Now Reading
Longue-Vue n°2 – quinzaine du 6 au 17 mai 2019

Longue-Vue n°2 – quinzaine du 6 au 17 mai 2019

Avant-propos :

 
La Longue-Vue est dorénavant réservée à l’actualité chinoise en matière industrielle, technologique et scientifique. Le volet politique et diplomatique est disponible dans la revue intitulée « Passe Muraille ».
 

 Sommaire :

1.Industries
Aéronautique
Industrie automobile
Construction navale
Semi conducteurs
Cybersécurité / Nouvelles technologies
2. Sidérurgie
3. Energies et ressources minières
Terres rares
Industrie du charbon
Nucléaire
Energies renouvelables
4. Recherche scientifique & technologique
Intelligence artificielle
Informatique quantique
5. Espace
6. Equipements militaires
 

Industries

 

Aéronautique – drones

 

  • ZTE et Zhongfei UAV (四川中飞赛维航空科技有限公司) signent un partenariat stratégique (Jiemian) : Le partenariat vise à renforcer les capacités en R&D de drones spécialisés dans “l’inspection électrique” (电力巡线). L’objectif est de développer des drones capables de déterminer les besoins en maintenance des lignes à haute tension et des infrastructures électriques.

 

Industrie automobile

 

  • Un nouveau moteur avec piles à l’hydrogène (氢燃料电池发动机) “made in China” (CINN) : Construit par l’entreprise “Jiangsu Dewei Materials” (江苏德威新材料股份有限公司), ce moteur délivre une puissance de 80 kW et a été présenté par l’entreprise dans le cadre du salon China Hydrogen Fuel Cell Exhibition 2019, à Pékin (CINN). Dewei, à l’origine d’une innovation basée sur les éléments en graphène, est soutenu par l’Etat depuis 2016 dans le cadre du 13e plan quinquennal. A noter le positionnement de l’entreprise aux Etats-Unis : ce moteur aurait fonctionné plus de 29000 heures sur des bus américains, Dewei a conclu une opération de joint-venture avec l’entreprise américaine US Hybrid et a acquis l’entreprise américaine “United States Fuel Cell” (USFC – 美国燃料电池公司 : il a était impossible de retrouver trace de cette entreprise) en 2017.

 

  • Conférence sur la sécurité des véhicules à énergie renouvelable (CINN) : Alors que plusieurs incidents ont émaillé la réputation des véhicules électriques en Chine (explosion de Tesla ou mauvaise qualité de certains véhicules construits en Chine), le Ministère de l’Industrie et des Technologies de l’Information a tenu une vidéo conférence avec les acteurs de la filière automobile afin de les enjoindre à davantage de rigueur en matière de sécurité. Entre autre, le gouvernement attend une meilleure supervision des entreprises, mais aussi des standards de sécurité plus performants et des améliorations en termes de “discipline des entreprises.”

 

  • Lancement du projet de coopération KamAZ – Weichai (CINN) : Tan Xuguang (谭旭光), président du groupe Weichai, et Sergei Gogojin, directeur général du groupe KamAZ, ont signé un accord de coopération à Pékin le 14 mai 2019. Weichai a exploré ces dernières années la fabrication locale de nouveaux modèles en Inde, au Myanmar, en Éthiopie et en Biélorussie. La marque et les produits Weichai ont de plus gagné les faveurs des clients russes locaux. Outre la planification de la création de KamAZ Weichai Co., Ltd. dans la zone de libre-échange de Yaroslavl, l’entreprise compte se consacrer à la production et à la vente de moteurs industriels diesel et à gaz, ainsi qu’à la construction de boîtes de vitesses et d’essieux.

 

Construction navale

 

  • Le Directeur général de la CSIC rencontre le Premier ministre croate (CSIC) : La CSIC a envoyé une délégation menée par le responsable du Centre de recherche pour la construction de navires. Le Président croate a présenté l’histoire croate en matière d’industrie navale ainsi que ses projets de construction d’infrastructures navales (ports, transports ferroviaires, logistique). La CSIC a visité le chantier naval de Uljanik.

 

Industries “connectées” & robotique

 

  • Partenariat entre GE Digital (General Electric) et ZTE dans l’internet des objets industriels (Sina) : Le partenariat cherche à développer les options 5G, le “Edge computing”, le big-data et l’intelligence artificielle dans le domaine industriel.

 

  • « Pour une industrie robotique aux traits chinois » (Jiemian) : Le 9 et 10 mai s’est tenu le sixième sommet de la robotique en Chine à Yuyao, Zhejiang.  A l’occasion de ce sommet, 28 projets ont été signés pour un investissement total de 12,165 milliards de yuans. Des experts et universitaires se sont également prononcés sur les évolutions de l’intelligence artificielle et sur les récentes fermetures des start-up étrangères comme Rethink, pionnier des robots collaboratifs en Chine. Tous soulignent les défaillances des entreprises étrangères et réaffirment le fort potentiel du domaine pour les entreprises chinoises.

Selon Yang Guangzhong, membre de la Royal Academy of Engineering, les entreprises chinoises ne devraient pas se focaliser seulement sur la production du dernier élément de la chaîne industrielle mais plutôt sur  celle des composants de base, bien plus rentable.

Gan Zhongxue, président de Zhejiang Zhichang Robot Technology Co., Ltd, affirme que la production de composants de base et l’ensemble du marché de la robotique sont toujours dominés par des entreprises étrangères implantées en Chine. En conséquence, il préconise « le développement d’une industrie robotique aux caractéristiques chinoises ».

 

  • Progrès dans la production de matériaux composites (sina) : Les matériaux composites (复合材料) sont critiques pour les industries de pointe, et notamment dans l’aéronautique et l’aérospatiale. Une entreprise a récemment testé une machine « ATL – Automated Laying Machine » (合材料自动铺丝机). Son système automatique améliore nettement son efficacité et permet une réduction des coûts de production.  Néanmoins, la machine ATL ne peut produire que des parties manufacturées de formes simples. Son utilité pour la fabrication d’avions furtifs de 4e génération, constitués de formes très incurvées que la machine ATL ne peut produire, demeure donc très limitée. Plusieurs pays étrangers ont imposé des embargos stricts en raison du rôle important des machines ATL pour les matériaux composites et leurs applications militaires : après des efforts importants, le développement technologique domestique a pu développer ce type de machine.

 

Semiconducteurs

 

  • La coopération entre Innovative Micro Technology et l’Université de Pékin continue de s’approfondir (CINN) : L’entreprise américaine a décerné pour la troisième année consécutive des prix aux étudiants de l’Institut de recherche en “nano-electronics” de l’Université de Pékin pour leurs recherches novatrices dans le domaine des technologies dites “MEMS” (Micro-Electro-Mechanical Systems). Le partenariat entre l’université et l’entreprise a débuté en 2015. L’article fait plusieurs fois mention de la détermination d’Innovative Micro Technology à aider la Chine à “construire des micro-composants et semi-conducteurs en Chine”. Commentaire: n’oublions pas que le développement autonome des technologies dites “clés” est un objectif national, résumé dans la formule suivante : 国产化自主可控(核心技术).

 

  • Analyse de l’état de l’industrie des semiconducteurs (CINN) : A partir des rapports financiers publiés par les grandes entreprises du secteur, en particulier ceux travaillant sur la mémoire vive (存储) (Samsung, SK Hynix, Micron, Ziguang (紫光紫光集团), les journalistes proposent une analyse de l’état de cette filière. Du point de vue de Ziguang, seule entreprise chinoise très compétitive sur ce créneau, les auteurs anticipent une politique d’investissement contracyclique, avec notamment la poursuite des investissements dans son centre de production du Yangtze (localisation non précisée), l’un des plus grand du monde.

 

Cybersécurité / Nouvelles technologies

 

  • Le groupe China Electronic Corporation devient le deuxième plus grand actionnaire de Qi’anxin (奇安信) (Jiemian) :  CEC, la plus grande entreprise d’état du secteur des système d’information, chapeaute déjà de nombreuses entreprises du secteur de la cybersécurité côtées en bourse. Elle s’oriente désormais vers les entreprises prometteuses telles que Qi’anxin. Cette prise de participation (qui fait suite au retrait de l’entreprise Qihou 360 (三六零/奇虎360)) fait entrer Qi’anxin dans l’équipe nationale de la cybersécurité. CEC concentre une chaîne de compétence allant du système d’exploitation aux logiciels de contrôle de la chaîne d’approvisionnement en passant par les logiciels tiers, les bases de données et les produits de sécurité. Son “système PK” (composé du processeur Feiteng et du système d’exploitation Qilin) est utilisé comme plateforme  pour les organes du parti, pour l’armée et les industries majeures. Qi’anxin a participé ces dernières années à de grands projets de sécurisation des systèmes d’information (26 exercices offensifs et défensifs menées avec des entitées publiques), notamment dans le cadre du 19e Congrès national, des deux assemblées, du Sommet BRI, du G20, du sommet de l’OCS, du Forum Chine-Afrique et de la China international import expo (CIIE). Pour son PDG Ji Xiangdong (齐向东), cet intérêt du gouvernement chinois reflète une prise de conscience du caractère vital de la sécurité des système d’information.

 

  • Le secrétaire général de l’OCS visite le siège de Kyland (CINN) : Le Directeur Général de Kyland (东土科技集团), Li Ping (李平), a montré à Vladimir Norov (ancien ministre des affaires étrangères ouzbèque) les applications des recherches effectuées dans les domaines des technologies de réseau et de la fabrication intelligente, des smart cities, des équipements militaires intelligents et des sources d’énergie intelligentes. Cette visite s’effectue dans le cadre d’un projet de visites bilatérales d’entreprises chinoises et ouzbèques dans le but de développer des partenariats, promu par la China Overseas Developement Association.

 

  • Conférence nationale de l’informatisation et du logiciel (CINN) : La conférence s’est ouverte à Yinchuan dans le Ningxia le 13 mai 2019. Les résultats notables obtenus en 2018 dans le domaine concernent l’accélération de la mise en oeuvre des politiques de cybersécurité des industries ainsi que le développement de l’industrie de l’identification électronique incluant notamment les zones de Macao et Hong-Kong. Pour 2019, les objectifs retenus portent sur la cartographie et l’ordonnancement des données possédées par les industries, la promotion d’une conscience de la cybersécurité, le développement d’une industrie des technologies de contrôle des systèmes et celui de la défense de l’internet, l’élargissement du système d’identification électronique et de ses usages.

 

  • Rencontre entre le Directeur de la CETC et le Président du Sri Lanka (CETC) :  La rencontre a eu lieu le 14 mai, dans le cadre du dialogue sur les civilisations asiatiques. Le Directeur de la CETC a exprimé ses plus sincères condoléances pour les victimes des attentats et a exprimé son souhait de mettre la technologie de son entreprise au service de la stabilisation et du maintien de la sécurité au Sri Lanka. Le Président du Sri Lanka a déclaré que le soutien de la Chine pour assurer la sécurité du territoire était précieux. Il a également posé des questions concernant les domaines de “lutte anti-terroriste”, “sécurité maritime” et “villes en paix”.

 

Sidérurgie

 

  • Rapport de la NDRC sur le secteur de l’acier pour le premier trimestre 2019 (CINN) : La production d’acier brut est en augmentation sur la dernière année, avec : +9.3% pour la fonte (194.9 millions de tonnes), +9.9% pour l’acier brut (231.07) et +10.8% pour l’acier (269.07). Selon la China Steel Association, si le prix de l’acier s’est légèrement redressé,  les bénéfices des entreprises sidérurgiques ont diminué : hausse du chiffre d’affaire de 12.81% (968.5 Md de yuans) pour une baisse du bénéfice total de 30.2% (37.5 milliards de yuans). Le prix du minerai de fer importé a augmenté en mars 2019 de 10.5% par rapport au mois précédent. La Chine a importé sur le premier semestre 2019 un total de 260.789 millions de tonnes de minerai. Nous notions dans le Passe Muraille n°17 que la Commission Nationale pour les Réformes & le Développement (fagaiwei) appelait à poursuivre le travail de “nettoyage” des entreprises “zombies” dans la sidérurgie en particulier.

 

Energies et ressources minières

 

Terres rares

 

  • Rapport trimestriel sur la production de terres rares pour matériaux luminescents (CINN) : Selon le rapport annuel sur la production de terres rares publié par l’association de l’industrie des terres rares (中国稀土行业协会), la production de poudre fluorescente LED (LED荧光粉) s’est élevée à 100 tonnes, la production de poudre “longuement fluorescente” (长余辉荧光粉) s’est élevée à 85 tonnes, soit une augmentation de 13%. Enfin la production de “Phosphore à trois bandes pour lampes fluorescentes” (三基色荧光粉) s’est élevée à 350 tonnes, soit une baisse de 13%.

 

Industrie du charbon

 

  • Publication du rapport sur le “contrôle du charbon 2019” (煤控报告) (Jiemian) : Ce rapport, intervenant à mi parcours du plan quinquennal, souligne plusieurs éléments. Tout d’abord, la production a dépassé pour la première fois en quelques années les objectifs fixés, avec 3,68 millions de tonnes, soit 20 millions de tonnes supplémentaires par rapport aux objectifs initiaux. De plus, le rapport indique que le travail de concentration des mines se poursuit, notamment dans les régions de Mongolie-intérieure, du Shaanxi et du Shanxi. Toutefois, la rentabilité est toujours préoccupante, puisque ces mines ne fonctionnent en moyenne qu’à 70% de leurs capacités et que des milliers de mines doivent encore être fermées. SixthTone (en anglais) note que le Shanxi en particulier a été critiqué pour ne pas avoir réduit comme demandé la production, ni mis en place les réglementations écologiques.

 

Nucléaire

 

  • Signature d’un mémorandum de coopération entre l’Italie et la Chine en matière de retraitement nucléaire (CNNC) : L’accord signé le 16 mai réunit la China Nuclear Environmental Protection Company (中核环保有限公司 – filiale de la CNNC), le Shanghai Electric Nuclear Power Group (上海电气核电集团), et le groupe italien Ansaldo. Cet accord s’inscrit dans le cadre des Nouvelles Routes de la Soie et vise à permettre à la CNNC une plus grande participation dans le marché européen de la gestion des déchets nucléaires et au nettoyage d’infrastructures nucléaires. Il est prévu que les parties travaillent ensemble sur la déconstruction du projet “Gioconda”.

 

  • Rencontre entre le Directeur général adjoint de la CNNC Li Dingcheng et une délégation de Hongrie (CNNC) : La rencontre a eu lieu le 13 mai en vue d’approfondir la coopération dans le domaine de l’énergie nucléaire. Li Dingcheng a présenté la chaîne complète de l’industrie nucléaire mise en place par le groupe, ainsi que les applications possibles dans le domaine de la médecine nucléaire, l’énergie éolienne, l’énergie hydroélectrique. La partie hongroise a quant à elle fait le point sur l’avancée de la construction de centrales nucléaires et les projets hongrois en matière de développement de l’énergie nucléaire. Les deux parties se sont déclarées prêtes à approfondir la coopération dans le domaine nucléaire.

 

  • Les travaux pour la deuxième phase du projet Sino-Russe de la centrale nucléaire de Xudabao commenceront en 2021 (Jiemian) :  China National Nuclear Power Co., Ltd. a annoncé que ses filiales Liaoning Nuclear Power, Suneng Nuclear Power et China Atomic Energy Industry entendaient signer prochainement un contrat d’1.7 Mds de dollars sur les unités 3 et 4 de la centrale de Xudabao, avec la société d’exportation d’énergie nucléaire russe ASE. Ce contrat impliquera l’installation de réacteurs de conception russe VVER-1200/V491 sur les unités 3 et 4, couplés avec des turbines à vapeur de de fabrication chinoise. Les investissements pour les unités 3 et 4 de la centrale de Xudabao et 7 et 8 de la centrale de Tianwan culminent à à 3.6 Mds de dollars.

 

  • Etablissement d’une zone industrielle nationale aérospatiale de production de satellite (CINN) : La construction de cette zone a officiellement débuté à Wuhan, et vise une production annuelle de 100 satellites en soutien au projet “Hongyun” d’internet haut débit à basse altitude développé par la CASIC.

 

Energies renouvelables

 

  • Les batteries lithium-Ion, prochaine source d’énergie du champ de bataille ? (Xinhua) : Cet article revient sur les avantages des batteries lithium-Ion, dont l’usage est déjà largement répandu pour alimenter les équipements militaires tels que i) les équipements individuels des soldats (allégeant leur poids), ii) les sous-marins pour prolonger leur autonomie (évocation de la nouvelle batterie du sous-marin de classe Scorpène, rechargeable en un temps plus réduit), iii) les torpilles (réduisant le volume de la partie motrice et permettant une réutilisation lors des entraînements, la France est à nouveau citée pour avoir mis au point une torpille lithium-Ion capable de dépasser les 92.5 km/h et d’une autonomie supérieure à une heure), iv) les équipements spatiaux et v) les drones miniatures. L’article souligne les efforts supplémentaires de recherche nécessaires pour obtenir des batteries capables d’alimenter des véhicules terrestres sans pilotes plus lourds.

 

  • La plus grande usine de pales d’éoliennes du monde ouverte à Yangzhou (CINN) : L’usine construite par Jiangsu Yangjian Group Co., Ltd. (扬建集团) peut ainsi produire les plus grandes pales du monde. L’usine est le résultat d’un partenariat avec l’entreprise américaine TPIComposite, entreprise qui semble travailler en parallèle des domaines d’intérêts militaires, selon cette source.
  • La guerre commerciale sino-américaine touche le secteur de l’éolien (Jiemian) : compte tenu de la taille réduite du marché éolien américain, l’impact des tarifs douaniers appliqués aux exportateurs d’éoliennes chinois devrait être limité. Les constructeurs de pièces détachés devraient eux être plus affectés dans leur capacité à exporter.

 

See Also

Recherche scientifique & technologique

 

Intelligence artificielle

 

  • Centre d’expérimentation conjoint public-privé à Pékin (Xinhua) : Après le développement par la municipalité de Pékin d’une zone d’expérimentation de l’IA, un Centre d’expérimentation a été conjointement mis en place par le Centre (pékinois) Zhiyuan pour la recherche sur l’intelligence artificielle (北京智源人工智能研究院, rattaché au ministère des sciences et technologies de la municipalité de Pékin) et par l’entreprise “KuangShi” (Megviihttps://megvii.com/) spécialisée dans la reconnaissance faciale. Situé à Haidian, il regroupe des chercheurs venant de l’Université de Pékin, de l’Université de Qinghua, de l’Académie des Sciences, entre autres institutions et entreprises. L’objectif de ce centre est d’établir un travail coopératif fournissant aux étudiants, chercheurs et entrepreneurs des données et des algorithmes faciliter l’innovation.  A noter que pour sa dernière levée de fonds, l’entreprise Megvii, a récolté 750 millions de dollars (Reuters)

 

Informatique quantique

 

  • Avancée dans le domaine de l’informatique quantique (Sina) : Des chercheurs de l’équipe d’expérimentation quantique supraconductrice de l’Université des Sciences et technologies chinoises (Pan Jianwei 潘建伟, Zhu Xiaobo 朱晓波 et Peng Chengzhi 彭承志) et de l’Académie des sciences chinoises (CAS) ont publié dans le journal Science un article sur l’avancée de leur étude des marches aléatoires quantiques d’un système à 12 qubits supraconducteurs, battant le record de 10 qubits établi par le groupe de recherche conjoint de la CAS et de l’Université du Zhejiang.

 

Espace

 

  • Essai réussi d’un moteur au méthane par Landspace Aerospace (Jiemian) : L’entreprise a mené un test au sol de son moteur TQ-12, moteur fonctionnant au méthane-oxygène liquide capable de délivrer une poussée de 80 tonnes. Le diamètre de la tuyère est d’un mètre. La soudure a été réalisée par laser par un robot. Si l’article de Jiemian est un peu technique (voir les schémas) et se focalise sur le soudage laser, d’autres médias en anglais ont publié sur cette récente avancée : People Daily (avec quelques photos) ; Space Daily. Davantages de photos et vidéos disponibles sur Twitter

 

  • Sur le satellite Tianhui-2 lancé par la CZ-4B le 6 mai 2019 (CINN) : La fusée a été lancée depuis le centre de Taiyuan. Le satellite Tianhui (天绘二号) sera placé sur une orbite synchrone avec le soleil. Il est développé par le 8e Institut de la CASC (中国航天科技集团有限公司八院), spécialisé dans les technologies militaires. Le satellite aurait toutefois une utilisation civile, pour l’observation de la terre en vue de surveiller les ressources ou de mener des missions d’études géographiques.

 

  • Percée dans le domaine des Gyroscopes à résonateur hémisphérique (HRG) (Sina) : Cette technologie, qualifiée de “disruptive” par Safran Défense qui a breveté cette technologie, n’est désormais plus accessible pour l’industrie chinoise. En 2018, lors de la remise des prix de la China Aerospace Foundation Awards Conference (中国航天基金会奖颁奖大会) tenue à Changsha, le Gyroscope à résonateur hémisphérique a reçu un prix, associé à une somme de 26.000€ (200.000 Yuan). Cette technologie est cruciale pour améliorer la précision des missiles balistiques ainsi que la durée de vie des satellites. Sina avance par exemple que les “satellites chinois de moyenne altitude” n’auraient qu’une durée de vie limitée à un an ou deux. Grâce aux nouveaux gyroscopes, ils pourraient rester en vol pendant 8 ans ou plus. En ce qui concerne les satellites dits “(semi)-classifiés”, Sina rapporte que le Shijian-9 lancé en 2012 (et fabriqué par “une société de Chongqing) avait été placé en hibernation pendant 10 ans. Les nouvelles technologies devraient être appliquées au satellite XX-1 et XX-5, tandis que la Marine est intéressée par ces technologies. Safran est cité en fin d’article comme un “exemple” en terme d’usage de ces nouveaux gyroscopes.

 

Equipements

 

  • Mise à l’eau d’un type 052D (Sina) : D’après les photos, il semblerait que ce type 052D se rapproche du type 052DG. La principale évolution est l’ajout d’un radar 517B d’alerte précoce à longue portée, avec l’antenne située au milieu du navire (八木天线517B米波远程预警雷达). Ce radar devrait principalement à détecter les avions furtifs et notamment les F35.

 

  • Sortie de service d’un type 051 (Sina) : Une cérémonie a été organisée dans un terminal portuaire militaire de Lushun (旅顺) avec des hommes de la marine du théâtre nord pour célébrer la sortie de service de quatre destroyers de première génération Kaifeng (109), Dalian (110), Zunyi (134) et Guilin (164).

 

  • Première publication officielle des développements de « Sea Eye », récent système acoustique sous-marin (Huanqiu) : L’institut 715 de la China Shipbuilding Industry Corporation a été récompensé ce 4 mai pour la réussite des  phases de tests en mer du « Sea Eye », le mois dernier. Il est probable que le système de détection acoustique Sea Eye équipera les futurs destroyers chinois de type 055.

 

  • Coûts de modernisations du JH-7B plus élevés (Sina) : Le coût de production du JH-7B a augmenté. Pourtant, il est impossible d’éliminer ses défauts de fonctionnement d’avion de basse altitude. Le JH-7B Fighter-Bomber a subi des changements de système de stabilisation mécanique, devenu entièrement digital. Le gain retiré en terme de contrôle de vol demeure toutefois limité.

 

  • Zone de test pour les véhicules spéciaux et les nouveaux chars (Sina) : Le site de test Dingyuan (定远) vérifie tous les nouveaux équipements militaires à roues et dispose d’une route de 10 km sur laquelle des pilotes hautement qualifiés testent les nouveaux véhicules. Une année est nécessaire pour évaluer la performance d’un véhicule et le finaliser.

 

  • Un véhicule lanceur de drones et de fusées révélé à Pékin (Sohu) : L’Exposition internationale sur les équipements civils et militaires a été inaugurée le 6 mai 2019 à Pékin. A cette occasion, Yanjing Automobile a pu dévoiler son nouveau véhicule lanceur de drones et/ou de fusées (douze lanceurs). Le châssis est celui du “Gardian” (“卫士”多用途巡飞器发射车). Il est équipé d’un lanceur modulable: deux différents calibres peuvent être installés en même temps. Ainsi, ce nouveau véhicule peut lancer deux types de drones ou des fusées.

 

  • Les nouveaux Z-20 opérationnels ? (Sina) : Selon les internautes chinois, les nouveaux Z-20 auraient été livrés et seraient désormais opérationnels. D’après les photos, son équipement ne serait pas réduit – ce qui semble un temps avoir été envisagé en raison du coût supplémentaire induit par l’ajout d’équipements. Il reste très complet, avec radar météorologique et topographique sur le nez de l’appareil, brouilleur infrarouge et système d’avertissement d’approche de missile. L’article souligne que la complexité du champ de bataille semble avoir été prise en compte dans le choix de maintenir la totalité des équipements : certes, le coût diminue avec la quantité d’outils, mais la capacité de survie de l’hélicoptère est réduite d’autant.

 

  • La marine chinoise développe ses équipements anti-missiles (sina) : Long format sur les missiles HQ-7, héritiers des Crotales français et désormais “adaptés” à une production locale. En fin d’article on relève des perspectives futures : les principales modifications du Shenzhen, numéro de coque 167 (Type-051B) sont achevées, y compris la mise à niveau du système de missile air-navire HQ-16. De leur côté, le navire Ma’anshan, numéro de coque 525 (Type 054) est également modernisé, avec le remplacement des HQ-7 par des HQ-10. Il est probable que son homologue, le n° 526 « Wenzhou », subira la même modernisation. L’incertitude demeure sur le type de cellules de lancement vertical (VLS) qui sera utilisé. L’auteur, à titre personnel, espère que le modèle du Liaoning sera retenu (18联装发射器).

 

  • Lancement d’une version export du Landing Platform Dock (LSD) du Type 071 (Sina) : Son coût de production équivaudrait à seulement 1/3 du coût américain pour le même modèle. Il s’agit du plus grand LSD chinois (en attendant le Type-075). Le type 071 contient un espace utilisable pour les véhicules amphibies et pour les air-cushioned landing crafts (LCAC) et dispose d’une capacité d’atterrissage complète. Selon Sina, il pourrait ainsi s’avérer décisif en cas de bataille. Le modèle présenté à l’International Defence Exhibition (IDEX), destiné à l’exportation, a une capacité de déplacement moins importante que le modèle utilisé par la Chine (afin de mieux répondre aux demandes du marché international). Cette version du type 071 devrait subir des modifications avec en particulier l’ajout de missiles anti-aériens et des systèmes anti-sous-marins. Par ailleurs, un article Sina reprenant une vidéo CCTV dévoile quelques photos de l’intérieur de ce navire, offrant une perspective sur ces capacités d’emport.

 

  • Début de l’assemblage de la coque du premier Type-075 (sina) : le navire Type-075, censé produire un déplacement de 30 000 tonnes, peut être équipé d’hélicoptères de plusieurs types, dont le Z-18, Z-20, Z-8 et Z-10. Selon Sina, la marine chinoise se dotera dans l’avenir d’un nouveau navire d’assaut amphibie.

 

retour au sommaire

View Comments (0)

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Scroll To Top