Now Reading
Les étudiants chinois formés à l’étranger ne sont plus en odeur de sainteté

Les étudiants chinois formés à l’étranger ne sont plus en odeur de sainteté

A la suite de l’article publié la semaine passée, nous continuons d’explorer les bouleversements du marché de l’emploi chinois.

Nous sommes heureux de vous présenter un second article de Xavier, cette fois consacré aux difficultés des étudiants chinois rentrés de l’étranger.

Bonne lecture,

En Chine, le terme « haigui – (海归) » est un néologisme qui désigne les étudiants de retour en Chine après avoir obtenu un diplôme dans une université étrangère. La Commission nationale de l’information en Chine (国家信息中心) indique dans un récent rapport que le nombre d’étudiants tout juste diplômés de l’étranger et en instance de retour vers la Chine a pour la première fois dépassé le million en 2021, ce qui représente environ 84 % des étudiants chinois internationaux. À titre de comparaison les retours ne concernaient que 79% des étudiants internationaux chinois en 2016. La crise pandémique a donc marginalement renforcé ce phénomène de retour des haigui en Chine continentale. Trois quarts des étudiants internationaux chinois expriment le souhait de revenir en Chine afin de saisir les nombreuses opportunités professionnelles qu’offre leur pays. Mais la pandémie a changé la donne : elle a, d’une part, compliqué les voyages retour vers la Chine en raison de la fermeture du pays, et a d’autre part eu pour effet de modifier les besoins immédiats du marché du travail en Chine.

Ce contenu est réservé aux abonnés. Pour lire la suite, identifiez-vous ou créez un compte en cliquant ici
Scroll To Top