Now Reading
Longue-Vue n°3 – quinzaine du 20 mai au 2 juin 2019

Longue-Vue n°3 – quinzaine du 20 mai au 2 juin 2019

Avant-propos :

 
La Longue-Vue est dorénavant réservée à l’actualité chinoise en matière industrielle, technologique et scientifique. Le volet politique et diplomatique est disponible dans la revue intitulée « Passe Muraille ».
 

Sommaire :

1.Industries
Aéronautique
Automobile
Construction navale
Nouvelles technologies
Industries “connectées” & robotique
Semi-conducteurs
Cybersécurité
2. Mines, énergies, et ressources
Energies renouvelables
Terres rares
Hydrocarbures
3. Espace
4. Intégration civilo militaire
5. Equipements militaires

 

Industries

 

Aéronautique

 

Le président de l’entreprise aéronautique ukrainienne Motor Sich souligne l’importance de la Chine (Sina) : Dans un entretien au Washington Post, Vyacheslav Boguslayev a déclaré qu’en cas de non coopération avec la Chine, 10 000 employés pourraient être licenciés. Qualifié de « Tsar des moteurs » par les médias chinois, Motor Sich répond en effet à certains besoins de Pékin, notamment en matière de technologie des moteurs militaires. Face aux critiques occidentales, le président de la fédération ukrainienne de l’industrie et du commerce a souligné que Pékin achète déjà du matériel ukrainien en grande quantité, contrairement à Washington. Quant au nouveau président ukrainien, Volodimir Zelensky, ses déclarations ont mis l’accent sur l’importance des investissements chinois en Ukraine, sans pour autant se prononcer davantage sur la question. De leur côté, des articles sur Sina ou Sohu mettent en avant les acquisitions chinoises permises par le partenariat avec Motor Sich : moteurs AL-222 pour les L-15 d’entraînement ; D-27 qui pourraient être utilisés pour les Y-20 ou pour améliorer le WS-20 ; moteurs D-136 qui équiperont les futurs hélicoptères de 38 tonnes chinois, etc.

 

Premier accord d’aviation civile signé entre l’UE et la Chine (QdA) : Le 20 mai, l’Administration de l’Aviation Civile Chinoise (CAAC) et le représentant de la Commission européenne pour les affaires extérieures ont signé un protocole d’accord relatif à la sécurité aérienne civile.

 

La Chine développe un moteur turbofan AEF3500, d’une poussée supérieure à 35 tonnes, qui servira au C929 (Sohu) : L’AEF3500 est l’ancien moteur CJ2000, qui a été officiellement renommé en 2018. Il devrait permettre au C929 de rivaliser avec le Boeing 787.

 

Automobile

 

Doutes sur la faisabilité technique des “voitures à eau” de Youngman (Jiemian) : Le constructeur automobile Young Man (青年汽车) a évoqué l’avancement de ses travaux sur les moteurs à hydrogène. Développée par le groupe depuis 2006, une technologie de transformation d’eau en hydrogène permettrait, grâce à des catalyseurs spécifiques, d’alimenter les moteurs à hydrogène et d’offrir aux voitures une autonomie de 300-500 km. Cette technologie n’est pas encore brevetée. A contrepied de ces déclarations qui ont suscité une vague de scepticisme, l’université du Hubei a annoncé qu’elle avait déjà breveté un processus de fabrication d’hydrogène à partir d’aluminium hydrolysé dont elle avait transmis les droits d’usage à la Nanyang Qingdong Energy Technology Co., Ltd, filiale de Youngman.

 

Rachat par une entreprise chinoise du plus gros constructeur kazakh de voitures  (CINN) : La China Machinery Import-Export Group (中国机械进出口(集团)有限公司) et Anhui Zhonghuai Automobile (安徽江淮汽车集团股份有限公司) ont conjointement racheté Arul Automobile (Asia Avto – nous n’avons pas retrouvé l’entreprise kazakh). Cette prise de contrôle est un projet estampillé “Routes de la Soie” qui, d’après l’article, a reçu l’aval du chef de l’Etat kazakh.

 

Construction navale

 

Coopération sino-américaine pour la construction de vraquiers capables d’évoluer en zone polaire (CINN) : La construction est assurée par la COMEC, la CSSC et Pangea Logistic Solution pour deux (ou quatre – l’article manque de précision) navires de 95.000 tonnes.

 

Trois vraquiers de 210.000 tonnes seront construits par Wuchang Shipbuilding Industry Co. (CINN) : Le contrat a été signé entre Wuchang Shipbuilding Industry Co. et COSCO. Les navires répondent aux dernières exigences en matière de protection de l’environnement et serviront à “livrer des produits aux pays membres de la BRI”.

 

Rapport trimestriel sur la filière de la construction navale chinoise (CINN) : Un rapport en demi teinte : si la valeur des navires construits au premier trimestre est supérieure à 2018, le nombre de nouvelles commandes est très en deçà de celui de 2018 (deuxième graphique). Les bénéfices des grands groupes du secteur se sont stabilisés, mais la diminution des contrats reste préoccupante.

 

Le Dong Fang Hong 3 bien livré aux autorités chinoises (Sina) : Le Dong Fang Hong-3 (东方红) est le plus gros navire scientifique chinois et l’un des plus lourds jamais mis à l’eau. Il a par ailleurs reçu la certification “Silent-R” attestant que le bruit émis par le navire est très faible, réduisant ainsi son empreinte écologique sur les milieux marins. L’article de Sina met également en avant les avancées techniques présentes sur ce lourd navire scientifique d’un déplacement à 5000 tonnes.

 

Nouvelles technologies (big data, intelligence artificielle, 5G)

 

Listing au Kechuang Board (Jiemian) : Les entreprises de recherche sur les produits biologiques Keqian Biology (武汉科前生物股份有限公司) et de poudres industrielles Novoray (江苏联瑞新材料股份有限公司) renoncent à être listées au Sciences and technology innovation board (Kechuang Board 科创板) de la bourse de Shanghai. Le Kechuang Board, proposé en novembre 2018 et approuvé en janvier 2019 vise à financer les secteurs de hautes-technologies émergentes.

 

Première mondiale à Shenzhen, la 5G est opérationnelle dans le métro (Xinhua) : Un train de la ligne 11 a ainsi transmis à la station les 25Go d’informations issues des 40 caméras de vidéosurveillance, en 150 secondes. Cette capacité devrait être doublée dans les prochains mois et permettra des transmissions à double-sens.

 

Création d’un fond d’investissement national dans “l’industrie d’urgence”  (CINN) : Un fond d’investissement a été mis en place par différentes entreprises et organisations. Ce fond s’inscrit dans les directives de l’Etat. Les objectifs affichés sont le développement de cette industrie, mais surtout i) “d’ingérer et digérer” des méthodes et technologies, ii) améliorer la formation des opérateurs, et enfin iii) de construire des entreprises capables de rivaliser avec les occidentaux.

 

La China State Grid Corporation met en place un centre de big data (Jiemian) :  Le centre de big data vise à i) développer l’intégration et l’application des big data pour la gestion du réseau électrique, ii) améliorer ses capacités de planification et de gestion du réseau. A terme, l’objectif est d’allier big data et internet of things (IoT) afin d’évoluer vers une “smart grid” permettant des gains tant énergétiques que financiers. A cet égard, notons que l’entreprise a signé des partenariats avec la North China Electric University (华北电力大学) pour l’établissement d’une “Internet Energy Academy” (能源互联网学院). Par ailleurs, Kou Wein (寇伟), directeur de la State Grid Corporation s’est entretenu avec le directeur de la Huazhong Technology University (华中科技大学) pour des recherches communes sur l’IA et les technologies du futur. Il s’est également entretenu avec Ma Huateng (马化腾) directeur de Tencent, sur les possibilités de travail conjoint dans l’IoT.

 

Mise en place d’une zone pilote pour l’innovation et le développement de l’IA à Shanghai (CINN) : Cette zone devrait être mise en place pour 2023 au plus tard. Son objectif est de créer un environnement favorable pour l’innovation dans l’intelligence artificielle, alliant opportunités de financements et accès aux universités de recherche. Les priorités sont les suivantes (traduction approximative) : holographe intelligent (全息空间群智智能) ; système autonome et intelligent (自主智能无人系统) ; deep-learning (后深度学习机器智能) ; cerveau artificiel (类脑智能).

 

Rapport 2019 Tencent sur la Chine numérique (字中) (CINN) : Le rapport de Tencent insiste en particulier sur le Cloud, désigné comme un moteur de croissance. Selon Tencent, l’utilisation du Cloud a augmenté de 218% en un an, et pour chaque point d’utilisation de cloud, le PIB a augmenté de 23 milliards de Yuan (3 milliards d’euros). Les régions les plus dynamiques sont celles du Centre et de l’Ouest, comme le Sichuan, le Yunnan ou encore Guizhou. Ces trois régions ont mis en place des programmes d’accompagnement du développement du cloud.

 

Une histoire des systèmes d’exploitation chinois (CINN) : Technique, ce long article revient sur les échecs marquants de Linux (Red Flag / 红旗), WoPhone (沃Phone) ou encore OMS (deux systèmes d’exploitation mobile). Ces systèmes ont été soit victimes de mauvaise coordination de la part des acteurs publics, soit d’une mauvaise qualité des produits (peu de retour d’expérience des utilisateurs), ou encore de la prolifération de versions illégales de Windows.

 

Guizhou, la province qui a réussi sa “transition numérique” (Guangming Daily) : Dans ce long article du 26 mai, le quotidien Pékinois Guangming Daily revient sur le succès de l’industrie du Big Data à Guizhou, province pauvre du Sud du pays. L’article met l’accent sur les succès de la province, dus à une véritable “liberté d’innover” et à une réglementation qui prend en compte les intérêts des entreprises. L’article enjoint les autres provinces à s’inspirer, voire à recopier ce modèle. Le 26 mai toujours, une exposition internationale de l’industrie du big data se tenait à Guiyang (Guizhou) (STDaily). Xi Jinping a envoyé une lettre aux participants pour les enjoindre à poursuivre le travail pour la numérisation et la mise en réseau de l’économie.

 

Industries “connectées” & robotique (Intelligent manufacturing)

 

Transformer et améliorer l’industrie avec une manufacture intelligente (智能制造) (Guangming Ribao) : Le projet pilote de parc industriel nommé Bosch Changsha Industry 4.0 est basé à Changsha (province du Hunan). Devenu l’exemple en terme de manufacture intelligente (智能制造), il est connu dans toute la Chine. En 2016, la première phase du projet avait nécessité un investissement de 300 millions RMB de l’entreprise Hunan Yanjin Shop Food (湖南盐津铺子食品有限公司). La deuxième phase a été officiellement lancée le 30 avril 2019 et devrait engendrer un investissement de 500 millions RMB pour construire 10 lignes de productions intelligentes. Ce système, contrairement au mode de production traditionnel, permet de produire 30 types d’équipements mécaniques simultanément. A noter que le 15 mai, l’exposition internationale de construction de machines chinoises (中国国际工程机械展览会) a ouvert à Changsha.

 

Sommet sur la coopération sino-allemande dans la “construction intelligente” (中德智能制造合作) (CINN) : Ce forum a réuni à Changsha (district de Xiangjiang) des représentants du ministère de l’Économie allemand, du ministère de l’industrie et de l’information chinois, d’associations d’entreprises du secteur manufacturier. Il visait à approfondir une collaboration déjà soutenue entre la Chine et l’Allemagne dans l’industrie. Le compte-rendu de la réunion est maigre, mais l’article souligne le rôle de Changsha (principalement le nouveau district de Xiangjiang) dans la collaboration sino-allemande, en particulier dans l’innovation en matière de robotique industrielle et d’intelligence artificielle appliquée à l’industrie.

 

Electronique de pointe / semi-conducteurs

 

Microprocesseurs chinois et satellites Beidou (Huanqiu) : Lors de la 10e conférence sur la navigation par satellite (卫星导航), Ran Qicheng (冉承其),  chef du bureau chargé de la supervision de la navigation par satellite, a présenté les avancées concernant le développement des micro composants de Beidou. En l’occurrence, les dernières puces de 28nm “système sur puce” (SoC – 纳米工艺射频基带一体化SoC芯片) sur lesquels reposent le signal Beidou-3 gagnent en popularité tant sur le marché domestique qu’à l’exportation, contribuant ainsi à démocratiser l’usage des services fournis par les satellites Beidou.

 

Microprocesseurs de secours et Huawei (QidianPlus) : Vendredi 24 mai, un compte wechat spécialisé sur les questions économiques a publié un article d’un ancien de Huawei, qui dresse un constat très critique des capacités de survie de l’entreprise. En résumé, l’auteur avance que le bon fonctionnement des appareils Huawei repose i) sur les microprocesseurs et les programmes permettant de les mettre au point, ii) sur les systèmes fondamentaux les faisant fonctionner, et iii) plus généralement sur les logiciels choisis. En outre, Huawei dépend du nombre d’utilisateurs et de la compatibilité des applications avec son système d’exploitation. Dans ce contexte, même si Huawei gagne en autonomie et développe son propre système d’exploitation, cette tentative ne permettra pas à l’entreprise de survivre. L’article a finalement été traduit par Jordan Schneider, sur substack. Pour aller plus loin sur la construction des microprocesseurs, le think-tank New America a publié un rapport détaillé et utile.

 

Cybersécurité

 

Première phase de test officiel pour un réseau de sécurité internet endogène chinois (QdA) : La station expérimentale du réseau de sécurité endogène en ligne (NEST) a officiellement été ouverte dans le laboratoire « des montagnes violettes » dans les environs de Nanjing (Jiangsu).  Cette station vise à protéger les technologies chinoises d’éventuelles fuites et cyberattaques internationales. Son système est fondé sur la théorie du « mimétisme de défense » (拟态防御).

 

 

Mines, Énergies et ressources

 

China Pinggao Group (平高集) déjà bien implanté en Pologne (QdP) :  Le groupe réalise son premier contrat d’ingénierie électrique en Europe avec l’installation d’une station de transformation électrique de 400 kilovolts, à Polanów en Pologne. Cette station devrait non seulement devenir la plus importante de Pologne mais également un node important du réseau électrique du nord du pays. L’obtention de ce projet a conduit à de nouveaux contrats tels que l’extension et la transformation de la station de transformation électrique de la centrale thermique de Kojnice, achevé en novembre 2018. Les 6 projets polonais du groupe Pinggao en lien avec la société polonaise State Grid Corporation (dont le “projet Pomozane” de centre de mise en réseau entre la Pologne et l’Allemagne et le “projet Zidovo”) emploient plusieurs milliers de personnels locaux et seulement une vingtaine de chinois. À Ridovo, Pinggao a procédé à la rénovation de routes locales et a réparé, à Gdansk, le terrain de jeu des écoles proches. Suite à cette implantation réussie en Pologne, le groupe reçoit désormais des offres d’entreprises portugaises, espagnoles, suédoises et croates.

 

Energies renouvelables

 

La Chine réduit pour la première fois les prix de l’énergie éolienne offshore, les éoliennes terrestres nouvellement approuvées de 2021 n’auront pas de subventions (Jiemian) : Le 24 mai, la Commission de développement et de réforme nationale a publié une notice sur la politique des prix de l’énergie éolienne. Selon cette notice, à partir du 1er janvier 2021, l’État ne subventionnera plus les projets éoliens terrestres approuvés avant fin 2018 et non mis en œuvre d’ici fin 2020. Concernant les éoliennes offshore, les prix d’orientation seront ajustés de 0,8 RMB/kWh en 2019 à 0,75 RMB/kWh en 2020. Selon Shi Lili 时璟丽, directeur du centre d’énergies renouvelables du département de recherche politique, il s’agit du premier ajustement depuis l’introduction de la politique tarifaire de l’éolien offshore.

 

Terres rares

See Also

 

Nous évoquons longuement la question des terres rares dans le Passe Muraille n°20, puisque Pékin a menacé les Etats-Unis de couper les exportations de terres rares à destination des entreprises américaines. Nous ne reprenons ici que les nouvelles concernant l’industrie des terres rares en Chine. Suite à la visite de Xi Jinping dans le Jiangxi, les valeurs boursières des entreprises du secteur des terres rares augmentent : Le stock d’aimants permanents à terres rares (APTR) augmente rapidement, tandis que la valeur des APTR de l’entreprise JL MAG rare-earth (金力永磁科技股份有限公司) a augmenté de 20 % en trois jours (Jiemian & Jiemian)  : le 20 mai, Xi Jinping s’est rendu dans la province du Jiangxi et s’est entretenu avec l’entreprise JL MAG, à Cangzhou. Suite aux politiques environnementales strictes et à la fermeture le 15 mai des douanes avec la Birmanie pour tout bien lié aux terres rares et produit illégalement, la production de terres rares a diminué, conduisant à une augmentation des prix. Cette augmentation intervient alors que JL MAG a enregistré début 2019 une augmentation de 36,84 % de ses recettes par rapport à 2018, liée selon l’entreprise à la demande en hausse de l’industrie éolienne. Les autres groupes du secteurs ont également vu leurs titres s’apprécier. Cependant, Jiemian relève qu’une seule entreprise chinoise privée spécialisée dans le raffinage et le travail des terres rares est listée à Hong-Kong : China Rare Earth (中国稀土控股有限公司). Dans un autre article du 22 mai, Jiemian relève que certains investisseurs sont suspicieux de cet essor soudain des marchés, jugeant que la hausse des prix est temporaire. Pour aller plus loin, un article en Anglais sur le sujet “China’s Rare Earths: Weakness Not Strength” (Dan Harris, China Law Blog)

 

Hydrocarbures

 

La China National Offshore Oil Corporation (CNOOC,海洋石油集有限公司, ou 中海油) intensifie son activité en mer de Chine méridionale (Jiemian) : Du 23 au 24 mai, la 18ème conférence et exposition internationale des décideurs politiques concernant le pétrole et le gaz s’est tenue à Shenzhen. Selon le directeur-général adjoint de la branche Shenzhen de CNOOC, cette branche développera entre 2019 et 2025 12 projets et 29 nouvelles zones d’extraction. L’objectif est d’atteindre une production de 20 millions de tonnes de pétrole et de gaz d’ici 2025 (augmentation d’un tiers par rapport à 2018). CNOOC prévoit donc de lancer cinq zones(油气区块) dans cette région, couvrant ainsi une superficie de 1 000 km2 . La prochaine étape sera la construction d’une région pétrolifère 17-2 et d’une pipeline de gaz naturel reliant le Guangdong, Hong Kong, Macao, Dawan et la zone de libre-échange de Hainan, ainsi que l’Ouest du Guangdong et du Guangxi. Selon Tian Lixing (田立新), vice-président de la branche Shenzhen de CNOOC, il resterait cinq milliards de tonnes de ressources à découvrir dans la région.

 

Sinopec “se prépare à faire face à une coupure temporaire de l’approvisionnement en pétrole” (Sina) : Dans une déclaration, le CEO de Sinopec Fu Chengyu (傅成玉) a annoncé se préparer aux risques à court terme (短期风险). Sinopec prévoit également d’améliorer l’autonomie stratégique de la Chine en prenant en charge, d’ici 10 à 15 ans,  80% des besoins en pétrole de la Chine.

 

 

Espace

 

Test des composants dans la fabrication des fusées dans une usine de l’entreprise One Space Technology Group (北京零壹空间科技有限公司) (Space Flight Fans) : Opérant officiellement depuis mars 2019, cette usine a pour fonction principale de tester et vérifier les assemblages de satellites et les composants et systèmes clés des fusées. Il est par ailleurs prévu que cette usine serve à l’avenir de « base de vulgarisation des sciences spatiales » pour créer une plateforme expérimentale à destination des élèves du secondaire et du primaire. Cette plateforme comprendra quatre fonctions, dont des cours spécifiques sur l’aérospatial pour les adolescents.

 

Vers une constellation de satellites fournisseurs d’accès internet en orbite basse ? (Twitter) : L’entreprise de défense CASIC lancera bientôt, par l’intermédiaire de filiales, le satellite Xingyun-2. Il s’agira d’un test technique pour la constellation LEO (80+ sats) dans la bande étroite “Xingyun” / Internet. Le lancement est prévu en juin, et pourrait également constituer le premier essai du lanceur solide Kuaizhou-11. Source en chinois disponible sur Wechat.

 

 

Intégration civilo-militaire

 

Le “projet d’intégration civilo-militaire d’un système de big data de détection intelligente globale” de la société Tianhe Defense progresse (CINN) : Cette plateforme de l’intégration civilo-militaire des données a vocation à être utilisée dans différents domaines militaires mais aussi pour les “smart cities”, les forces de défense aérienne, la sécurité des sites stratégiques, la formation et la détection sur le champs de bataille.

 

 

Equipements militaires

 

Problèmes technologiques sur le FC-31 (Sina) : Le FC-31 a servi de démonstrateur technologique. Cependant, en raison d’une soute trop petite, il n’emporte pas assez de munitions. De plus, son poids au décollage est très limité, ce qui en fait un avion insuffisamment lourd pour la PLAN. En conséquence, s’il n’est pas vendu à l’export, ce modèle demeurera un démonstrateur.

 

Le principal modèle d’avion de la PLAAF capable d’interférences électriques ne semble pas encore prêt au combat (sina) : Les avions de seconde génération avec capacité d’interférence à longue distance, dont le GX-11 (ou Y-9G, variante du Shaanxi Y-9) sont désormais en service. Cependant, en raison de la plateforme (toujours reprise du Y-8), la performance de GX-11 n’a pas été suffisamment améliorée, rendant l’appareil inapte au combat réel.

 

Photos de nouveaux blocs de blindage réactifs (Sina) : Ces photos ont été publiées par la Inner Mongolia First Machinery Group (内蒙古第一机械集团有限公司), entreprise spécialisée dans les blindés (Type-99, VT-4 ou VT-5), qui aurait mis au point et produit un premier lot de briques de blindage réactif.

 

Un navire de 10.000 tonnes pour les gardes côtes ? (Sina) : D’après des médias locaux repris par Sina, le chantier naval de Huangpu Wenchong (Guangzhou) aurait reçu un contrat pour un navire à 600 millions de Yuan (78 millions d’euros), navire long de 165 mètres et d’un déplacement de 10.000 tonnes.

 

Des sous-marins à coque unique ou double coque ? (Sina) Dans ce long format, l’auteur analyse les choix en matière de coques de sous marin, entre coques simples ou doubles (单 / 双壳体). Après avoir listé les avantages et inconvénients de chacun des types de coques, l’auteur souligne que la Chine est le seul pays à activement développer les deux solutions.

 

Problèmes des avions de transport lourds chinois (Sina) : D’après une photo de la soute d’un Y-8, on aperçoit un soldat tenant une perche “pour assurer l’ouverture correcte de la porte de la soute”. Selon l’auteur, ce problème touche toujours les Y-8 ou Y-9 de la PLAAF ou de la PLAN. En outre, les technologies de dégivrage automatique des ailes ne sont toujours pas au point.
 

retour au sommaire

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.


© 2019 EastisRed - All Rights Reserved.
Website by MPA Studio - mentions légales

Scroll To Top