Now Reading
Projecteur n°5 – août 2020

Projecteur n°5 – août 2020

Projecteur sur Taiwan

Par Corentin Ludwig

“Projecteur sur Taiwan”, où le projecteur est une veille réalisée par Corentin Ludwig, qui nous donne l’autorisation de publier son travail dans nos colonnes. Le “projecteur” est dédiée à l’actualité taïwanaise : tant les relations inter-détroit, l’économie que la politique intérieur. C’est donc avec plaisir que nous vous proposons cette revue de presse, et vous souhaitons une bonne lecture !

Relations internationales

La relation avec les États-Unis reste centrale pour Taïwan au niveau diplomatique. La représentante de la République de Chine aux États-Unis, Hsiao Bi-khim (蕭美琴), a pris ses fonctions le 24 juillet et a rencontré le jour même David Stillwell, Secrétaire d’État assistant pour l’Asie de l’Est et le Pacifique. Cette rencontre a été l’occasion de réaffirmer le renforcement de la coopération US-Taïwan dans des domaines comme la sécurité, l’économie, la culture et l’éducation. (UDN / CT / LT) Du côté américain, le secrétaire d’État Mike Pompeo et le secrétaire d’État à la défense Marl Esper ont rencontré le 27 juillet leurs homologues australiennes, respectivement Marise Payne et Linda Reynolds. Les deux parties ont réaffirmé leur volonté d’accorder un rôle important à Taïwan dans la région. (UDN / LT) Le 29 juillet, Ted Yoho, élu Républicain à la chambre des représentants, a annoncé proposer le « Taiwan Prevention Invasion Act » pour clarifier la position américaine en cas d’invasion armée de Taïwan par la Chine communiste. Le gouvernement taïwanais a remercié les États-unis de leur soutien. (CT / Copie de la loi américaine) Le Kuomintang a déclaré que cette loi n’était pas une garantie insuffisante pour Taïwan. (CT) D’autre part, les États-Unis ont annoncé le début de leur exercice biannuel RIMPAC pour le 15 août 2020,  sans que Taïwan ne soit invité malgré le réchauffement des relations bilatérales. (CT) Enfin, cette consolidation des relations bilatérales, notamment sur le plan militaire, irrite grandement Pékin, qui a réitéré au travers de son ministère de la défense l’appartenance inaliénable de Taïwan à la Chine : « l’usage de Taïwan contre la Chine est futile » (『以台制華』注定徒勞). (LT)

À retenir : RIMPAC est l’exercice militaire maritime le plus important au monde. Organisé tous les deux ans par les États-Unis, il sert d’entraînement en cas de conflit dans la région (invasion de Taïwan, conflit potentiel avec la Corée du Nord par exemple) tout en ayant un caractère dissuasif. Une vingtaine de marines y participent de part le monde dont la marine française. La marine chinoise y a participé activement en 2014 et 2016 avant de ne plus y être conviée après le regain de tension en mer de Chine.

D’autres événements à caractère diplomatique se sont déroulés la semaine passée. L’ambassadeur du Nicaragua, en poste depuis 2008, a été rappelé. Son successeur n’est pas encore connu. (CT /LT) Le 30 juillet, le président du Yuan législatif a rencontré les représentants de la Chambre de commerce européenne pour soutenir les relations économiques entre les deux régions. Pour rappel, un tiers de investissement direct à l’étranger à Taïwan proviennent de l’Union Européenne. (CT) Le ministère des affaires étrangères a annoncé le 30 juillet avoir envoyé une aide économique au Japon qui a subi de fortes inondations au cours du mois du juillet. (UDN / LT) Enfin, après que le conseil municipal de la ville d’Oxford ait voté leur volonté d’établir un jumelage avec une ville taïwanaise, le conseil municipal de Tainan, tenu par le Parti démocrate progressiste, s’organise pour proposer sa candidature. Deux autres villes taïwanaises ont posé leur candidature (Taichung et Hsinchu) (LT)

Politique

L’ancien président, Lee Teng-hui, est décédé de maladie le 30 juillet à l’âge de 97 ans. (UDN) Toute la classe politique lui a rendu hommage, dont le Kuomintang dont il a été membre (CT) et la présidence de la république. (LT) Le Conseil des peuples autochtones (原住民族委員會) a rendu hommage à l’implication significative de Lee Teng-hui dans l’obtention du nom actuel « Yuanzhumin 原住民 » (littéralement « les premiers habitants »). Avant cela, les autochtones étaient appelé « Shanbao 山胞  » (littéralement « les compatriotes des montagnes »). (UDN) 45 pays, dont la France, ont honoré la mémoire de Lee Teng-hui, selon un décompte du ministère des affaires étrangères (LT)

À retenir : Lee Teng-hui est né en 1923 dans le nord de Taïwan, alors sous l’autorité du Japon depuis 1895 et le traité de Shimonoseki. Il est enrôlé dans l’armée japonaise pendant la guerre. Après la capitulation du Japon et la rétrocession de Taïwan à la République de Chine, il entre à l’Université nationale de Taïwan où il obtient un diplôme en science de l’agriculture. Il va ensuite aux États-Unis où il obtient un master en économie agricole à l’Université d’État de l’Iowa. Il rentre à Taïwan en 1957 en tant qu’économiste et participe à la modernisation de l’agriculture du pays, avant de faire une thèse de doctorat aux États-Unis dans les années 1960. Il intègre le Kuomintang en 1971, est nommé maire de Taipei en 1978 puis gouverneur de la province de Taïwan en 1981. Il devient un proche du président Chiang Ching-kuo qui le nommera Vice-président en 1984, bien qu’il soit ce qu’on appelle un « bensheng », c’est-à-dire né à Taïwan (à opposé à ceux né sur le continent chinois, appelé « waisheng »).

Il devient président en 1988 à la mort de Chiang Ching-kuo et contribue fortement à la démocratisation engagée par son prédécesseur : c’est sous ses présidences que le Yuan législatif devient élu au suffrage universel comme le poste de président de la République en 1996. Il sera le premier président élu par les taïwanais. Son successeur, Chen Shui-bian, l’appelle « Monsieur démocratie », surnom qui est aujourd’hui largement utilisée dans la société taïwanaise.

L’élection du Yuan de contrôle reste toujours un sujet épineux. Bien que le vote se soit déjà déroulé, le parlement étant aux mains de la majorité présidentielle, les partis d’opposition, le parti populaire taïwanais (UDN / CT) et le Kuomintang (UDN) ont fait part de leur volonté de faire un recours constitutionnel (釋憲). Le parti populaire taïwanais a déposé ce recours et a appelé le Kuomintang à le voter. (CT)

Dans le même temps, un débat autour de la suppression ou de la transformation du Yuan de contrôle et du Yuan des examens a émergé. La majorité du corps politique souhaiterait voir leurs suppressions, mais selon une enquête de la fondation pour la démocratie (台灣民意基金會) une minorité de 47% des taïwanais y sont favorables. (CT) Le bureau politique du Kuomintang est arrivé à un consensus sur la création d’un groupe de travail en vue de la suppression de ces deux institutions (LT / CT)

Le Kuomintang s’est aussi opposé à la politique gouvernementale sur plusieurs plans. Il critique la politique du code de la route, considérant que le pouvoir n’a pas assez effectué de prévention avant d’émettre des contraventions sur les nouvelles réglementations mises en place (réduction de la limite de vitesse sur l’autoroute, etc…) (CT). La maire de la ville de Taichung, Lu Shiow-yen (盧秀燕), reproche une pratique trop centralisée du pouvoir, notamment dans la répartition des subvention. Elle explique que la ville, pourtant deuxième en termes de population, n’est que quatrième des six grandes villes lorsqu’il s’agit des financements de l’État. (CT) Enfin, le parti a mis en vente quelques un de ses biens dans le sud du pays (LT).

La présidente a fait la promotion du plan de relance de la consommation en allant dépenser quelques 700 NT Dollar à Changhua, le 28 juillet, quelques jours avant les inscriptions pour la seconde partie du plan. (UDN / CT) Ce programme a été vivement critiqué pour son coût bien supérieur (2,2 milliards) à ce qui a été initialement prévu (1,2 milliards).  (UDN / CT / LT) Le premier ministre a visité le même jour une école équipée d’installation d’énergie solaire (UDN) La ministre Audrey Tang a fait la couverture du magasine Forbes Japan (CT) et a défendu la pièce d’identité numérique en en garantissant la sécurité des données et le respect du règlement général sur la protection des données (RGDP) (CT). Cette disposition, qui a été retardée à cause de la crise sanitaire mondiale, subi une opposition forte de la société civile (UDN)

La télévision publique a subi d’importantes critiques la semaine dernière, concernant d’une part le plan 2020 de développement international de la télévision » (109年發展國際傳播數位計畫). Le ministère de la culture a dû interrompre ce projet (CT) suite à la démission d’une partie de la direction de la télévision publique. (CT) L’opposition politique s’est aussi emparé du sujet : le Kuomintang accuse le gouvernement de favoriser les médias qui lui sont favorables, les trois principaux médias « verts » (de la couleur du parti démocrate progressiste) recevant plus de la moitié des subventions gouvernementales accordés à la branche. (UDN / LT) Le parti du nouveau pouvoir a quant à lui appelé à l’instauration d’une nouvelle loi sur les médias pour éviter notamment les risques de collusions avec le politique. (UDN / CT / LT)

La campagne électorale à Kaoshiung bat son plein pour remplacer Han Kuo-yu à la tête de la ville. Les membres du Kuomintang se sont répartis la tâche pour quadriller la ville et soutenir leur candidate (UDN), qui peine dans les sondages, 30 points derrière le candidat du Parti démocrate progressiste. (UDN) Ils ont pu toutefois se réjouir car la candidate Kuomintang pour prendre la tête du conseil municipal (議長) l’a emporté avec le soutien des conseillers municipaux hors parti. (LT / UDN) Cela permet au parti de se garantir une petite marge de manœuvre dans la ville pour les deux prochaines années, même si leur candidate n’est pas élue maire. (UDN) Enfin, des jeunes de 18 à 20 ans ont manifesté pour pouvoir voter à l’élection partielle. La commission électorale ne s’y oppose pas, mais c’est impossible, le droit de vote n’est accordée qu’aux majeurs de plus de 20 ans à Taïwan (UDN)

Santé

Le centre de contrôle des épidémies (中央流行疫情指揮中心) a annoncé l’ouverture de la frontière aux soignants étrangers dès le 1er août, excluant cependant la médecine non nécessaires (chirurgie esthétique, etc.) (CT). Le Kuomintang s’en est insurgé, considérant que cela comporte des risques, en particulier pour les soignants taïwanais (UDN / CT)

 

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.


© 2019 EastisRed - All Rights Reserved.
Website by MPA Studio - mentions légales

Scroll To Top