société

D’un point de vue sanitaire, le ministre de l’intérieur taïwanais a annoncé que les étrangers dont le visa de 180 jours expiraient pouvaient demander une prolongation s’ils remplissent l’une des 5 conditions édictées. (CT)

Les accidents de transports faisant intervenir des mineurs sur un deux roues de type électriques ont été multipliés par 2,69 ces cinq dernières années. Les associations prônant la sécurité des enfants et des députés du pan-bleu appellent le gouvernement à revoir les limitations d’accès à ces deux roues et de renforcer la prévention routière. Pour information, à Taïwan, à l’exception de la moto électrique limitée ou non à 45 km/h, il n’est pas nécessaire d’avoir de permis, ni d’être majeur pour conduire ces véhicules (LT / CT).

Presse et livre. Le journal du soir du United Daily News n’est plus imprimé après 32 ans d’existance (CT). Fait positif, un premier livre dans une langue autochtone (et avec une traduction en mandarin) a été mis sur le marché. Celui-ci porte le nom de « O Pitiri’an to Heci^ no Nitayalan no Yin-cu-min-cu原住民族施政成果專刊二○一六至二○二○ » (les victoires administratives des Yuanzhumin 2016-2020). La langue choisie pour la publication est la langue de la tribu Amis (阿美族) (UDN / LT).

L’exposition du thé, un événement annuel ayant lieu à Nantou (centre de Taïwan) depuis 10 ans,  voit la participation économique de l’État diminuer de moitié. L’organisateur dénonce un risque pour la profession et appelle le gouvernement à revoir sa position (LT).

Un jeune youtubeur a diffusé une vidéo dans laquelle il s’excusait et appelait en larmes sa mère pour lui avouer sa sexualité, suite à la diffusion dans un tabloïd de ses discussions sur une application gay. L’article révélait notamment qu’il avait des rapports d’un soir. Des hommes et femmes politiques dont la députée du parti du nouveau pouvoir Claire Wang (王婉諭) se sont saisis de ce sujet, accusant le journal dont l’acte est pénalement répréhensible. La députée a expliqué qu’une personne ne devrait pas s’excuser en raison de sa sexualité (UDN / CT / LT).

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top