Now Reading
« Prospérité commune » : un gros brouillon programmatique

« Prospérité commune » : un gros brouillon programmatique

Si le thème de prospérité commune [公共富裕] a été largement popularisé par la réunion du CCFEA (Central Commission of Financial and Economic Affairs _ 中央财经委员会), en août,  le terme irrigue la presse chinoise depuis 2020. Il s’agit d’un thème majeur du « programme » de Xi Jinping depuis sa réélection. Pourtant, peu nombreux sont ceux qui peuvent prétendre savoir ce que couvre concrètement ce thème. Explications:

Prospérité commune: une alerte pour les capitalistes?

Certains observateurs ont déjà traduit ce concept par la volonté du Parti de remettre l’Etat au cœur de l’économie, voire de renationaliser. Rien n’est moins certain. A l’issue de la réunion du CCFEA, son président Han Wenxiu (韩文秀) a été envoyé devant la presse pour opposer un démenti à ces interprétation: « Nous n’opterons pas pour une approche consistant à voler les riches pour donner aux pauvres« , déclare-t-il. Pas de retour aux plus belles heures maoïstes, mais un coup de semonce.

Depuis la réunion d’août, Tencent a annoncé qu’il investirait 50 milliards de RMB pour promouvoir les services de santé et d’éducation et la revitalisation rurale ; Alibaba Group Holding Ltd. a promis 100 milliards de RMB pour financer des « initiatives de prospérité commune« ; Xiaomi et Meituan ont chacun fait don de plus de 10 milliards de RMB pour soutenir cette politique.

En sommes, 73 des sociétés chinoises cotées en bourse ont déjà annoncé à leurs actionnaires qu’elles contribueraient à la « Prospérité Commune ».

Pour la société: aidez-vous vous-même.

Rien n’annonce une répartition radicale des revenus de la croissance, ou une volonté de couler la classe capitaliste. La réunion du CCFEA donne des indications plutôt familières aux oreilles françaises:

Egalité des chances: « créer les conditions de l’équité et de l’inclusion pour améliorer l’éducation et les capacités de développement« .

Ascenseur social: « nous devons ouvrir les voies d’accès vers le haut, donner l’opportunité aux gens de devenir riche, et créer un environnement de développement accessible à tous« .

Innovation: « nous devons encourager le travail dur et l’innovation pour devenir riche.

Services publics: « améliorer les systèmes de retraite, les soins médicaux, la découverte et l’assistance aux personnes dans le besoin, ainsi que l’offre et la sécurité de logements ». [鼓励勤劳创新致富] ». (CPCnews _ 07/10/2020: La péréquation des services publics est le point central de la prospérité commune)

Punir la paresse: « Nous ne pouvons pas soutenir les paresseux » [凤凰_15/10/2021 : 养懒汉的陷阱].

Renforcer la confiance dans le système

La confiance de la population dans le système chinois du PCC, largement ébranlée sous Hu Jintao, est un sujet d’inquiétude permanent pour l’administration Xi. Sa lutte contre la corruption endémique qui grève le Parti a fait couler beaucoup d’encre. La prospérité commune indique également la nécessité de s’attaquer aux revenus illégaux et les gains illégitimes, notamment en protégeant le droit de la propriété intellectuelle, et promouvoir un développement sain et régulé des capitaux.

See Also

Arrestation du vice-président de l’association chinoise de football en 2016, pour corruption

Enfin, la prospérité commune, c’est l’élargissement de la classe moyenne chinoise [QStheory _ 15/10/2021 : 着力扩大中等收入群体规模]. Le pays compte encore 600 millions de personnes en Chine qui vivent avec 1000 RMB/mois [125 euros] ou moins. Augmenter le pouvoir d’achat d’une partie significative de la population correspond à la politique de « circulation duale » promue dans le cadre de la guerre économique sino-américaine, qui vise à tirer la croissance par la consommation et réduire la dépendance nationale vis-à-vis des exportations étrangères.

Bien sûr, le renforcement de la croyance dans le Parti, du patriotisme, l’éducation socialiste, les initiatives culturelles publiques reste un point important du concept de prospérité commune [QStheory _ 15/10/2021 : 加强爱国主义、集体主义、社会主义教育,发展公共文化事业].

Gardons à l’esprit, prévient George Magnus (China Center de l’Université d’Oxford), que ce concept n’a pas pour objet de mettre en place un système de protection sociale à l’européenne, mais constitue plutôt un nouveau levier pour forcer les différents acteurs de la société à se conformer aux objectifs du Parti. 

Et concrètement?

Steven Lynch de la Chambre de commerce britannique en Chine, le dit [7 octobre]:  « la prospérité commune n’a abouti à rien de concret, à part les types d’efforts de responsabilité sociale des entreprises qu’Alibaba et Tencent ont adoptés« . La Banque Centrale a été l’un des premiers à se déclarer en faveur de la prospérité commune, s’engageant à en faire « le point de départ et le point central de tout notre travail financier« , mais sans promulguer aucune mesure particulière.

Nous sommes peut-être au début d’un long processus. Comme l’explique Xi Jinping lui-même [RFI _ 15/10/2021], ce n’est qu’en 2050 que la Prospérité Commune sera essentiellement atteinte.

 


© 2019 EastisRed - All Rights Reserved.
Website by MPA Studio - mentions légales

Scroll To Top